Flash

Le camp Bemba, Katumbi, Matungulu, Muzito, Mbusa Nyamwisi et Martin Fayulu a pris des engagements, depuis la capitale Belge, que d’aucuns parmi ses animateurs auront du mal à respecter jusqu’au bout.

C’est, en clair, la voie consistant à légaliser leur alliance politique pour réclamer le respect des pratiques démocratiques en RD. Congo. Le comble, en effet, c’est quand depuis une Université américaine, bon gré malgré le fait que le débat autour de la ‘’vérité des urnes’’ soit, vraisemblablement, zappé dans la déclaration commune de ces leaders de l’opposition, à Bruxelles, Fayulu persévère et signe au cours d’une conférence débat de ne pas reculer, en revenant à cette question que, par ailleurs, la famille politique de Katumbi juge surannée. N’est-ce pas là le début des contradictions au sein de la coalition Lamuka qui, pourtant, n’a pas encore gagné le pari de se muer en plateforme politique ? Point n’est besoin d’être devin pour prédire à quel point l’unité dans la diversité de ces opposants congolais qui ont ramassé de la poussière au scrutin présidentiel de décembre 2018 ne relève pas d’une mince affaire. Car, appuie-t-on dans certaines officines, au sein de Lamuka, la divergence d’approches résonne désormais entre les six cadres, loin de se fier à la récente déclaration dans laquelle, explicitement, ces leaders n’évoquent point leur thèse initiale autour de la vérité des urnes. Assurément, certains parmi eux trouvent intérêt à se radicaliser jusqu’au prochain rendez-vous électoral, légalement prévu en 2023. Il y a lieu ici de citer, à tort ou à raison, le Chairman du MLC, Jean-Pierre Bemba Gombo ; le candidat malheureux à la présidentielle de 2018, Martin Fayulu Madidi et leurs colistiers Adolphe Muzito et Freddy Matungulu qui, contre toute attente, semblent récuser le schéma de la cogestion du pays avec le tandem Tshisekedi fils et Joseph Kabila. Aux antipodes, force est d’indiquer que le richissime homme d’affaires congolais, Moïse Katumbi Chapwe, pour ne pas citer Mbusa Nyamwisi, serait dans la démarche de faire l’opposition républicaine dont la conséquence, hélas, consiste à reconnaître, en amont, le pouvoir de Félix Tshisekedi. Ce qui est vrai, l’ancien Gouverneur de l’Ex. province du Katanga ne saura jouer à la chauve-souris entre l’opposition radicale et celle dite républicaine, du reste, traditionnellement modérée. En tout état de cause, moult intelligences de son regroupement politique ‘’Ensemble pour le changement’’ l’ont déjà placé sous ses responsabilités quant à la suite de sa communion avec ceux qui s’opposeront au régime de Tshisekedi fils, sinon, ceux qui réclament infiniment la vérité des urnes. Gabriel Kyungu, Delly Sessanga, Claudel Lubaya, ces Katumbistes déjà favorables à Tshisekedi le regardent à leur aise. A leur tour, Pierre Lumbi, Christophe Lutundula et Cie qui, eux, professent l’opposition républicaine sont clairs. Qui vivra verra si Lamuka-coalition politique préconisée par ces opposants n’est point d’avance un mort-né.

La Pros.

 

Pin It

Les plus lus