Flash

BAN2

 

A un mois de la rentrée parlementaire, le Chef de l’Etat et le parlement doivent

veiller à ce que le Gouvernement puisse consacrer effectivement à la défense nationale la priorité qu’elle mérite, par l’allocation des ressources budgétaires conséquentes pour soutenir, à court terme, nos forces armées dans les opérations de neutralisation de toutes les forces négatives, et de faire face, en toute circonstance, aux velléités des Etats voisins d’attenter à l’intégrité territoriale et la souveraineté de la République Démocratique du Congo. C’est à ce prix que le Congo va reprendre le respect qu’il mérite.

Si dans la forme, la République démocratique du Congo est, sans ambiguïté, un pays souverain, le fond augure un avis contraire. Bref, un tout petit peu quand-même. La quête ou la confirmation de cette souveraineté est fortement remise en question, à cause notamment, de son état d’instabilité sempiternelle, de sa vie politique infiltrée à tous les niveaux et totalement dépendant de l’extérieur. D’ailleurs, une fine partie des populations pense, le fait que Kinshasa ait autorisé l’intervention des forces régionales d’opérer dans sa partie Est pour instaurer la paix et stabilité, cela remet largement en cause la problématique de souveraineté.

Tenez ! Au lieu d’aller chercher une armée étrangère ou régionale composée d’éléments ressortissants des pays ‘’complices’’ de notre propre agression, il y a urgence de construire une armée forte et équipée pour faire face à toutes menaces. Ainsi, l’entrée officielle de contingent des forces de défense burundaise  dans le cadre de la mutualisation des forces prônée par les chefs d’États de l'EAC ne fait pas que des heureux. Bien au contraire, elle laisse place à l’inquiétude.  Quand bien-même ledit contingent est constitué d’un nombre important des militaires placés sous le commandement des Forces armées de la RDC et cantonné actuellement dans un centre d'instruction de la région d'Uvira en RDC, l’inquiétude demeure.

Avec leurs homologues congolais, ces soldats auront pour mission de traquer tous les groupes armés étrangers et locaux afin de restaurer la paix promise. Le chef des opérations militaires dans le Sud-Kivu, le général Ramazani Fundi, a pour sa part appelé la population au calme et à collaborer d'une manière franche avec les forces loyalistes afin de mettre un terme à cet activisme des forces irrégulières. En bon citoyen, une vigilance totale serait la meilleure décision pour l’instant.

La Pros.

Pin It

Les plus lus