Flash

Une matinée des plaidoiries sur l’examen de la loi portant protection et promotion des droits des personnes vivant avec handicap a été organisée lundi 23 septembre 2019, au Palais du peuple, sous l’impulsion de la Députée nationale Eve Bazaïba Masudi.

A cet effet, quelques élus du peuple présents à ce rendez-vous ont été sensibilisés à ce sujet, après qu’ils aient entendu les difficultés auxquelles font face les PVH. Ainsi, ces dernières ont pu profiter de l’occasion pour échanger longuement d’avec ces Députés nationaux quant à la nécessité de cette matière qui s’avère importantissime pour leur participation effective à la conduite et gestion des affaires publiques.

Pour la petite histoire, c’est depuis la législature passée que cette proposition de loi a été traitée par l’assemblée plénière. Jugée recevable, la proposition de loi initiée par Bazaïba a été transmise à la commission mixte, constituée des commissions Politique administrative et judiciaire (PAJ), Relations extérieures et socioculturelle, pour examen approfondi. Malencontreusement, pour des raisons inconnues, ladite loi n’a jamais été adoptée comme l’aurait souhaitée son initiatrice. D’où, cette fois-ci, elle est revenue à la charge, en introduisant pour la énième fois cette proposition en prenant en compte des amendements de ses collègues Députés ainsi que des désidératas des personnes vivant avec handicap. «Nous cherchons, à travers cette loi, d’autonomiser et de rendre sa dignité à la personne avec handicap», avait laissé entendre dans le temps, Eve Bazaïba , cela avec l’espoir que cette loi puisse briser la marginalisation dont font face les personnes vivant avec handicap.

Se référant à ses propos, Eve Bazaïba s’est montrée optimiste quant à l’adoption de cette loi tout au long de la présente législature. «Nous sommes en train de mûrir la discussion de sorte qu’au cours de cette législature que nous puissions adopter cette loi en tenant compte de la convention sur les droits des personnes handicapées dûment ratifiée par la République démocratique du Congo parce que nous sommes de l’option moniste», a souligné madame Eve Bazaïba . Et ce, avant de renchérir : ‘’Compte tenu des us et coutumes parlementaires, une nouvelle législature est supposée ne pas avoir des arriérés parlementaires, j’ai pris donc la prudence de réintroduire ladite loi qui, du reste, a été déjà sanctionnée positivement par le Gouvernement lors de la législature passée. J’ose croire que nous allons bénéficier d’une certaine mesure d’urgence pour l’adopter de sorte que le 3 décembre de cette année, la journée internationale des droits des personnes handicapées, cela soit plutôt une commémoration de célébrer la promulgation et aussi la vulgarisation de cette loi au lieu de continuer à être dans des plaidoyers’’.

Dans cette foulée, Bazaïba a fustigé certaines mesures ou pratiques qui sont souvent appliquées sans prendre en compte les personnes vivant avec handicap. «Que l’Etat intègre la donne de la personne vivant avec handicap dans son programme de développement. Par exemple ici au Palais du peuple l’accès est totalement difficile. Regardez cet encenseur là, cela ne permet pas aux tricycles d’entrer, on a pas aussi des informations lorsqu’on procède au débat à l’Assemblée nationale, il n’y a pas le langage des signes, il faut que cela soit systématique dans tout ce que nous faisons», a-t-elle souligné.

Les personnes vivant avec handicap qui ont pris part à cette rencontre matinale ont exprimé leur satisfecit. Beaucoup d’ailleurs espèrent de voir dans les prochains jours l’adoption de ladite loi qui se trouve actuellement sur la table du Bureau de la Chambre basse du parlement.

Merdi Bosengele

 

Pin It

Statistiques

9877622
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
24249
27993
240826
9434426
770106
938558
9877622

Your IP: 3.231.167.166
2020-09-27 21:13

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg