Flash

BAN2

 

Colors: Purple Color

*Il l’a dit hier en sa résidence située sur les hauteurs de Binza à Macampagne. André-Alain Atundu, se présentant, ici, comme l’un des cadres    du Front Commun pour le Congo, estime, en effet, que le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe a dit le droit, dans son verdict rendu hier sur l’affaire Kalev en se déclarant incompétent. Ceci permet  de noter une leçon qu’en ‘’matière de gestion de la République, les détenteurs des secrets d’Etat, quel que soit le régime, méritent un traitement spécial ainsi qu’un  minimum de respect des lois, de la Constitution ainsi que de  tous les droits rattachés aux fonctions qu’ils ont exercées. Ainsi, a-t-il rendu hommage aux juges, tout en leur demandant de continuer à servir loyalement la République.

Signal fort

 Il a abordé également bien d’autres questions d’actualité et évalué l’évolution du pays, depuis qu’il y a eu rupture de la coalition FCC-CACH.En un mot comme en mille, il a lancé un appel au Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, afin qu’il initie un dialogue avec le Front Commun pour le Congo pour discuter de la suite des dossiers qui nécessitent la participation de toute la classe politique. Allusion faite, ici, aux problèmes sécuritaires, à la problématique de la tenue des élections aux échéances constitutionnellement fixées à l’horizon 2023, de l’amélioration des conditions de vie des citoyens, de la construction des infrastructures etc.

 ‘’Je ne peux clore cet exposé sur les points d’actualité sans évoquer, pour les désapprouver et les condamner, les incidents malheureux survenus au sein de la communauté musulmane au stade de  Martyrs lors de la clôture du ramadan.

Aussi regrettables que soient ces incidents ignominieux, ils sont une démonstration grandeur nature des effets pervers de l’intolérance entre frères partageant la même foi, dus à l’absence de dialogue, en tant que principe actif de toute communauté. Il est donc sage de ne pas attendre l’éclosion des violences meurtrières pour organiser un véritable dialogue politique entre le Président TSHISEKEDI et sa majorité d’une part, et Joseph KABILA et le FCC d’autre part.  Un véritable dialogue n’est pas fait d’assaut d’amabilités entre les gens qui pensent la même chose et partagent la vision du Président TSHISEKEDI, mais un échange interactif avec le FCC qui représente une alternative démocratique de gouvernance crédible au regard des résultats de ses 18 ans à la tête du Pays, surtout au regard des complaintes du Peuple. Un dialogue ne réunissant que les partisans du Président TSHISEKEDI est un monologue ; tandis qu’avec les partisans de KABILA, voilà un dialogue authentique autour des véritables problèmes du Pays, capable de construire un avenir commun pour notre Peuple. C’est le signal fort que le Peuple congolais attend de ses dirigeants pour mettre fin à la hantise d’une révolte d’exaspération’’, a-t-il rappelé. 

 Moyens ?

Dans ses explications, il est revenu sur le Programme du gouvernement dont il exige que le Premier Ministre Sama Lukonde Kyenge, pour ne l’avoir pas fait lors de son passage au Parlement, le jour de son investir, présente rapidement un collectif budgétaire actualisé et adapté pour le reste des mois de cette année 2021. Tout en notant que le financement de ce programme est situé autour de 36 milliards de dollars américains en raison de 12 milliards l’an, Atundu voudrait bien que le Premier Ministre qui a dit qu’il tient à bâtir un Etat fort et prospère, démontre comment va-t-il et où puisera-t-il des moyens pour accomplir les actions qu’il s’est, lui-même, fixées devant la nation ?

Il a invité, à ce sujet, le Premier Ministre à être réaliste, s’il veut réellement rejoindre le Président de la République dans sa volonté consistant à servir le ‘’Peuple d’abord’’.  Du reste, le FCC, affirme-t-il, va bien. Kabila, son Autorité Morale, travaille d’arrache-pied pour l’avenir de la RD. Congo. Et, le moment venu, l’opinion en sera fixée davantage, a-t-il rassuré.

LPM

 

*Il fut  Administrateur Général  de l’Agence Nationale des Renseignements au moment où les faits  allégués

survinrent. Son  grade fut l’équivalent de celui d’un Directeur dans l’Administration Publique. Au vu de ces éléments, le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, en rendant son verdict ce jeudi 20 mai 2021,  lors d’une audience publique et solennelle,  s’est dessaisi  de ce  dossier en se déclarant incompétent de  juger, ni d’examiner le fond de l’affaire  Kalev Mutondo. Ainsi, les compteurs sont-ils  remis à zéro.

Il appartient, désormais,  aux initiateurs de la plainte, en l’occurrence, Jean-Claude Muyambo et consorts d’intégrer, dans leur démarche, ces arguments du TGI/Gombe qui, au fait, ramènent le traitement de ce dossier, quelles que soient les autres  juridictions pour qu’ils pourraient encore saisir, au respect de la Constitution, des lois de procédure et des lois réglementaires. 

Bien plus, selon ses Avocats  interrogés en marge de cette audience solennelle d’hier, ces mêmes allégations avaient été déjà examinées, il y a peu. Et les conclusions tirées avaient conduit au classement sans suite de ce  dossier pour faits non établis.

Dans la chronologie de cette affaire, il y a lieu, cependant, de noter que depuis un certain temps, M. Kalev est devenu introuvable. Un mandat de  perquisition avait été ordonné  et exécuté  dans la plupart de  ses résidences principales et secondaires. Un mandat d’amener ainsi qu’un Avis de recherche avaient été également lancés contre le même Kalev qui, jusqu’à ce jour, n’a toujours pas  été appréhendé.

Et, d’après ses Avocats, leur client serait prêt à comparaître devant n’importe quelle juridiction de ce pays mais, en homme libre de ses mouvements, en citoyen congolais ayant rendu des services à la nation, depuis plusieurs années. Aujourd’hui, déchargé de ses fonctions d’Administrateur Général de l’ANR, il aurait bien voulu évoluer autrement, pour continuer à servir son pays. 

D’où, ses engagements politiques souscrits au Front Commun pour le Congo, la méga plateforme née des cendres de la volonté de Joseph Kabila Kabange, Président de la République Honoraire, Sénateur à vie, de bâtir une coalition avec le Cap pour le changement pour travailler ensemble dans le cadre de la promotion de l’esprit de réconciliation ainsi que  de la  gestion consensuelle  de la Res Publica.

Plus d’une fois,  comme pour démontrer qu’il  reste engagé à apporter sa petite pierre à la consolidation des assises de l’Etat,  le nom de M. Kalev aurait été intercepté dans certains documents officiels comme faisant partie du cabinet de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le Premier Ministre sortant.

Hier, à haute voix,  ses Avocats ont réitéré l’appel au Procureur près la Constitutionnelle et Président du Conseil Supérieur de la Magistrat, d’ordonner le   retrait de tous les mandats émis afin de lui permettre de répondre, si besoin en était  encore, devant les juges  en toute liberté pour présenter, éventuellement, tous ses moyens de défense.  D’ailleurs, ils n’ont cessé de crier à l’acharnement, depuis que cette affaire a commencé. 

La Pros.

*Lorsqu’on décrypte attentivement  le message du Chef de l’Etat congolais, au temps le plus fort de sa communication à Lubumbashi, les analystes aux esprits fébriles  ont noté, sans nul doute,   son intention à présenter au peuple congolais, le moment venu,  une nouvelle vision à l’horizon 2023. En des termes à peine voilés, cette  déclaration, à elle seule,  dévoile un vue partielle  de  sa propension à mériter encore  de la confiance du peuple congolais dans la perspective, pour lui, de se maintenir dans son strapontin actuel, au summum de l’Etat en RD. Congo.   

Matata Ponyo est poursuivi comme ancien premier ministre ou sénateur ? Dans ce cas, quelle sera l'instance compétente qui se saisira de ce dossier et quel son juge naturel ?

C'est bien la Cour de Cassation qui est sa juridiction pénale. Puisque selon l'article 163, la Cour constitutionnelle est la juridiction pénale du Chef de l'Etat et du Premier Ministre.

Il s'agit d'une désignation par l'article partitif au singulier (du) Premier Ministre et non de l'ancien Premier Ministre.

Au sujet des immunités  du Sénateur Matata Ponyo, au cas où le Sénat refusait sa levée, la mise en accusation  retenue contre le présumé auteur sera poursuivie par le Procureur près la Cour de Cassation avec une possibilité du procès par défaut.

En outre, l'hypothèse du refus de la levée par le Sénat serait  considérée comme une entrave au déroulement de la justice par un organe judiciaire, pourtant,  compétent. Et  donc,  cela ouvrirait la voie à  une crise institutionnelle pouvant déboucher sur  la dissolution du Sénat, si celle-ci  persiste.

EBL/CP

*Plusieurs questions d’actualités divisent  en ce moment précis, non seulement les citoyens ordinaires  mais également,  les politiques,  à l’instar des Sénateurs sur l’épineuse question de la levée des immunités du Sénateur Matata Ponyo. La destitution des Gouverneurs et Vice-Gouverneurs des provinces par des motions intempestives, l’état d’urgence décrété par le Président de la République dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, la plainte de l’Honorable Matata pour dénonciation calomnieuse contre l’IGF Jules Alingete Key, de même que la problématique de la désignation, avant ou après les réformes, des animateurs de la Centrale Electorale,  rivalisent de vedette avec la fameuse affaire ‘’Bukanga Lonzo’’.

Depuis le retour du Sénateur Augustin Matata qui a écourté son séjour en Guinée pour faire face à la Justice de son pays, le débat tourne autour de la levée de ses immunités parlementaires. Certains juristes estiment qu’en sa qualité de Premier Ministre honoraire, seuls les Députés et Sénateurs réunis en Congrès peuvent déclencher ladite procédure. D’autres pensent que le concerné peut lui-même faciliter la levée de ses immunités. Mais au fond, que reproche-t-on à cet ancien Chef du gouvernement relativement à ce parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo ?

Sous un œil de régal, le Sénateur Roger Muaka Muaka, président national du Mouvement Chrétien pour la Solidarité et la Démocratie (MCSD), est témoin oculaire de l’installation des comités de base du parti dans la commune de Bumbu, organisée, le samedi 8 mai 2021, en la salle THERESIA située sur l’avenue Manifeste n°87 dans la Commune de Selembao

 C’est un message fort, un message de l’unité et un message d’espoir que viennent de lancer les Députés nationaux de la RDC, lors de la plénière d’hier, mardi 11 mai 2021, soutenant la décision prise par le Chef de l’Etat,  de décréter l’état de siège dans le Nord Kivu et en Ituri.

La décision du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de décréter l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri afin de mettre définitivement une croix aux atrocités et violences sous toutes leurs  formes, n’a pas laissé indifférent le Front Commun pour le Congo.

*Durant son récent séjour à Lubumbashi, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a annoncé sa candidature pour un second mandat à la tête de la République Démocratique du Congo. L’annonce en a été faite, le  mercredi 12 mai 2021, en marge d’un meeting qu’il a tenu sur la place de la Poste. Apparemment, d’ici 2023,  la voie est  balisée. Pour ce faire, tous les moyens sont bons, y compris  les accusations et rapports de   l’IGF et, même, dans une certaine mesure,  l’instrumentalisation de la justice.

 La commune de Kasa-Vubu a vibré dimanche 9 mai 2021 au rythme d’une activité mémorable organisée à l’espace Nzolantima par les Forces Politiques Alliées de l’UDPS (FPAU). Il était question, au cours de cette activité, pour la Coordination de ce regroupement soutenant les actions du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, d’exprimer à ce dernier par le truchement de son Haut Représentant, 

Il avait choisi de laisser la justice, la justice seule, faire son travail. Non par ce qu’il souffrait de l’incontinence verbale, dans le dossier qui oppose le Fonds de Promotion de l’Industrie et Finance Press Group (FPG). Voilà qu’il a choisi de rompre le silence dit responsable en vue d’éclairer la lanterne de ses compatriotes scotchés aux réseaux sociaux, du reste alimentés par des maîtres-chanteurs.

Statistiques

18614831
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
4735
16555
72940
18420022
349888
491245
18614831

Your IP: 54.36.149.43
2021-09-23 04:40

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg