Flash

BAN2

 

Mesures économiques nécessaires en vue de la réduction de la dépendance aux importations, de la réduction de la facture des importations, et de la protection de l’industrie locale.

Contexte et justification

La RD Congo regorge d’énormes potentiels dans de nombreux domaines dont: les mines, l’agriculture, l’élevage, la pêche, la faune, la flore, etc. En dépit de ce potentiel, l'économie congolaise est peu diversifiée : le pays n’exporte qu’une petite gamme de produits, spécialement les produits primaires (95%) et moins de 5% des produits manufacturés ; tandis que ses principales importations comprennent au moins 70% des produits manufacturés et 25 % des produits de premières nécessités.

Tendances récentes du solde commercial général et bilatéral

A première vue, notre balance commerciale générale est structurellement positive,  tel que le montre le tableau n°1. Néanmoins,  cette tendance parait trompeuse lorsqu’on examine d’une part, les relations commerciales bilatérales du pays avec ses principaux partenaires et, d’autre part la structure des échanges commerciaux. 

Tableau N°1 Balance commerciale générale de la RDC de 2015-2019

 

 

2015

2016

2017

2018

2019

Total

Exportation

$ 5.710.777.942,00

$ 5.336.259.314,00

$ 7.210.579.594,00

$ 10.944.065.602,00

$ 8.164.851.555,00

$ 37.366.595.007,00

Importation

$ 6.369.558.743,00

$ 5.218.849.350,00

$ 5.358.701.884,00

$   7.484.968.292,00

$ 7.279.246.181,00

$ 31.711.324.440,00

(Exportation – Importation)

$    658.780.801,00

$    117.409.964,00

$ 1.851.877.720,00

$   3.459.097.310,00

$   885.605.374,00

$  5.655.209.567,00

Source : https://comtrade.un.org/

Graphique n°1. Balance commerciale générale de la RDC de 2015-2019

 

Source : https://comtrade.un.org/

Légende            Exportations                   Importations

                          

Ces tableau et graphique confirment cette tendance excédentaire de la balance commerciale générale sur les cinq années retenues.

 

Tableau n° 2 : Balances commerciales générales de quelques pays africains

                         partenaires de la RDC en 2019

Source : https://comtrade.un.org/

Comparativement à ses quatre partenaires commerciaux africains, la République Démocratique du Congo affiche un faible volume du commerce international.  En effet, les exportations de l’Afrique du Sud représentent plus de 13 fois celles de la RDC et sa balance commerciale est environ 23 fois plus importante. Les trois autres partenaires repris dans le tableau ci-dessus affichent des volumes de commerce de loin supérieurs à la RDC.  

Ce constat devrait logiquement conduire le Gouvernement à prendre des mesures urgentes pour booster les exportations et réduire les importations.

Tableau N°3: Balance commerciale bilatérale en RDC- principaux partenaires

                       commerciaux.

 

BALANCE COMMERCIALE BILATERALE, en USD

ANNEE

EU

US

COMESA

CHINA

MONDE

1

2015

-780 millions

27 millions

15,5 millions

1,09 milliards

1,66 milliards

2

2016

-264 millions

10,7 millions

297 millions

1,07 milliards

120 millions

3

2017

-250 millions

10,3 millions

348 millions

2,27 milliards

1,85 milliards

4

2018

-351 millions

-19,5 millions

661 millions

3,84 milliards

3,42 milliards

5

2019

-303 millions

-102 millions

411 millions

2,25 milliards

885,60 millions

Source :  https://comtrade.un.org/

En effet, la RDC dégage depuis 2017 un solde excédentaire important avec la Chine et le Comesa qui éponge les déficits bilatéraux commerciaux avec d’autres partenaires notamment l’Union Européenne et les Etats-Unis. Ces excédents très fragiles proviennent principalement des exportations des produits miniers, notamment vers la Chine. Cette situation est clairement reprise dans le graphique ci-après.

Graphique n°2 .Balance commerciale bilatérale en RDC.

Suivant les statistiques issues de Comtrade (https://comtrade.un.org/), pour l’année 2019, en comparant nos importations et exportations des marchandises avec l’ensemble de nos partenaires, nous enregistrons les valeurs ci-après :

 

  • Tendance et structure des importations

En ce qui concerne particulièrement la tendance des importations, un regard sur cinq ans indique une facture insoutenable pour le pays durant les cinq dernières années.

Les importations des marchandises sont présentées par catégorie des produits suivant un ordre décroissant de dépenses pour une facture moyenne de 6.342.264.888 USD.

Tableau N°3: Balances commerciales générales de quelques pays africains partenaires

                        de la RDC en 2019.

 

 

Source : https://comtrade.un.org/

Comparativement à ses quatre partenaires commerciaux africains, la République Démocratique du Congo affiche un faible volume du commerce international.  En effet, les exportations de l’Afrique du Sud représentent plus de 12 fois celles de la RDC et sa balance commerciale est environ 20 fois plus importante. Les trois autres partenaires repris dans le tableau ci-dessus affichent des volumes de commerce de loin supérieurs à la RDC.  

Ce constat devrait logiquement conduire le Gouvernement à prendre des mesures urgentes pour booster les exportations et réduire les importations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau n°4. Structure et valeur des importations de la RDC de 2015 à 2019 (en USD)

Source : https://comtrade.un.org/

Ces tableau et graphique confirment cette tendance excédentaire de la balance commerciale générale sur les cinq années retenues.

 

            

Structure et valeur des importations de la RDC entre 2015 - 2019 (USD)

Catégorie

2015

2016

2017

2018

2019

Moyenne 2015 à 2019

1

Machines

 $              1 435 081 871,00

 $             1 041 851 526,00

 $          1 036 299 275,00

 $              1 711 999 323,00

 $            1 774 282 495,00

 $              1 399 902 898,00

2

Produits chimiques

 $                862 867 191,00

 $                744 191 187,00

 $             917 434 984,00

 $              1 192 235 120,00

 $               1 152 114 592,00

 $                   973 768 614,80

3

Métaux

 $                559 697 532,00

 $             432 789 664,00

 $            454 603 408,00

 $                788 356 891,00

 $               703 578 242,00

 $                    587 805 147,40

4

Produits minéraux

 $                 545 918 765,00

 $               458 399 191,00

 $             474 424 801,00

 $                652 845 453,00

 $                 558 700 161,00

 $                   538 057 674,20

5

Transport

 $               495 868 539,00

 $              345 681 266,00

 $            332 299 840,00

 $                  579 198 315,00

 $                 545 519 102,00

 $                    459 713 412,40

6

Produits alimentaires

 $               493 790 790,00

 $              459 574 243,00

 $               519 167 852,00

 $                555 849 590,00

 $               528 981 479,00

 $                    511 472 790,80

7

Produits animaux

 $                 311 102 900,00

 $              277 682 358,00

 $            296 494 840,00

 $                 322 714 773,00

 $                341 725 435,00

 $                  309 944 061,20

8

Plastiques et caoutchoucs

 $              308 089 878,00

 $              241 069 325,00

 $             285 874 687,00

 $               394 430 452,00

 $                396 511 088,00

 $                   325 195 086,00

9

Produits Végétaux

 $                291 140 732,00

 $              210 433 835,00

 $              275 276 456,00

 $                329 361 479,00

 $                 280 151 777,00

 $                   277 272 855,80

10

Textiles

 $                269 155 728,00

 $               212 176 940,00

 $             219 824 927,00

 $               276 930 792,00

 $               269 063 127,00

 $                 249 430 302,80

11

Chaussures et chapellerie

 $               194 366 203,00

 $              113 980 004,00

 $              108 203 031,00

 $                 83 349 739,00

 $               103 754 068,00

 $                  120 730 609,00

12

Divers (meubles, articles manufacturés divers et, jouets et jeux)

 $                  141 277 481,00

 $                 95 599 281,00

 $               88 388 168,00

 $                  137 440 151,00

 $                 159 491 012,00

 $                   124 439 218,60

13

Pierre et verre

 $                133 852 810,00

 $               269 371 156,00

 $                  73 771 725,00

 $                105 853 283,00

 $              123 304 264,00

 $                   141 230 647,60

14

Bioproduits animaux et végétaux

 $                121 432 087,00

 $              124 407 884,00

 $              102 277 468,00

 $                112 936 400,00

 $                 86 944 712,00

 $                    109 599 710,20

15

Articles en papier

 $                     91 181 515,00

 $               96 359 609,00

 $                72 733 590,00

 $                 106 678 735,00

 $                 93 526 180,00

 $                    92 095 925,80

16

Instruments

 $                 72 998 637,00

 $                65 663 593,00

 $                71 978 899,00

 $                 92 385 600,00

 $                  110 013 516,00

 $                   82 608 049,00

17

Peaux d'animaux

 $                  25 907 126,00

 $                14 783 029,00

 $                 15 742 465,00

 $                  22 630 461,00

 $                 25 207 329,00

 $                    20 854 082,00

18

Produits en bois

 $                    8 828 125,00

 $                  5 665 904,00

 $                  6 994 675,00

 $                    12 421 701,00

 $                   9 019 604,00

 $                       8 586 001,80

19

Métaux précieux

 $                    5 029 957,00

 $                  2 654 038,00

 $                   2 757 685,00

 $                     3 549 675,00

 $                    10 116 312,00

 $                       4 821 533,40

20

Armes

 $                     1 708 213,00

 $                   6 277 967,00

 $                  3 778 867,00

 $                      3 519 314,00

 $                   6 987 762,00

 $                      4 454 424,60

21

Arts et antiquités

 $                      262 663,00

 $                      237 350,00

 $                      374 231,00

 $                        281 045,00

 $                      253 924,00

 $                          281 842,60

Grand Total

 $ 6 369 558 743,00

 $5 218 849 350,00

 $ 5 358 701 874,00

 $ 7 484 968 292,00

 $  7 279 246 181,00

 $  6 342 264 888,00

Source : https://comtrade.un.org/

L’analyse de la structure des importations sur cinq ans montre que la quasi-totalité de postes d’importations sont récurrentes. Les machines, les produits chimiques et alimentaires présentent une facture tendanciellement croissante, avec des valeurs moyennes respectives de 1.399.902.898,00 USD, 973.778.615,00 USD et 511.472.791,00 USD. 

Les métaux, les produits minéraux ainsi que le matériel de transport affichent une tendance quasi constante en termes de facture d’importation respectivement  de l’ordre de 587.805.147 USD, 538.057.674 USD et 459.713.412 USD en moyenne sur cinq ans.

Cette importante facture, malgré presque deux décennies de croissance économique, payée tant par les ressources intérieures que par des flux internationaux, engage le Gouvernement de la République  à décider d’y inverser les tendances en proposant des mesures correctrices nécessaires.

  1. Objectifs et stratégies
    • Objectifs.

Il s’agit, au-delà des mesures traditionnelles de protection de certaines branches de l’économie nationale, d’envisager des réponses à court, moyen et long termes pour non seulement réduire cette dépendance avérée, en baissant par la même occasion la facture des importations, mais également améliorer la structure de la balance commerciale du pays par l’accroissement de l’offre des produits exportables.

Il est aussi question pour le Gouvernement de la République d’améliorer l’offre intérieure par la relance des secteurs cibles dans lesquels le pays dispose des avantages comparatifs avérés d’une part et d’autre part, de créer des avantages compétitifs indéniables en vue de transformer les produits primaires dans le pays et diversifier  la production locale grâce au développement industriel.

  • Stratégies

Au regard du constat fait sur la structure et la facture de nos achats à l’étranger sur une période de 5 ans, la stratégie à mettre en place devra être composite et séquentielle.

En effet, différents secteurs générant de la demande d’importation nécessitent des modèles correctifs spécifiques. Il s’agit d’économiser les ressources sur non seulement les gros postes d’importation mais également sur ceux qui peuvent paraître superflus en mettant en place une politique délibérée pour des raisons économiques et stratégiques.

Puisque les incitations fiscales et autres encouragements seront abondamment mobilisés, le gouvernement pourrait imposer des exigences de performance. A titre d’exemples, exiger aux entreprises bénéficiaires de disposer d’un capital social conséquent, d’atteindre un certain niveau de production et/ou de création d’emplois.

L’existence d’une demande intérieure dynamique telle qu’attestée par la facture des importations est une condition nécessaire mais pas suffisante de réussite d’une politique de réduction des importations en faveur de la production nationale des produits similaires. En conséquence et sous le contrôle des agences gouvernementales, des normes techniques et de qualité doivent être exigées de la part des producteurs locaux.

Pour stimuler les éventuels investisseurs et rassurer ceux qui œuvrent dans les secteurs à effets d’entrainements indéniables, des politiques fiscales incitatives devraient être décidé es urgemment.

  1. Mesures économiques adéquates

 

Sur base de la facture des importations sur l’année 2019 qui s’élève à 7.279.246.181 USD, les mesures suivantes sont envisagées :

  • Cibler les secteurs avec des avantages comparatifs avérés

 

Le pays dispose d’un avantage comparatif réel dans plusieurs domaines lequel est attesté par l’existence des capacités installées dans plusieurs secteurs, de dotation en ressources naturelles, minières et non minières, une main d’œuvre abondante, une demande locale et enfin la capacité d’exporter vers les pays développés et émergeants.

Les ressources minières et non minières peuvent servir davantage de support pour certaines branches industrielles. Ceux qui investissent dans ce secteur doivent bénéficier des avantages compétitifs solides. 

  • Améliorer les avantages compétitifs

Il s’agit ici des avantages à accorder à un secteur ou à une filière spécifique pour le rendre compétitif. Le régime fiscal applicable aux Entreprises éligibles au partenariat stratégique sur le développement industriel et socioéconomique, tout comme les incitations offertes dans le Code d’investissement devront être poursuivis et même améliorer au regard de la concurrence de plus en plus accrue à la suite d’ouverture plus grande de l’économie Congolais au reste du monde.

De même d’autres mesures à prendre devront viser les assembleurs finaux au sein desquels on peut identifier les fabricants des produits stratégiques et les secteurs à ressusciter qui sont censés disposer des capacités inutilisées.

  • Les produits stratégiques concernés sont des produits de consommation de masse pour lesquels le pays dispose des dotations abondantes et des intrants locaux. Ils sont repris dans le tableau n°5 qui renseigne une facture commerciale totale de 1.628.805.925,00 USD.
  • Les industries à ressusciter. Il s’agit d’un retour vers les produits jadis fabriqués localement dont la production avait été interrompue ou abandonnée pour diverses raisons (pillage, tracasseries etc.). Il s’agit des produits de grande consommation et leur facture commerciale telle que reprise dans le tableau n°6 s’élève à 472.634.425,00 USD.

Tableau N°5 : Produits stratégiques

 

Produit

Valeur (USD)

1

Produits pharmaceutiques

 $    471.592.714,00

2

Produits alimentaires

 $    528.981.479,00

3

Produits animaux

 $    341.725.435,00

4

Produits pétroliers

 $    286.506.297,00

Total

 $   1.628.805.925,00

Source : https://comtrade.un.org/

Tableau N° 6 : Productions à ressusciter

 

 

 

 

Produit

Valeur (USD)

1

Camions de livraison

 $    151.532.780,00

2

Voitures

 $    109.430.786,00

3

Pneus en caoutchouc

 $      56.159.323,00

4

Piles

 $      30.714.212,00

5

Tracteurs

 $      22.712.403,00

6

Réfrigérateurs

 $      19.175.463,00

7

Batteries électriques

 $      18.049.204,00

8

Bus

 $      13.826.290,00

9

Remorques

 $      13.284.259,00

10

Conditionneurs d'air

 $      11.988.079,00

11

Peintures non aqueuses

 $      10.014.329,00

12

Produits dentaires

 $        5.621.042,00

13

Peintures aqueuses

 $        4.918.544,00

14

Bouchons en métal

 $        2.988.775,00

15

Pneus en caoutchouc usagés

 $        2.218.936,00

Total

 $   472.634.425,00

Source : https://comtrade.un.org/

Pour les matières stratégiques, le gouvernement pourrait envisager d’accorder des subventions aux privés, nationaux ou étrangers en vue de les inciter à investir dans ces filières. 

Le gouvernement pourrait également recourir aux incitants fiscaux comme le régime de collections d’assemblage CKD-MKD[1]

Les investissements à consentir dans ces filières sont d’une priorité absolue et les entreprises sont à implanter tant dans les milieux urbains que dans les zones minières.

  • La politique d’import substitution ciblé dans certains secteurs

En règle générale, l’import substitution vise à remplacer les produits précédemment importés par la production et l’approvisionnement nationaux. Pour ce faire, le gouvernement offre des incitations fiscales à l’investissement pour attirer des capitaux étrangers.

Il est certes vrai qu’on reproche à la politique de la substitution aux importations un certain nombre des failles, notamment :

  • Une trop grande protection des entreprises locales qui finissent par perdre leur compétitivité par manque d’innovation et une mauvaise allocation des ressources,
  • Un protectionnisme à outrance qui est source de création de rente dans le chef des entreprises séniles et protégées ;
  • L’omission des avantages comparatifs suivant lesquels chaque pays devrait se spécialiser dans la production des biens dont il dispose des avantages évidents ;
  • Le choix des industries de substitution fortement tributaires des importations d’intrants, de pièces détachées et d’équipements.

La prise en compte de ces failles devrait conduire à considérer les préalables suivants avant la mise en place d’une politique ciblée d’import substitution :

  • Prioriser les industries qui utilisent davantage les intrants locaux ;
  • Encourager dans un premier temps les industries de consommation qui ne nécessitent pas d’investissements majeurs ni de compétences avancées, telles que le textile, la fabrication légère et les industries alimentaires ;
  • Disposer des fonds publics pour soutenir cette stratégie ;
  • Donner la priorité à la composante nationale dans l’investissement public ;

Sur cette base, les biens suivants issus des divers secteurs (construction automobile, alimentaires, électronique et électroménagers) ont été identifiés. Ils présentent une facture totale de 793.147.626,00 USD.

Tableau N°7 : Produits ciblés d’import substitution

 

Produit

Valeur (USD)

1

Camions de livraison

 $    151.532.780,00

2

Pompes à liquides

 $    127.610.569,00

3

Voitures

 $    109.430.786,00

4

Motos

 $      96.189.048,00

5

Gros véhicules de construction

 $      74.567.975,00

6

Pièces détachées pour véhicules

 $      64.287.895,00

7

Ordinateurs

 $      36.066.056,00

8

Véhicules spécialisés

 $      28.843.809,00

9

Tracteurs

 $      22.712.403,00

10

Réfrigérateurs

 $      19.175.463,00

11

Bus

 $      13.826.290,00

12

Remorques

 $      13.284.259,00

13

Conditionneurs d'air

 $      11.988.079,00

14

Pièces pour véhicules à deux roues

 $      11.574.627,00

15

Machines de préparation des aliments industriels

 $        9.711.301,00

16

Bicyclettes

 $        2.346.286,00

Total

 $   793.147.626,00

Source : https://comtrade.un.org/

Tous ces produits constituent des biens d’équipements nécessitant des investissements qui ne peuvent pas être mobilisés à court terme. Aussi, le gouvernement est-il appelé à privilégier le partenariat avec le secteur privé en concédant les incitants fiscaux dans le cadre du régime CKD- MKD. Pour rappel, les véhicules automobiles et les camions poids lourds étaient déjà fabriqués chez nous sous ce régime (IVECO).

S’agissant de ces assemblages en CKD- MKD, un nouveau texte pour en fixer les modalités de mise en œuvre devrait être pris sous la forme d’un décret du Premier Ministre afin de prendre en compte les avis de tous les ministères impliqués : Finances, Industrie, Economie, Commerce, Agriculture, et Mines tout en prenant en compte les préoccupations de la FEC.

  • Protection commerciale de la production locale

Les biens importés repris dans le tableau n°9 ci-après qui ont des similaires locaux devraient subir un régime tarifaire ou non tarifaire plus strict dans le but de sauvegarder la production locale.

Tableau N°9 : Production locale à protéger

 

 

 

 

 

Produit

Valeur (USD)

1

Viande de volaille

 $              128.744.544,00

2

Poisson congelé sans filet

 $              105.703.405,00

3

Riz

 $                96.737.583,00

4

Ciment

 $                75.385.937,00

5

Sucre brut

 $                69.817.743,00

6

Eau aromatisée

 $                57.927.738,00

7

Chaussures en caoutchouc

 $                56.781.675,00

8

Pneus en caoutchouc

 $                56.159.323,00

9

Huile de palme

 $                47.844.604,00

10

Autres préparations comestibles

 $                40.846.285,00

11

Sucre de confiserie

 $                36.720.074,00

12

Coton pur tissé léger

 $                32.920.989,00

13

Sauces et assaisonnements

 $                26.543.667,00

14

Autres huiles végétales

 $                19.092.778,00

15

Carnets en papier

 $                18.408.935,00

16

Papier hygiénique

 $                18.080.089,00

17

Tomates transformées

 $                13.343.490,00

18

Levure

 $                10.456.146,00

19

Soupes et bouillons

 $                  8.200.041,00

20

Jus de fruits

 $                  7.974.690,00

21

Huiles de graines

 $                  7.009.662,00

22

Chocolat

 $                  5.664.705,00

23

Diamants

 $                  5.217.778,00

24

Bijoux

 $                  4.278.080,00

25

Margarine

 $                  3.727.662,00

26

Autres légumes transformés

 $                  3.098.334,00

27

Huile de soja

 $                  2.525.261,00

28

Coton pur tissé lourd

 $                     892.642,00

Total

 $             960.103.860,00

Source : https://comtrade.un.org/

Avec une facture commerciale élevée à 960.103.860,00 USD, le Gouvernement est appelé à mettre en place une combinaison de mesures de protection tarifaire et non tarifaires notamment : les restrictions des importations pour le ciment gris, les boissons gazeuses et les barres de fer, eau aromatisée et huile de palme.

Concernant les huiles de palme, on note que certaines Entreprises ont pu bénéficier de régime de partenariat stratégique des chaines de valeur en cette matière.

Au lieu d’acheter la matière première auprès des paysans congolais pour leurs fabrications industrielles, les Entreprises achètent de l’huile de palme déjà raffinée dans les pays Asiatiques (Malaisie par exemple) qu’elles ne font que reconditionner localement dans des emballages également importés.

  • Contrer les importations superflues et les réduire au strict minimum

Les importations des produits superflus gonflent la facture de nos achats internationaux qui provoquent l’amenuisement des réserves de change, réduisant par ce fait l’offre de devises du système bancaire tout en provoquant des tensions sur le marché de change.

En effet, l'analyse des différentes catégories des produits importés fait ressortir clairement la présence de ceux ne présentant qu’un effet mitigé pour la satisfaction des besoins de nos concitoyens. Certains de ces produits présentent de grands risques sur le consommateur ainsi que pour l’environnement. En outre, nombre de ces produits peuvent être fabriqués localement.

 

Tableau N°10 : Produits superflus

 

Produit

Valeur (USD)

1

Autres meubles

 $      70.089.181,00

2

Vêtements usagés

 $      62.613.566,00

3

Produits de nettoyage

 $      58.773.767,00

4

Eau aromatisée

 $      57.927.738,00

5

Couvercles en plastique

 $      45.683.328,00

6

Autres préparations comestibles

 $      40.846.285,00

7

Liqueur dure

 $      36.780.470,00

8

Mélanges parfumés

 $      28.526.921,00

9

Céramique non émaillée

 $      23.728.959,00

10

Savon

 $      22.914.101,00

11

Tabac roulé

 $      22.801.023,00

12

Faux cheveux

 $      22.401.668,00

13

Bâtiments préfabriqués

 $      21.358.288,00

14

Pierre à bâtir

 $      15.006.369,00

15

Briques en céramique

 $      14.565.839,00

16

Sièges

 $      13.197.201,00

17

Produits de beauté

 $      13.142.981,00

18

Briques réfractaires

 $        7.947.170,00

19

Céramique de salle de bains

 $        7.853.830,00

20

Vaisselle en porcelaine

 $        5.897.019,00

21

Bougies

 $        4.989.671,00

22

Bijoux

 $        4.278.080,00

23

Articles en plâtre

 $        3.967.894,00

24

Articles en ciment

 $        3.438.511,00

25

Briques

 $        2.949.399,00

26

Articles en amiante-ciment

 $        2.638.458,00

27

Produits capillaires

 $        2.622.421,00

28

Pierres de meunerie

 $        2.014.927,00

29

Autres articles en céramique

 $        1.630.970,00

30

Laine de roche

 $        1.626.928,00

31

Tuiles de toiture

 $        1.574.811,00

32

Céramique de table

 $           980.255,00

33

Ardoise

 $           848.077,00

34

Asphalte

 $           750.147,00

35

Bijoux d'imitation

 $           584.718,00

36

Céramique de laboratoire

 $           517.002,00

37

Tuyaux en céramique

 $           190.340,00

38

Céramiques ornementales

 $           183.987,00

Total

 $   627.842.300,00

Source : https://comtrade.un.org/

Pour limiter ces importations, le pays pourrait instituer des contingents tarifaires ou relever les taux des droits de douane applicables à l’importation dans le strict respect de nos engagements internationaux (OMC, et autres Communautés Economiques Régionales).

  • Améliorer l’approvisionnement des grands centres de consommation

 du pays par des produits des premières nécessités issus de la production locale. 

Pour atteindre cet objectif, le Gouvernement devrait notamment :

  • Améliorer les infrastructures d’évacuation des produits de l’arrière-pays vers les centres urbains et vice versa ;
  • Réduire les importations des produits de première nécessité en s’assurant au préalable de l’existence d’une offre locale suffisante. C’est le cas des produits vivriers dont la facture d’importation en 2019 renseigne une facture de 188.054.803,00 USD tel que l’indique le tableau n° 10.

Tableau N°10 : Biens à améliorer l’approvisionnement intérieur.

 

Produit

Valeur (USD)

1

Riz

 $      96.737.583,00

2

Poissons transformés

 $      28.012.733,00

3

Abats comestibles

 $      20.636.584,00

4

Farines et granulés de céréales

 $      19.789.619,00

5

Oignons

 $      10.237.755,00

6

Maïs

 $        7.624.569,00

7

Légumes séchés

 $        5.015.960,00

Total

 $   188.054.803,00

Source : https://comtrade.un.org/

La RDC, par   sa   position   et   sa   géographie, est   utilisatrice de tous les modes de transport à savoir aérien, maritime, fluvial, ferroviaire et routier.

Toutefois, d’après la Banque Mondiale, les infrastructures de transport de la RDC sont parmi les moins denses et les plus détériorées du continent. En 2020, l’indice de développement des infrastructures en Afrique (AIDI) attribue à la RDC le 52e rang au regard de la qualité de son infrastructure de transport comparativement à l’Egypte 1er, l’Afrique du Sud 7ème ou le Kenya 19ème.

Ce déficit en infrastructure sur le plan national pose principalement deux problèmes :

  • Le renchérissement des prix et,
  • Les difficultés d’approvisionnement.

A titre illustratif, le coût de production d’un sac de ciment de 42,5 Kgs de marque CILU est évalué en 2021 à +/- 6,5 dollars américains. Son prix de vente, courant Mai 2021, par région se présente comme suit :

  • A Lukala, il est de +/- 7 dollars américains (14 000 CDF) ;
  • A Kinshasa, il est de +/- 9 dollars américains (18 000 CDF) ;
  • A Kananga, il est de +/- 16,75 dollars américains (33 500 CDF) ;
  • A Mwene Ditu, il est de +/- 18 dollars américains (36 000 CDF) ;
  • A Kisangani, il est de +/- 11,5 dollars américains (23 000 CDF) ;

On relève donc une variation significative du prix de vente non consécutive à la distance par rapport au centre de production mais résultante de la qualité de l’infrastructure pour atteindre le point de débouché.

Par ailleurs,

  • le riz produit à Bumba et au Sankuru, d’une qualité nutritionnelle supérieure aux produits asiatiques, demande seulement à être acheminé à Kinshasa par bateau ;
  • le poisson pêché dans nos lacs et au fleuve Congo était jadis acheminé par bateau, avec une rotation moyenne d’un convoi chaque semaine et Kinshasa était inondée des vivres.
  • Améliorer le cadre institutionnel légal et règlementaire

La politique d’incitations actuelle n’encourage pas suffisamment la production, mais elle joue en faveur des importations. Certains producteurs se sont convertis en simple importateurs considérant les avantages prévus par le système fiscal alors qu’ils auraient pu s’orienter vers des activités productives et industrielles.

On note par exemple des abus dans la transcription sur la liste des marchandises importées destinées aux entreprises minières, des produits de consommation courante que le pays peut obtenir localement sans devoir les importer.  Il s’agit par exemple, des eaux de tables, des savons, des papiers toilettes, pour ne citer que cet échantillon.

D’autres importations sont considérées comme irrégulières du fait qu’elles bénéficient des taux préférentiels des droits de douane sans qu’elles ne justifient des conditions légales minimales. Comme déjà souligné, des motocycles, sont importés en régimes CKD-MKD avec paiement des taux réduits respectifs de 5% et 10% des droits de douane, créés pour faciliter le transfert des technologies.

Par contre, les importateurs de motocycles (dont la facture totale représente 107.763.675 USD = moto +pièces détachées), le plus souvent des toutes petites et moyennes entreprises (TPME), ne justifient pas de la possession des équipements requis, ne réalisent aucune ouvraison locale conformément à la loi et ne forment pas le personnel local.

Cette situation conduit à utiliser de manière indue la facilité douanière et crée une rente de situation au détriment du Trésor Public (par la différence entre les taux légaux normalement applicables de 20 % au lieu de ceux de 5 % et de 10 %). 

  1. Résultats attendus d’une politique de réduction des importations

En considérant l’impact d’une réduction de la facture des importations sur les variables économiques de base, à savoir l’indice de prix à la consommation, le taux d’inflation, le taux de change, le PIB, l’amélioration du cadre règlementaire et des affaires, les simulations économétriques donnent les résultats ci-après :

  1. Amélioration du cadre structurel

Un choc positif en termes de changement structurel, c’est  à dire une amélioration du cadre légal et règlementaire  induit après une période de deux années une baisse des importations qui durent environ 4 ans. En d’autres termes, l’amélioration de ce cadre va entrainer une réduction significative et persistante des importations, toute autre chose restant égale par ailleurs.

  1. Un résultat qui demande une attention particulière est celle qui montre une possible baisse du revenu national à la suite d’une réduction des importations. En effet, la théorie économique montre une relation positive entre les importations et le développement économique.

Ces résultats soutiennent la mise en place d’une stratégie séquentielle, selon des priorités bien définies. En effet, une réduction brutale et irrationnelle peut avoir des effets néfastes sur le développement économique. Par conséquent, le gouvernement devrait prendre des mesures correctives de nature à substituer les importations par une production domestique compétitive. D’après ces simulations, une politique d’import substitution mais aussi de renforcement de la production locale s’avère bénéfique pour la nation, lorsqu’elle est correctement mise en œuvre.

Enfin, les projections montrent qu’une réduction des importations est susceptible d’entrainer une appréciation du taux de change. En abordant la problématique des importations superflues, il a été souligné la pression exercée sur les réserves de change. Or ces dernières sont utiles pour soutenir la monnaie nationale et on peut bien comprendre que la réduction des importations puisse entrainer une appréciation monétaire.

  1. Propositions des mesures économiques urgentes à prendre

 

De ce qui précède, je propose au Gouvernement les mesures tel que repris dans le tableau ci-après :

MESURES ECONOMIQUES NECESSAIRES EN VUE DE LA REDUCTION DE LA DEPENDANCE AUX IMPORTATIONS, DE LA REDUCTION DE LA FACTURE DES IMPORTATIONS ET DE LA PROTECTION DE L’INDUSTRIE LOCALE MISE A MAL PAR LA CONCURRENCE DES PRODUITS SIMILAIRES IMPORTES

 

MESURES PROPOSEES

OBJETIFS

ECHEANCE

RESPONSABLES

01

Autorisation de prendre des Arrêtés Ministériels portants restrictions des importations du ciment gris, de clinker, de l’huile de palme brute, des bières et boissons gazeuses, de barres de fer, des importations superflues, tel que eau, tabac roulé, maisons préfabriquées.

-                     Réduire la facture des importations ;

-                     Améliorer l’offre intérieure ;

-                     Réduire la sortie de devises ;

-                     Protéger l’industrie locale.

Immédiate

Le Ministère du Commerce Extérieur en concertation avec :

-        le Ministère de l’Industrie ;

-        le Ministères de l’Economie Nationale ;

-        le Ministère  de l’Entreprenariat et des  Petites et Moyennes Entreprises.

02

Relèvement des taux des droits de douane pour contrer les importations superflues.

 

-                     Economiser les devises ;

-                     Réduire la facture des importations ;

-                     Protection de l’environnement et de la santé publique ;

-                     Susciter des nouvelles industries locales.

 

Court terme

Le Ministère de Finances en concertation avec :

-                     le Ministères de l’Economie Nationale ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur ;

-                     le Ministère  de l’Entreprenariat et des  Petites et Moyennes Entreprises.

03

Prendre en urgence une série des mesures incitatives d’ordre fiscale et administrative en faveur des filières de production de biens de première nécessité et les produits de substitutions aux importations.

( les propositions contenues dans le Mémo de la FEC adresé au PM le 09 mars 2021).

 

-                     Soutenir l’industrie locale ;

-                     Utiliser les intrants locaux ;

-        Améliorer la structure de la balance commerciale ;

-        Baisser la facture des importations ;

-        Assurer la sécurité alimentaire de la population ;

-        Créer des emplois.

Court et moyen terme

Le Ministère de Finances en concertation avec :

-                     le Ministère du Plan ;

-                     le Ministère de l’Industrie ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur ;

-                     le Ministère de l’Economie Nationale ;

-                     le Ministère de l’Agriculture ;

-                     le Ministère de la Pêche et Elevage ;

-                     le Ministère  de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises.

../…

04

Evaluation de l’application conforme de l’Arrêté portant sur le régime de collection d’assemblage CKD-MKD du 31/03/1991 et son actualisation.

 

-        Favoriser le montage des camions, voitures et motos dans le pays ;

-        Réduire la facture des importations ;

-        Lutter contre la fraude dans ce domaine ;

-        Encourager la production locale et le  transfert des technologies.

Immédiate

Le Ministère de Finances en concertation avec :

-                     le Ministère de l’Economie Nationale ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur ;

-                     le Ministère de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises

-                     le Ministère de l’Industrie ;

-                     le Ministère de l’Agriculture ;

-                     le Ministère de la Pêche et Elevage.

05

Prendre une série des mesures additionnelles de compétitivité en faveur des producteurs locaux disposés à investir dans les secteurs (filières) où le pays dispose des avantages comparatifs avérés.

( Memo FEC au PM du 09/03/2021).

 

-        Améliorer l’offre intérieure ;

-        Diversifier la production locale ;

-        Développer les activités de transformation de la production locale ;

-        Valoriser les dotations factorielles nationales ;

-        Réduire la facture des importations.

Court et moyen terme

-                     le Ministère de Finances ;

-                     le Ministère du Plan ;

-                     le Ministère de l’Industrie ;

-                     le Ministère de l’Economie Nationale ;

-                     le Ministère de l’Agriculture ;

-                     le Ministère de la pêche et élevage ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur ;

-                     le Ministère  de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises

06

Approvisionnement des grands centres de consommations par la production locale.

 

-        Réduire les importations des produits des premières nécessités ;

-        Encourager les producteurs locaux ;

-        Améliorer l’approvisionnement de grands centres de consommation.

Court et moyen terme

Le Ministère de l’Economie Nationale en concertation avec :

-                     le Ministère de Finances ;

-                     le Ministère du Budget ;

-                     le Ministère de  Transports Voies de Communication et de désenclavement;

-                     le Ministère de Développement Rural ;

-                     le Ministère  de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises

07

Evaluation du régime fiscal applicable aux partenariats stratégiques sur le développement industriel et socioéconomique de la RDC, en vue de procéder à la levée de ces mesures au cas par cas.

-                     soutenir les entreprises qui créent  des chaines des valeurs avec impact positif sur la vie socioéconomique ;

-                     créer la compétitivité des entreprises bénéficiaires ;

-                     améliorer l’offre intérieure ;

-                     protéger les emplois ;

-                     Attirer les investisseurs. 

Immédiate

-                     le Ministère de Finances en concertation avec :

-                     le Ministère de l’Industrie ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur ;

-                     le Ministère du Budget.

08

Révision du Code des investissements pour le rendre plus incitatifs et sécurisant.

-                     Attirer et stimuler les investissements dans les secteurs cibles.

Court terme

Le Ministère du Plan en collaboration avec :

-                     le Ministère de Finances ;

-                     le Ministère de l’Industrie ;

-                     le Ministère de l’Economie Nationale ;

-                     le Ministère de l’Agriculture ;

-                     le Ministère de la pêche et élevage ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur ;

-                     le Ministère  de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises

09

Revisitation et actualisation de la liste des marchandises importées destinées aux Entreprises Minières en prenant en compte les produits disponibles dans le pays.

-        Réduire la facture des importations ;

-        Favoriser la production locale ;

-        Utiliser les produits similaires locaux ;

-        Réduire les importations irrégulières ;

-        Lutter contre les abus liés aux avantages octroyés par le code minier.

Immédiate

Le Ministère des Mines en concertation avec :

-                     le Ministère des Finances ;

-                     le Ministère de l’Economie Nationale ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur ;

-                     le Ministère  de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises

   

-                      

   

10

Construire pour des raisons stratégiques et celles liées à la santé publique, une industrie pharmaceutique nationale de référence.

-                     Maitriser l’offre nationale des produits  pharmaceutiques ;

-                     Réduire l’ importante facture des importations des produits pharmaceutiques ;

-                     Création d’emplois dans ce secteur.

Court et moyen terme

Les Ministères de l’Industrie et de la Santé en concertation avec :

-        le Ministère de Finances ;

-        le Ministère de l’Economie Nationale ;

-        le Ministère  de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises ;

-        le Ministère de Santé ;

-        le Ministère de Budget ;

-        le Ministère du Commerce Extérieur ;

-        le Ministère de l’industrie.

11

Construction d’une raffinerie du pétrole brute.

( Ceci dans la seule hypothèse où la quantité produite du brut Congolais justifie à terme le coût de construction d’une raffinerie rentable).

-                     Transformer localement les matières premières ;

-                     Baisser la facture des importations des produits pétroliers raffinés ;

Réduire la dépendance nationale en produits pétroliers raffinés.

Moyen terme

Les Ministères des Hydrocarbures et de l’Industrie en concertation avec :

-                     le Ministère des Finances ;

-                     le Ministère de l’Economie Nationale ;

-                     le Ministère Budget ;

-                     le Ministère  de l’Entreprenariat et des Petites et Moyennes Entreprises ;

-                     le Ministère du Commerce Extérieur.

 

 

La mise en œuvre des politiques et mesures suggérées permettra à coup sûr de reduire la facture des importations du pays, de limiter les imporations massives des produits similaires, qui causent du tord à l’industrie locale, d’améliorer l’offre intérieur et de réduire la dépendance du pays aux importations des produits de première nécessité entre autres.

           

Fait à Kinshasa, le 09 juin 2021           

 Jean-Lucien Bussa Tongba

 

[1].

Pin It

Statistiques

17745178
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2404
10252
50659
17561587
640984
816200
17745178

Your IP: 34.204.180.223
2021-07-29 05:14

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg