Flash

BAN2

 

Ecrivain, et acteur politique, le Professeur Noël Tshiani Muadiamvita a tenu ce vendredi 20 mai 2022, une conférence à l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC) sur les enjeux, les défis et les perspectives sur la composition de la loi Tshiani, quant au verrouillage de l’accès à Présidence de la République et aux fonctions de souveraineté nationale en RDC. Ainsi que de l’irrévocabilité de la nationalité congolaise d’origine, proposition endossée et présentée à l’Assemblée Nationale par le Député National Nsingi Pululu, dans le cadre de la discussion sur la loi électorale actuellement en discussion, visant la protection de la souveraineté nationale, l’intégrité territoriale.

Face aux professeurs et aux étudiants, Noël Tshiani a expliqué qu’il remonte à deux décennies depuis que  la RDC s’active à instaurer une société véritablement démocratique et un état de droit fonctionnel. Pour y arriver, il a épinglé plusieurs défis qui sont à relever notamment, l’identification et le recensement de la population pour déterminer qui est congolais et qui ne l’est pas, et aussi sur la totalité des congolais à travers le monde. En effet, ces défis touchent aux élections prochaines, et affectent de développement du pays dans la mesure où ils constituent la base de conception et de mise en œuvre d’une véritable vision de développement global et de politique sectoriel du pays afin de réduire la pauvreté.

Ne possédant pas des informations nettes sur les statistiques indicatrices répertoriées sur sa population, il a salué l’initiative du Gouvernement portant sur le comptage complet de la population qui renseignera sur le niveau actuel de la démographie, en octroyant à chaque congolais sa carte d’identité nationale.

Considérée comme une mission impossible, prouver la nationalité congolaise d’un individu  occasionne l’entrée massive des étrangers qui sont sur le territoire nationale sans formalités administratives  d’usage, a-t-il affirmé.  « Plusieurs abandonnement leurs noms d’origine pour adopter des noms congolais afin de tromper l’opinion publique et deviennent d’office des congolais. »

Eu égard aux enjeux d’infiltrations au sommet de l’Etat et au souhait de réduire les risques pesant sur la RDC,  il a proposé que la fonction de Président de la République soit une exclusivité des congolais de père et de mère d’origine. Conforment aux écritures saintes, selon Deutéronome 17 : 15 qui stipule que la royauté ne peut pas être donné à un étranger,  raison pour laquelle la loi Tshiani trouve sa justification. Car, est congolais d’origine toute personne appartenant aux groupes ethniques dont les personnes et les territoires sont  constitués depuis 1960.

En outre, cette suite logique exige la même portée à la présidence du sénat, de l’assemblée nationale, le haut commandement militaire de l’armée, le haut commandement du commissariat général de la Police, le Directeur général de Migration, l’administrateur national  de l’Agence Nationale de Renseignements, les hauts magistrats de la République et le Gouvernement. Mais aussi les Gouverneurs de provinces, et la Présidence de la Commission Nationale Indépendante (CENI) et faudra aussi appliquer les mêmes dispositions  aux époux et aux épouses.

Sans viser un individu, outre ce verrouillage de hautes fonctions, il soutien la révision de la loi organique portant sur les reconnaissances de perte de recouvrement de la nationalité congolaise,  afin de permettre aux congolais qui ont acquis les nationalités étrangères à retrouver la nationalité congolaise d’origine.

D’après Noël Tshiani, la gouvernance politique est aujourd’hui un concept qui vaut un jugement moral, car elle est l’ensemble de règles, de procédures et de pratiques qui affectent la façon dont le pouvoir est exercé à l’échelle nationale. Afin qu’elle soit saine, l’implication de tous contre les antivaleurs est vivement souhaitée et placer l’homme qu’il faut à place qu’il faut et pour cela, il est important d’avoir des hommes et des femmes totalement loyaux à la RDC et à la population.

Dans son ensemble, l’inclusion de cette proposition de loi implique une modification simultanée de certains articles de la constitution, ce qui n’est pas actuellement possible en cette période d’état de siège et au moment approprié elle sera débattue en plénière, par tous les députés nationaux avant de procéder au vote.

Niclette Ngoie

Pin It

Statistiques

22762047
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
18900
24680
140186
22506166
435932
492155
22762047

Your IP: 64.187.236.9
2022-06-25 22:34

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg