Flash

BAN2

 

Dimanche 18 juillet aux environs de 8 heures, le quartier Terre Jaune,  dans la commune de la n'sele,  a vibré avec la dotation des équipements sportifs auprès des footballeurs, karatéka, judoka et boxeurs.

Au-delà de tout cela, c'est la liesse populaire et l'unité de toute la  commune   déclenchée par le député national,  l'élu de la Tshangu  Auguy Kalonji  qui valent.

 L’Etat Congolais veut remettre la main sur la gestion de son patrimoine immobilier, mal entretenus et  sentant la vétusté. C’est ce qui a justifié la tenue de la  réunion de prise de contact entre le Ministre d’Etat en charge de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu Mbayu Mukala, représenté par son Directeur de Cabinet,  Me André Malangu Muabila, les membres du Cabinet du Ministère et les syndics du secteur. Entendez par là,  les gestionnaires des immeubles et locaux appartenant à l’Etat Congolais. Tenue au siège du Ministère, dans l’enceinte du Bâtiment Administratif du Gouvernement en face du Palais du Peuple, plusieurs questions ont été abordées au cours de cette réunion qui a renoué la collaboration entre les deux parties.

Au cours de cette rencontre, Me André Malangu s’est imprégné de l’état de lieux de biens immobiliers de l’Etat et la situation de leurs occupants qui doivent être identifiés pour plus de traçabilité. De ces échanges, il en ressort la nécessité d’un cadre de travail permanent et technique pour asseoir l’autorité de l’État dans ce secteur confronté à plusieurs difficultés en terme de moyens d’assainissements, insolvabilité de certains occupants, corruption, trafic d’influences surtout par des locataires de services de l’Etat.

Satisfait de cette implication du Ministère de tutelle, l’Ambassadeur Bertin Kanunu, Président syndic de l’Immeuble Cannas, dit compter sur la détermination du Patron de l’Urbanisme et Habitat au Congo pour relever ces défis.

Les dés sont jetés, ces syndics doivent vulgariser la dernière décision du Ministre d’Etat contenue dans un communiqué publié le 26 mai dernier. Et qui reprend, trois mesures suspendant l’établissement de tout nouveau contrat, de tout renouvellement de contrat et de prise de crédit dans les appartements, maisons et locaux de l’Etat.

Une commission d’identification des locataires et immeubles du domaine privé de l’Etat a été mis en place, pour stopper le coulage de recettes qui échappe au contrôle de l’Etat et assurer la sécurité des syndics et des occupants qui en dépendent tous.

Ainsi, Me André Malangu a-t-il  exprimé   le vœu du Ministre d’Etat   Muabilu qui dit compter sur l’apport des syndics, maillons importants dans la gestion des biens immobiliers de l’Etat, pour réussir ce pari.

John Ngoyi

En solidarité à l’égard des populations meurtries de Goma et de sa région, qui ont souffert et font aujourd’hui face à de graves difficultés, la France joint ses efforts à ceux de la communauté internationale et notamment, de l’Union européenne, dont elle est un des principaux membres. A titre bilatéral, elle a décidé d’une première aide d’urgence de 500 000 euros qui a permis au Mouvement Croix-Rouge d’agir dès les premières heures de la crise (soins d’urgence, réunification familiale des enfants non-accompagnés) et d’acheminer 2000 kits abris (bâches et kit d’outillage) arrivés ce 14 juin à Goma par l’intermédiaire de la Croix-Rouge française. Cette première aide a vocation à être complétée en fonction de l’évolution de la situation et de l’évaluation des besoins. Enfin, le projet de l’agence française de développement, membre du réseau «La France en RD Congo», d’un montant de 9 millions d’euros, visant à renforcer les capacités du système de soins dans les zones de santé de Karisimbi et du Nyiragongo sera adapté pour contribuer au financement des travaux de reconstruction ou d’aménagement rendus nécessaires, suite à l’éruption du Nyiragongo et aux dommages subis dans les structures de soin dans les deux zones de santé ciblées par le projet (Karisimbi et Nyiragongo).

JD