Flash

BAN2

 

Réunis le lundi 26 avril 2021, dans la salle de plénière pour l’audition du programme du gouvernement, sur invitation du Bureau de l’Assemblée Nationale, les députés nationaux ont suivi religieusement le discours du Premier ministre, Sama Lukonde.

C’est juste après cette adresse du chef du gouvernement que les Députés, comme à l’accoutumée, ont pris la parole pour s’exprimer en donnant leurs avis sur ce programme.

Parmi les intervenants, il y a eu l’honorable Député national Alphonse Ngoyi Kasanji qui a commencé par féliciter le Premier Ministre pour son programme qu’il a considéré très ambitieux et répondant à plusieurs de ses préoccupations. Il l’a déclaré après que Sama Lukonde ait donné des estimations chiffrées par rapport à son projet, en lui demandant de se mettre directement au travail.

Dans la suite de son intervention, l’ancien gouverneur du Kasaï Oriental a demandé à Sama Lukonde de ne pas incorporer le Go Pass au prix du billet d’avion. Pour cet expert gestionnaire, il y a une forte inquiétude de constater que pour un voyage à l’extérieur du pays, soit vers l’Afrique du Sud, les passagers payent 600$ (USD) et pour aller à Mbuji Mayi, ils payent le même montant. « Nous avons besoin qu’on nous donne le prix réel du billet, en dehors de toutes les histoires qu’on incorpore dedans. Le billet coûte combien ? Nous voulons le savoir. Pourquoi pour aller à Kinshasa, en aller simple, on doit débourser 500$  et pour aller à Mbuji Mayi, on doit payer la même somme que pour lorsqu’on va en Afrique du Sud », s’est-il étonné.

Avant de finir ses minutes lui accordées par le Président de l’Assemblée Nationale, ce digne fils du grand Kasaï a plaidé pour la cause de ses frères et sœurs de la ville de Mbuji Mayi. Sa plaidoirie a concerné la transformation des entreprises publiques en entreprises commerciales. Pour lui, la Minière de Bakwanga n’a ni besoin du rapport de l’Inspection Générale des Finances ou moins celui du Copirep, mais a plutôt besoin du paiement de la dette de l’Etat envers cette entreprise minière de Mbuji Mayi, une dette qui revient à 190 millions de dollars, selon les rapports reçus. « La MIBA présentement n’a besoin que de 40 millions de dollars pour relancer ses activités et il y a une banque locale qui est disposée de prêter cet argent moyennant la garantie de l’Etat pour remettre à la MIBA afin qu’elle se relance », a-t-il dit en précisant que ce qu’il faut faire présentement, est d’instruire au Ministre du Portefeuille, celui des Mines ainsi que celui des Finances pour qu’ils donnent cette garantie afin que cette banque locale puisse mettre cet argent à la disposition de la MIBA.

Il a fini par souligner que toutes les provinces avaient les mêmes problèmes, en demandant au Premier Ministre de prendre des mesures directes qui rencontrent les besoins de la population et éviter trop des littératures.

Steve Ilunga

Pin It