Flash

Le Président de la République a tourné la page état d’urgence sanitaire depuis la nuit du 21 juillet dernier. Mais, il a insisté sur la continuité de l’observance des mesures barrières. Car, la fin de l’état d’urgence n’est pas synonyme de la fin de la pandémie de Covid-19 dans notre pays.


«Toutefois, pour les funérailles, les dispositifs actuels restent maintenus et doivent être de stricte application», avait annoncé Félix Tshisekedi. Cependant, le constat est tout autre sur le terrain. Cette mesure prise par l’Exécutif Central semble être contournée par les Kinoises et Kinois.
Tenez. Les funérariums fermés au public, toutes les obsèques sont orientées vers le domicile privé. Là, des nombreux membres de famille, amis et connaissances, pleurent leurs morts et se consolent mutuellement le jour comme la nuit à la belle étoile. Même en l’absence de la dépouille mortelle, les gestes barrières sont foulés au pied. Le jour de la levée du corps, tout ce beau monde se dirige à la morgue. La multitude de corps multiplie le nombre des personnes présentes en ce lieu. C’est la bousculade. Le taux d’exposition à la propagation de la Covid-19 y est encore plus élevé. Et la même ruée est observée au cimetière.
Par ailleurs, les cours ont repris dans les classes et promotions terminales ce lundi 10 août. Et comme annoncé par l’autorité compétente, les églises rouvrent leurs portes dès le samedi 15 août prochain. Le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, a pris la décision de déployer des éléments de la police dans chaque lieu de culte pour faire observer les mesures barrières. Les pères spirituels se disent indignés. Pourquoi ces forces de l’ordre ne rôdent-elles pas autour des bars, des night-clubs, restaurants, etc. ? Pareille décision de l’autorité urbaine ne constitue qu’une aubaine pour certains policiers qui auront l’occasion de rançonner les paisibles chrétiens ou croyants.
Le Président de la République a martelé sur ce qui suit : «S’agissant des mesures sanitaires qui doivent impérativement accompagnées la reprise, je rappelle la nécessité d’observer partout et en tout temps les mesures barrières ci-après : la mise en place des dispositions de contrôle à chaque entrée impliquant la prise de température, le lavage des mains et ou l’application de gel hydro alcoolique, le port correct et obligatoire des masques dans les lieux publics ; le respect de la distanciation physique ; le contrôle et le suivi de l’état de santé du personnel public ainsi que la désinfection et la décontamination régulière des lieux d’activités».
Apprendre à vivre avec la Covid-19 ne sera donc pas une mince affaire, surtout à Kinshasa. Les risques de propagation de cette pandémie demeurent assez évidents. Le coronavirus tue !

La Pros.

 

Pin It

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout