Flash

BAN2

 

Comme personne ne l’aurait souhaité, le décor est quasiment planté pour assister à une constellation de défis auxquels ni les ateliers, ni les séminaires ou colloques organisés pêle-mêle ne sauront apporter des solutions aussi longtemps que l’anticipation et la prévention resteront lettres mortes. Ceci mérite d’être soulevé d’autant plus que la semaine aura été un calvaire pour les usagers des transports en commun, terrestres comme aériens. Face à l’attentisme des autorités, les embouteillages ont imposé la loi dans les grandes artères de la Capitale. De Kinkole à la Gombe, en passant par le boulevard Lumumba et Sendwe, des milliers de kinois n’ont eu qu’à constater les dégâts.  Et pourtant, cette question a fait l’objet d’un dossier très sensible lors de récentes réunions du Conseil des ministres que le président Félix Tshisekedi a personnellement présidées. Visiblement, c’est le spectre du manque de politique axée sur l’anticipation. Car, parallèlement, les avions ont été cloués au sol à l’aéroport international de N’djili faute de kérosène. Des vols ont été même reportés à la grande surprise des passagers. Un spectacle affligeant dans un pays qui se veut solution face aux défis du monde mais qui parait assez fragile pour faire face aux nombreux problèmes à l’interne. Comme qui dirait, le pouvoir public donne l’impression de battre de l’aile pour arrêter des stratégies efficaces pouvant changer la donne et permettre ainsi au pays de monter d’un cran.  C’est cela le chemin et le schéma à suivre pour un nouveau narratif qui sera étroitement corollaire aux actions à impacts visibles. Au cas contraire, la RDC restera un géant aux pieds d’argile. Cependant, il n’est  pas tard pour se rattraper. Aux autorités de se ressaisir et de rectifier le tir dans l’anticipation. Car, les effets pervers  prennent des proportions alarmantes. L’urgence s’impose.

La Pros.                   

 

 

Pin It

Les plus lus