Flash

L’heure est grave ! La situation que traversent la RDC et les autres pays du monde reste tragique. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, il est évident d’affirmer haut et fort que l’économie mondiale est sérieusement secouée par la crise de la pandémie du COVID-19. Au moment où les grandes puissances tentent, tant soi peu, à y faire face, les pays tiers-mondistes, malheureusement, se retrouvent déjà dans une situation économique instable qui frise la catastrophe.

Manifestement, l’aide humanitaire annoncée par certains organismes internationaux ne saura à même de résoudre, aujourd’hui, tous ces problèmes sanitaires et économiques. Déjà, l’on ne sait pas quand est-ce que cette pandémie va être éradiquée. Par contre, l’on sait que ses effets collatéraux vont impacter négativement d’autres secteurs de la vie. Aujourd’hui, plus rien ne tourne. Ce qui s’annonce comme la plus grande catastrophe que le monde n’ait jamais connu, nécessite des pistes des solutions rapides, solides et efficaces, à l’image d’une grande ‘’riposte économique’’.
En vue d’éviter la crise de liquidité qui pourra conduire rapidement le train congolais vite vers le précipice, certains experts en économie, animés de bonne volonté, n’ont pas manqué de proposer quelques pistes. Adolphe Muzito, ancien Premier ministre hier, aujourd’hui Opposant redoutable au régime Tshisekediste, estime, pour sa part, que la crise de la pandémie du COVID-19 pose à la RDC trois problèmes. A l’en croire, le premier est celui de protéger l'homme. Le deuxième est celui de sortir le pays de son état actuel de faillite en vue de résoudre le troisième à savoir, se mettre en capacité de soutenir son économie qui va bientôt entrer en récession. Dans son approche globale et ambitieuse qui s'inscrit dans le court et moyen terme, cet homme mise sur l'aide internationale, mais aussi sur des réformes urgentes à mettre en place au niveau national, visant à relancer l’économie congolaise en berne. Tout comme son prédécesseur, Samy Badibanga Ntita, présente un plan qui doit aller au-delà de la résolution de la crise humanitaire du moment. Lui, il martèle sur des réformes structurelles profondes, importantes et précises en matière de fiscalité, de gestion des finances publiques et contre la corruption. De manière rationnelle, dans la lutte contre la corruption, son plan corrobore avec celui de Noël Tshiani qui, lui, plaide avant tout, sur la suspension des paiements concernant la dette extérieure de la RDC.
Et donc, même si chacun propose de son côté son Plan Marshall, au regard des effets néfastes que provoque le COVID-19 aujourd’hui sur des différents secteurs de la vie à travers le monde, il est extrêmement important pour la RDC, de penser dès aujourd’hui, à une ‘’riposte économique’’ efficiente, avant que cela ne soit trop tard. Car, gouverner c’est avant tout prévoir. Le petit peuple attend fermement.

La Pros.

 

Pin It

Les plus lus