Flash

BAN2

 

Face à la presse ce mardi 19 octobre 2021 à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, Martin Fayulu accuse Christophe Mboso d'avoir notamment fait entériner un proche du président Tshisekedi à la tête de la Centrale Électorale. L’actuel coordonnateur de la coalition LAMUKA, parle de forcing orchestré pour maintenir le Chef de l'Etat actuel au pouvoir. Tout en condamnant les attaques qui ont été orchestrées lors de la marche organisée samedi 16 octobre dernier, qui a conduit à la mort d’un militant de l’ECIDE, Fayulu est pour la formation  d'un grand bloc patriotique contre la dictature "fatshiste’’.

Mes très chers compatriotes,

Lamuka a organisé le 16 octobre courant une marche populaire et pacifique dans la ville pour exiger notamment la dépolitisation de la CENI en vue de la tenue des élections libres, transparentes, inclusives, impartiales, crédibles et apaisées en 2023.

L'adhésion massive de la population à cette revendication à travers une mobilisation sans précédent était en fait un referendum contre le pouvoir illégitime en place et, surtout, contre la procédure dolosive de désignation des membres de la CENI entreprise à l'Assemblée nationale sur fond de corruption, de débauchage, de menaces, d'intimidations, de chantages et de victimisation.

Plutôt que d'entendre raison et suivre la voix du peuple, M. Mboso a témérairement décidé de défier tout le peuple congolais en faisant entériner de manière cavalière et théâtrale une liste incomplète des membres de la CENI avec à sa tête M. Denis Kadima, un proche de M. Félix Tshisekedi- Ce forcing n'est pas différent des conditions de mise en place de la Cour Constitutionnelle; et ce, pour servir l'ambition d'un homme qui veut, à tout prix, se maintenir au pouvoir soit en poussant à l'organisation de mauvaises élections, soit en les retardant.

Un tel affront dirigé, une fois de trop, contre le peuple congolais est simplement inacceptable et mérite une réponse appropriée à la hauteur de la provocation.

Ainsi, je lance solennellement un appel à toutes les forces politiques et sociales du pays, réellement acquises au changement, la constitution d'un grand bloc patriotique contre la dictature "fatshiste" qui se met en place dans la négation et le mépris total de la souveraineté du peuple congolais. Ce bloc aura pour mission principale de mener des actions sur terrain afin de faire échec à ce macabre projet de fraude électorale.

Je saisis cette occasion pour déplorer et condamner de la manière la plus ferme l'agression de nos militants le 16 octobre par les intolérants bien identifiés, laquelle agression a occasionné des blessés graves et malheureusement causé la mort hier 18 octobre de notre camarade et compagnon de lutte DavinKalala, membre de l'ECiDé. Et, comme si cela n'était pas suffisant, ils ont poursuivi leur œuvre de destruction en saccageant le siège de l'ECIDé le même jour.

Je prends l'opinion nationale et internationale à témoin et j'attends impatiemment que des enquêtes sérieuses soient menées pour identifier les membres de ces milices privées qui sèment la désolation partout où ils se trouvent, attaquent et tuent des paisibles citoyens.

Comme je l’avais annoncé à la fin de mon adresse lors de la clôture de la marche du 16 octobre, Sous peu, en vue de défendre et faire triompher sa souveraineté.

Mes très chers compatriotes,

L'Histoire de notre pays renseigne qu'à des moments-clés de notre marche comme peuple. Nous avons prouvé à la face du monde que nous sommes capables de nous prendre en charge pour changer le cours de l'histoire.

Rappelez-vous les événements du 4 janvier 1959, la marche des chrétiens du 16 février 1992, la marche du 02 juin 2004, les manifestations de la semaine du 19 au 25 janvier 2015 ainsi que le "préavis- du 19 septembre 2016. Il n'y a pas d'autre alternative aujourd'hui. Nous devons nous tenir debout pour sauver notre pays ainsi que l'ordre démocratique fixé dans la Constitution. Nous n'avons pas le droit de nous résigner ni d'accepter une quelconque autocratie dans notre pays. Le peuple congolais doit se prendre en charge.

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo et son vaillant peuple.

Fait à Kinshasa, le 19 octobre 2021

Martin Fayulu Madidi

Pin It

Statistiques

19730134
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
5399
13972
43548
19596772
92927
417380
19730134

Your IP: 185.191.171.33
2021-12-08 08:27

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg