Le sommet virtuel sur le climat du président américain Joe Biden qui aura lieu du 22 au 23 avril 2021 est l’une des meilleures occasions à travers laquelle le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo peut faire ramener des milliards à la RDC. Dans un mémo adressé au Chef de l’Etat à l’occasion de ce sommet, Marcel Mavinga, coordonnateur de l’ONG «Action pour la Sauvegarde de l’Environnement et le Développement», ASED, propose au 1er citoyen le service écologique des tourbières de la cuvette centrale qui pourraient faire capter des milliards au bénéfice du pays.

 

Ce sommet qui va réunir 40 dirigeants mondiaux dont 5 en Afrique va, selon Marcel Mavinga, offrir à la RDC (invitée) la possibilité d’avoir des milliards si et seulement si le Président de la République mettait en exergue les tourbières de la cuvette centrale. Le président de l’ASED  fait des suggestions à travers un plan que peut considérer le président Tshisekedi pour que le système écologique congolais soit une grande source de revenu pour le développement du pays.

Selon cet environnementaliste de renommée, la participation de la RDC  au sommet virtuel sur le climat organisé par le président américain Joe Biden est très capitale. C’est un avantage pour la RDC de présenter le service écologique de ses forêts représentant le 2ème poumon de la planète, mais surtout parler des tourbières de la cuvette centrale susceptibles de capter de milliards de dollars  au bénéfice du pays.

Marcel Mavinga indique que la volonté politique du chef de l’Etat en matière de lutte contre le changement climatique est un signal fort. Pour lui, c’est une illustration que la RDC est prête à participer aux rendez-vous du donner et du recevoir dans les négociations climatiques. «L’implication des USA et l’acceptation de la Chine de coopérer dans ce domaine, augure un lendemain meilleur», précise-t-il. A cet effet, il se dit très disponible lui et son ONG ASED pour mettre leur expertise au service de la Nation en vue du redressement avec simplement les tourbières de la cuvette centrale.

Dans son mémo, Marcel Mavinga explique qu’une tourbière est avant tout une zone humide où s’accumulent d'importantes quantités de matières végétale et animale. Celles-ci, après une décomposition très lente et très incomplète forment la tourbe. La vitesse d’accumulation de la tourbe varie de 5 à 10 cm par siècle; autant dire que ce n’est pas une ressource renouvelable.

La mise en place d’un task force finance climatique comme suggestion

Dans l’optique de fédérer des efforts du Chef de l’Etat, des Ministères de l’Environnement & Développement Durable, du Plan, de la Coopération Internationale et des partenaires, et ainsi capter les fonds dans l’architecture climatique internationale, le coordonnateur de l’ASED indique qu’il serait nécessaire de mettre sur pieds un “TASK FORCE FINANCE CLIMATIQUE”. Ce task sera chargé notamment, de mobilisation et suivi des initiatives de compensation; de création d’une cartographie de la finance climatique internationale; d’accompagnement des mécanismes de finance climatique existant en RDC; etc.

Enfin, Marcel Mavinga invite les deux présidents des Congo Kinshasa et Brazzaville de mener conjointement un plaidoyer afin de persuader la communauté internationale de la nécessité de compenser le service écologique des tourbières, outre celui des forêts du Bassin du Congo. Cette compensation assurera à coup sûr la pérennité de ces tourbières et la séquestration de la pollution mondiale. Par ailleurs, Marcel Mavinga reste très disponible pour tout coup de main au gouvernement à travers les services écologiques.

Gilbert Mulumba

Pin It

Statistiques

19034775
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
12912
12831
51942
18877916
299419
470413
19034775

Your IP: 3.239.50.33
2021-10-20 23:14

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg