Flash

BAN2

 

*Arthur Muamba, Professeur de son état, restera confiant en l’avenir de l’ISIPA tant que les étudiants bosseront dur à l’exemple de Martin Ekanda, l’homme au cerveau sémillant.


Il aura été un homme atypique. Modeste, austère, entreprenant, visionnaire et esclave de la formation de la jeunesse en RD. Congo. Martin Ekanda Onyangunga laisse ainsi sur cette terre des hommes, des vraies stigmates dignes d’un patriote patenté, d’un pèlerin intelligent, d’un scientifique que ni les rapaces, ni les criquets migrateurs, ni encore moins la Covid-19 et les météorites ainsi que les intempéries de toutes sortes, n’auront jamais oblitéré sa volonté à servir la nation congolaise jusqu’au bout de son dernier souffle.
Il aura été un modèle unique en son genre, un exemple d’un homme totalement décomplexé de toutes les mièvreries et considérations éparses liées notamment, à son handicap.
Bien au contraire, ce dernier, à l’en croire, lui donnait toutes les forces de la morale et de l’intelligence grâce auxquelles l’ISIPA, son œuvre indéniable, n’aurait pu se faire valoir sur l’échiquier scientifique comme une institution d’enseignement supérieur et universitaire privée de la première catégorie.

Vertus immortelles
Familles, corps professoral, amis et connaissances étaient venus ce jeudi 13 août 2020 rendre leurs derniers hommages au Feu Président Directeur Général de l’ISIPA, Martin Ekanda Onyangunga.
Dans la foulée, le Professeur Arthur Muamba a témoigné de ce qu’a été l’illustre disparu et appelé la communauté estudiantine à continuer à travailler à l’exemple de Martin Ekanda.
Selon lui, en effet, le Feu Martin Ekanda reste un baobab qui vient de tomber pour la simple raison qu’il a consacré toute sa vie à la formation de la jeunesse congolaise.
«Il était un homme engagé, respectueux, plein des vertus, plein d’ambitions et surtout, déterminé. Cette détermination, il la mettait toujours au profit des générations futures. Car, son but était de vendre son œuvre dans toute l’Afrique et pour ce faire, le meilleur hommage que l’on peut lui rendre, c’est de continuer à étendre et perpétuer cette œuvre’’, a-t-il déclaré.
‘’Nous ne disposons pas tous les mêmes atouts ou qualités, certes. Mais, le meilleur hommage qu’on peut lui rendre consiste, pour nous, à pérenniser son œuvre’’, a-t-il ajouté.
Sens de grandeur
Durant le temps passé avec lui, ‘’nous retenons que rien n’est si grand, aucun handicap ne peut empêcher quelqu’un de réaliser de grandes choses dans la vie, ni arrêter sa détermination’’, relève, enfin, le Professeur Muamba qui, du fond de son cœur, a réitéré son appel à la communauté estudiantine à continuer à travailler, travailler dur comme le faisait si bien cet être cher qui a quitté la terre des hommes.

Ischuô Lulendo

Pin It