Flash

La démocratisation de l’internet avec sa branche «réseaux sociaux» a bouleversé les habitudes des gens depuis quelques années. Dans un monde où les gens éprouvent constamment le besoin d’échanger, cet outil s’est avéré incontournable, car il a permis de briser des barrières surtout sociales, ethniques, raciales, religieuses et culturelles en rapprochant davantage les humains.


Internet via les réseaux sociaux a évidemment apporté des solutions à plusieurs problèmes. On peut aujourd’hui via cet outil échanger avec sa famille se trouvant à des milliers de kilomètres et confins de la terre. Grâce toujours à internet, on peut l’assister en cas de besoin par des moyens désormais facile de transférer des fonds à travers les réseaux sociaux de collecte et transfert d’argent. Il est aussi possible via internet avec ses réseaux sociaux de rencontre et visioconférence, de prendre part à des rencontres d’affaires et séances de travail à distance comme ce fut le cas lorsque la pandémie de Covid-19 sévissait à travers le monde.
Pendant la même période, nous avons vu des hommes de Dieu organiser des cultes à distance, nos enfants apprendre à partir de la maison. Mais aussi et surtout rester en contact permanent avec ceux qui leur et nous sont chers. Une très bonne chose qui nous a permis à tous, je me permets de le dire, de vivre des moments difficiles en quasi-quiétude contrairement à nos ancêtres pendant la période de la grippe espagnole.
Au-delà d’une solution, un grand danger pour la jeunesse
Avant, je pouvais bien ignorer que les réseaux pouvaient être un danger. Et surtout pour nos enfants dont le jugement doit être assisté par les adultes. En ma qualité de Mère de famille, personnalité publique et entrepreneure, j’ai voulu partager ce que j’ai vécu et continue de vivre dans le processus d’éducation de mes enfants depuis l’avènement d’internet et sa branche que sont les « réseaux sociaux ». Une expérience qui est loin d’être singulière. Beaucoup d’entre vous se reconnaîtront sûrement dans ces quelques lignes. De nos jours, nous trouvons tout à fait normal qu’un enfant à l’âge de lire et d’écrire possède un téléphone portable. Au-delà d’être un simple outil de divertissement et d’apprentissage ou formation, il est en quelque sorte un ange gardien, un lien de connexion entre le jeune et ses parents ou tuteurs. Ces derniers savent comment le joindre en cas de besoin et vice-versa.
Le téléphone à travers les réseaux sociaux, s’est avéré aussi et malheureusement une fenêtre par la quelle des personnes malintentionnées et nuisibles peuvent entrer dans la vie des enfants voire même des adultes.
A travers, les réseaux sociaux, des enfants sont exposés à plusieurs dangers dont des prédateurs sexuels et être victimes de harcèlement (injures, photos obscènes…) non seulement en provenance des personnes adultes, mais aussi de la part d’autres mineurs.
Bien que les réseaux constituent des outils intéressants pour se faire des amis, garder le contact avec des connaissances au pays ou partout dans le monde. De plus, l’utilisation de ces canaux de communication par des préadolescents ou des adolescents ne leur sert pas qu’à se former sur leur avenir professionnel. Mais sur des pratiques immorales non autorisées à leur niveau.
C’est pourquoi en tant que parents, nous ne devons pas ignorer les dangers que représentent les réseaux sociaux pour nos progénitures. Il nous revient de savoir comment protéger nos enfants face à ces dangers.
Quelques conseils
Parmi les solutions que l’on pense être pratiques, car nous ne pouvons pas les contrôler partout, il y a la limitation des heures d’utilisation des portables. Faire en sorte que votre enfant parte dans sa chambre pour dormir sans téléphone par exemple. Car, c’est lorsqu’ils se retrouvent seuls qu’ils se permettent d’abuser. Il se filme nu, partage des insultes des photos obscènes. C’est mieux de lui parler plus des logiciels didactiques que du divertissement. S’il est encore trop jeune, l’aider à installer des applications pour Kids. Ces dernières permettent à ce que les parents surveillent de près l’utilisation de leurs enfants. Par-dessus tout, privilégier le dialogue en famille. Plus vous passerez du temps à bavarder en famille, moins vos enfants iront trouver leur distraction ailleurs dans des réseaux sociaux au risque de s’exposer au danger de harcèlement, de chantage, de vol des données personnelles, etc.
Des témoignages reçus çà et là démontrent qu’il y a eu même des cas de suicides, de brisement total du foyer. Imaginez une jeune adolescente qui subit des harcèlements, des injures, dans quel état cette jeune petite écolière peut se retrouver ? Nous sommes donc ce bouclier qui doit couvrir nos enfants face à la méchanceté et nous devons être ce tamis qui aide nos enfants à être prudents et sélectifs. Ne laissons pas seuls nos enfants faire leur entrée dans l’adolescence grâce aux réseaux sociaux, dès l’entame, soyons regardants et orientons nos enfants pour que ces derniers ne soient pas victimes des gens mal intentionnés, capitaliser sur les points positifs des réseaux sociaux. Voilà ce que nous pouvons tout en censurant ce qui va dans le sens de la dépravation des mœurs.

Véronique LUMANU

Pin It

Statistiques

10639936
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
24096
28097
214562
10237135
680051
852369
10639936

Your IP: 18.210.11.249
2020-10-25 22:19

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg