Colors: Orange Color

Le Premier Ministre sortant Ilunga Ilunkamba a présidé ce mercredi 14 avril 2021 à la Primature, la réunion hebdomadaire du Comité de Conjoncture Economique pour continuer la surveillance de la situation socio-économique du pays. Au cours de cette séance de travail, le CCE a passé en revue la situation conjoncturelle hebdomadaire de la période partant du 5 au 9 avril 2021. Il ressort notamment, que le contexte international est marqué par la publication des perceptives économiques mondiales d'avril par le Fonds Monétaire International (FMI).

Ces perceptives renseignent, en effet, que la croissance mondiale devrait s'établir à 6% en 2021, pour ralentir à 4,4% en 2022. En Afrique, ces perceptives renseignent qu'après avoir enregistré une contraction en 2020 de 1,29%, la croissance devrait rebondir pour atteindre 3,4% en 2021, beaucoup moins que la tendance prévue avant la pandémie à coronavirus en 2019.

Par ailleurs, le CCE note qu'au cours de la période sous revue, les activités minières se sont déroulées normalement sur toute l’étendue du territoire national, en dépit d’une diminution du volume des exportations minières avec comme conséquence la baisse de la redevance minière qui est de 16.462.429,49 dollars américains contre 13.828.7,95 dollars américains la semaine dernière. Les cours des métaux la semaine sous examen sont caractérisés par l'augmentation des prix de la quasi-totalité des métaux exportés par la RDC, à l'exception du Cobalt et du manganèse qui ont clôturé la semaine avec des baisses respectives de 1,99% et 0,41%.

Il convient de noter que suite aux informations sur les faits avérés de fraude, de contrebande minière et exportation minière illicite dans la province du Lualaba et confirmées par les autorités provinciales, le Ministre des Mines a suspendu le Chef de Division provincial « Mines et Géologie ».

Sur le plan sanitaire, les membres du Comité de Conjoncture Economique ont noté, selon les statistiques publiées par le Comité Multisectoriel de Riposte à la Covid-19, 188 nouvelles contaminations, soit 28.542 cas de personnes testées positives contre 28.354 au 4 avril 2021, avec 745 décès contre 739 une semaine plutôt.

Pour ce qui est de l'évolution des principaux indicateurs économiques, le CCE note dans le secteur réel, une décélération du rythme de formation des prix intérieurs au cours de la deuxième semaine du mois d’avril.

Aussi, le taux d'inflation national hebdomadaire s'est situé à 0,081% contre 0,089% la semaine précédente. L'inflation de la semaine est consécutive notamment, à la hausse des prix des produits de première nécessité.

La baisse de 10,2% à fin mars du stock des produits pétroliers détenus par Sep Congo pour couvrir la partie Ouest du pays en mars 2021 par rapport à fin février. Ainsi que la hausse de 9,1% de stock des produits alimentaires importés à fin mars 2021 par rapport à fin février.

Au secteur extérieur, on note le maintien d’une stabilité relative du franc congolais à l'indicatif et une dépréciation de 0,32% au parallèle face au dollar, au 9 avril par rapport au 2 du mois en cours. Le franc congolais s’échange à 1983,34 franc congolais pour un dollar américain à l'indicatif et à 2024,17 franc congolais le dollar américain au parallèle.

La Pros.

Grâce au financement approuvé par la Banque mondiale

« Kin Elenda » : 500 millions USD pour réduire l’exclusion socio-économique dans les zones urbaines

*Le Projet de développement multisectoriel et de résilience urbaine à Kinshasa, également connu sous le nom de « Kin Elenda », va bénéficier d’un financement de 500 millions de dollars de la Banque mondiale pour renforcer les capacités institutionnelles de gestion urbaine et améliorer l’accès aux infrastructures et aux services dans la capitale rd-congolaise. Ce financement alloué par l’Association internationale de développement (IDA) ouvrira ainsi des perspectives socio-économiques à la population kinoise.

Le projet dont le financement comprend un crédit et un don de l’IDA d’un montant de 250 millions de dollars chacun, profitera aux habitants les plus vulnérables de Kinshasa en améliorant l’approvisionnement en eau et en augmentant la résilience du réseau électrique, en particulier grâce au recours à des énergies renouvelables, renseigne le communiqué de presse du Groupe de la Banque mondiale en RDC.

Grâce à cela, plus de deux millions de personnes, dont 51 % de femmes, bénéficieront directement de meilleurs services, avec par exemple des raccordements à l’eau courante dans les logements, une moindre exposition aux inondations et la création d’espaces verts dans les quartiers de Kisenso, Ndjili, Matete et Lemba.

Il sied de préciser que toutes les composantes du projet viseront à atténuer les inégalités entre les sexes, au moyen d’activités destinées à améliorer la situation socio-économique des femmes et à réduire les violences de genre.

« Kin Elenda contribuera à résoudre les difficultés d’accès aux services de base et à réduire l’exclusion socio-économique dans les zones urbaines. Il s’attaquera aussi aux problèmes d’exposition aux aléas climatiques, qui affectent déjà Kinshasa et sont autant d’obstacles à un développement urbain durable », explique Jean-Christophe Carret, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la République démocratique du Congo, le Burundi, l’Angola et Sao Tomé-et-Principe.

Par ailleurs, pour combattre les conséquences de la pandémie de COVID-19, Kin Elenda cherche enfin à protéger les pauvres et les personnes vulnérables et à préserver leurs moyens de subsistance en « reconstruisant en mieux », selon une démarche qui s’attache à favoriser une reprise inclusive et accroître la résilience au changement climatique.

Le projet appuiera également l’amélioration de la planification urbaine et la génération de recettes, participant ainsi au renforcement des services et de la gouvernance. En outre, grâce à des investissements dans l’entretien des infrastructures, des activités d’inclusion sociale et l’élargissement de l’accès à la formation professionnelle, le projet entend accroître le revenu des personnes vulnérables tout en stimulant la croissance et la productivité dans les secteurs prioritaires.

« Compte tenu des immenses défis auxquels la ville doit faire face, ce projet ouvrira la voie à un engagement à plus long terme de la Banque mondiale à Kinshasa, dans le cadre d’une série d’opérations dont le but est d’améliorer les conditions de vie des 9 millions de pauvres qui y vivent », précise Meskerem Brhane, responsable du pôle Développement urbain, résilience et foncier en Afrique de l’Est et australe à la Banque mondiale.

Fondée en 1960, l’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Elle accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des plus démunis.

Un des principaux bailleurs de fonds des 76 pays les plus pauvres de la planète, l’IDA a soutenu depuis sa création, des activités de développement dans 113 pays. Ses ressources bénéficient concrètement à 1,6 milliard de personnes.

Boris Luviya

Gouvernement-PNUD : Sama Lukonde et Dominic Sam étudient les pistes de collaboration

En attendant la publication du Gouvernement qu’il va diriger, le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge enchaine des rencontres avec différentes personnalités du pays, mais aussi des membres des représentations diplomatiques et organisations internationales. Lundi 29 mars dernier, le chef du Gouvernement entrant a rencontré le Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en RDC, M. Dominic Sam. Il s’est agi pour les deux personnalités de mettre à profit cette rencontre pour passer en revue les pistes possibles de collaboration entre le Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation et le PNUD.

«C’était d’abord une visite de courtoisie pour féliciter le Premier Ministre pour sa nomination», a confié le Représentant Résident du PNUD à l’issue de l’audience.

«Nous avons passé en revue les pistes possibles de collaboration avec le PNUD dès qu’il y aura le nouveau Gouvernement sur place. Une fois que le Programme du Gouvernement sera connu, nous allons nous asseoir avec le Premier Ministre et les différents ministres sectoriels pour voir ensemble que peut-être l’apport du PNUD dans le secteur critique pour propulser les réformes nécessaires. Donc, nous attendons la sortie du Programme du Gouvernement pour pouvoir en discuter », a laissé entendre Dominic Sam.

Il sied de noter que le PNUD en tant qu’Agence du système des Nations Unies, accompagne l’action du Gouvernement en RDC dans plusieurs secteurs de développement, et cette collaboration compte se poursuivre pour les prochaines années.

La Pros.

Le cadre macro-économique demeure stable, indique le CCE

Les membres du Comité de Conjoncture Economique se sont réunis une fois de plus ce mercredi 31 mars 2021 autour du Premier Ministre sortant Ilunga Ilunkamba pour continuer la surveillance de la situation socio-économique du pays.  A l'Hôtel du Gouvernement où s’est tenue la séance de travail, trois dossiers ont été examiné. Il s’agit premièrement de la note de conjoncture présentée par la Vice-Premier ministre en charge du Plan, ensuite la note de conjoncture économique présentée par le Vice-Gouverneur de la Banque Centrale du Congo, ainsi que la note d'information sur la signature d'un contrat de collaboration entre la CVM et la FEC présentée par l'Administrateur Délégué de cette dernière.

Selon le Vice-Premier Ministre chargé du Budget qui a fait le point de la réunion, sur le plan international, il a été noté que dans son rapport publié le 24 mars 2021, la Banque Mondiale indique que l'Afrique devrait voir sa croissance se situer autour de 3,4% contrairement aux prévisions précédentes de 2,1%. Cela se justifie notamment, par l’embellie des matières premières avec une reprise quoi que timide des activités sur le marché international et le recul des restrictions induites par la pandémie de covid-19, souligne Jean Baudouin Mayo Mambeke.

Par ailleurs, il a été noté une baisse des prix de tous les produits miniers d'exportation à savoir, le Cuivre, le Cobalt, le Zinc et le Manganèse.  Mais également la baisse de tous les produits céréaliers à l’exception du maïs.

En effet, le prix du cuivre est de 8968 USD la tonne métrique, le Cobalt est à 52470 USD la tonne, le zinc est à 2816,40 USD, l’étain à 27559,40 USD, l’Or est à 1732,74 USD l’once, et l'argent est à 2520,30 USD.

Ces prix permettent à l’économie nationale de se renforcer et résister.

Sur le plan national, l’examen des statistiques de pandémie à COVID-19 renseigne  8.012 cas de personnes contaminées au 28 mars 2021 contre 27.553 au 20 mars 2021, soit 459 nouveaux cas et 739 cas de décès.

Le VPM en charge du Budget a lancé une alerte à ceux qui sont encore sceptiques devant la maladie. ‘’Il faut continuer à respecter les gestes barrières, et toutes les instructions des autorités du pays‘’, a-t-il laissé entendre. Aussi a-t-il salué les efforts du personnels soignants en RDC au regard des 24.892 cas de guérisons depuis le début de la pandémie dans le pays.

Pour ce qui est du marché de change, il demeure stable tant à l’indicatif qu'au parallèle, en dépit d’une légère dépréciation à l'officiel de 0,11% et au parallèle de 0,42%. Le FC se change pour 1 $ Américain à 1982,7FC à l'officiel 2025 FC au parallèle.

Sur le marché des biens et services, le rythme de formation des prix intérieur est demeuré globalement stable. Le taux d'inflation hebdomadaire s'est établi à 0,10%. Le cadre macro-économique demeure stable grâce au respect du pacte de stabilité monétaire signé entre le Gouvernement et la BCC.

La FEC a tenu informer le CCE de la signature d’un contrat de collaboration entre la CVM et la FEC, dans sa branche des Agents maritimes.

La Pros.

De plus en plus les juridictions, pour dire le Droit, font appel aux principes généraux du droit, chaque fois qu’elles estiment que la solution à apporter au litige ou à la question qui leur ai soumise relève d’une matière dans laquelle l’absence de loi ou l’ambiguïté de celle-ci ne leur permet pas de se prononcer.

*Le dollar devient la monnaie de réserve. D’où, toutes les spéculations observées autour du Franc congolais.
Ces derniers jours, en République démocratique du Congo, sur le marché des changes, nous avons plusieurs devises qui se négocient, entre autres, le CFA, l’euro, le Franc suisse, la Livre Sterling, le dollar américain avec le Franc Congolais.

Bonne nouvelle pour la population de la Capitale. Comme annoncé dans son communiqué du 19 mai dernier, la Ministre de l'Economie Nationale, Mme Acacia Bandubola Mbongo a procédé au lancement officiel de la vente des produits de grande consommation pour approvisionner la Capitale, en proie à la pandémie de covid-19.

Statistiques

15054823
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
8180
25681
124812
14765126
361941
764873
15054823

Your IP: 34.204.186.91
2021-04-16 08:09

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg