Flash

«Il est temps de passer aux actes pour en finir avec les années de la prédation de la liberté de la presse». Voilà, en substance, le message lancé par le Secrétaire Général de Journaliste en Danger (JED), lors de la publication de son Rapport annuel sur l’état de la liberté de la presse en République Démocratique du Congo.


«Nouvelle ère pour la liberté de la presse en RDC» est l’intitulé de ce tout premier rapport de JED depuis la fin du régime Kabila et l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi. ‘‘Ce rapport dénombre au moins 85 cas d’attaques diverses contre les journalistes et contre les médias en RDC », indique Tshivis Tshivuadi.

Ce document renseigne les différentes atteintes à la liberté de la presse dont 41 cas de censure. Il s’agit de la fermeture des médias, la confiscation des matériels des journalistes…
On y retrouve également 28 cas d’agressions physiques, de maltraitance ou des menaces directes ou indirectes exercées sur les professionnels des médias dans l’exercice de leur métier ou à cause de celui-ci.
Le rapport indique 16 cas d’arrestations ou des détentions des journalistes pendant des périodes de plus ou moins longues. Plusieurs chevaliers de la plume ou du micro ont été incarcérés, soit interpellés dans diverses installations ou services de l’Etat. « Il y a même certains qui ont été détenus plus ou moins 48 dans diverses endroits », dénonce le Secrétaire Général de JED.

Kinshasa, ville noire de la presse
En termes de classement de la situation de la liberté de la presse par province, la Ville de Kinshasa reste encore et toujours en tête concernant les violations avec 25 cas enregistrés en 2019.
La Capitale est suivie en deuxième position par les provinces du Kasaï Central et du Kasaï Oriental qui ont connu, cette année, une augmentation sensible des violations de liberté de la presse avec 18 et 9 cas respectivement.
Comparativement aux années précédentes, la province du Nord Kivu, en proie à l’insécurité, a enregistré, par contre, une diminution des cas d’attaques contre les journalistes et les médias.
Contrairement aux deux dernières années (2017 et 2018), indique Tshivis Tshivuadi, la RDC connaît ainsi une baisse quantitative de 29 % de cas d’atteinte à la liberté de la presse en 2019.
La baisse la plus significative a été constatée dans le nombre d’arrestations des journalistes qui est passé de 54 cas en 2018 à 16 cas en 2019. Soit une diminution d’environ 70%.

Tandis que le nombre de cas de censure ou fermeture des médias a augmenté, passant de 37 à 41 cas.
Toutefois, cette ONG de défense de droit des journalistes s’inquiète du nombre toujours élevé des cas des menaces et agressions physiques contre les journalistes dans l’exercice de leur métier.
Pour mettre fin à cette situation, JED demande instamment aux nouveaux dirigeants au pouvoir en RDC d’opérer des changements radicaux qui s’imposent aussi bien sur le plan législatif que sur le plan de la protection physiqus des journalistes. « Il y a nécessité de procéder aux réformes du cadre légal en consacrant la dépénalisation des délits de presse afin d’améliorer l’environnement global de travail du journaliste qui doit jouer librement son rôle de quatrième pouvoir », rétorque Tshivis Tshivuadi.

Le Secrétaire Général du JED appelle également la mise en place d’un mécanisme national de protection des journalistes dotés des moyes et des relais dans différentes institutions afin que les exactions commises contre la presse ne restent pas impunies en RDC.

Jordache Diala

Pin It

Statistiques

8419631
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
2601
32442
223001
7970533
250673
979134
8419631

Your IP: 54.160.19.155
2020-08-09 01:40

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg