Flash

BAN2

 

 

Un appel de Lambert Ngoi depuis Tokyo

Evitez ce piège, Monsieur le Premier Ministre Sama Lukonde Kyenge !

 

Lettre ouverte

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

J’ai adhéré à l’Union Sacrée et j’y reste. C’est la seule voie crédible actuellement pour sauver la nation.

Nos compatriotes s’inquiètent, s’impatientent et spéculent énormément sur la sortie du gouvernement que vous devriez diriger pleinement pour accomplir la vision du Chef de l’Etat.

Nulle part au monde, les noms des animateurs du futur gouvernement ne sont discutés avant la signature par tous les partenaires et surtout,  la publication d’un programme commun de gouvernement. 

En RDC, les politiciens ont été habitués au partage du cadeau et ne se rendent pas compte de l’immoralité de cette pratique. Par partage du gâteau,  il faut entendre la distribution des postes dont les  secteurs sous tutelle seront considérés comme des chasses gardées pour y opérer,  comme des électrons libres, pour le profit personnel et/ ou celui du parti politique d’appartenance, toujours au détriment de la patrie. Et tout ceci,  dans une ambiance de chantage permanent pour garder la coalition intacte. 

Excellence Monsieur le Premier Ministre, publier d’abord le projet de programme de gouvernement. Ainsi ceux qui, pour une raison ou autre, quitteront l’Union sacrée  demain ne pourront pas critiquer les actions du gouvernement qu’ils se seront engagés à promouvoir. Il en sera de même pour les partis qui n’auront pas obtenu  de ministères.

La pratique consistant à désigner d’abord les ministres sans accord préalable précis sur l’action gouvernementale a ruiné le pays. Il faut penser la politique autrement.

Votre gouvernement sera morbide et moribond  s’il voit le jour dans des conditions de flou et de chantage. 

N’hésitez pas si nécessaire à rendre le tablier et proposer au Chef de l’Etat de dissoudre l’Assemblée Nationale. 

Les compromis politiques en RDC sont souvent des compromissions. Ne vous faites pas happer. Le peuple congolais compte sur votre intégrité et votre patriotisme.

Lambert Ngoi

Une immigrée africaine devenue lesbienne malgré elle

(Par Aliou TALL)

 

Elle est vient d’un pays musulman où l’homosexualité est vue comme une vicieuse ignominie. Elle a prétendu qu’elle est lesbienne, et qu’en cas de retour dans son pays, la réaction de la population, imbue d’une conception orthodoxe des interdits de l’Islam, aura été inéluctablement outrageuse et attentatoire à sa dignité et son intégrité physique. Y manifester ostensiblement son orientation sexuelle aura heurté les mœurs, les coutumes et les sensibilités religieuses. Le statut de réfugiée lui a été reconnu. Mais elle s’est retrouvée piégée dans un mirage, et a été amenée à flirter avec une femme. Elle est devenue lesbienne pendant des mois,…malgré elle.

Prétendant qu’elle est lesbienne et qu’elle risque d’être persécutée dans son pays, elle a demandé le droit d’asile.

Dans le récit de sa demande d’asile, elle a prétendu que dès l’adolescence elle est attirée, non par les garçons, mais par les filles. Elle a déclaré avoir eu sa première expérience homosexuelle par un baiser échangé subrepticement avec une fille, dans les toilettes de son collège. L’intolérance de ses proches, et la violence des réactions verbales et physiques de la société contre les homosexuels, généraient en elle une peur inouïe de manifester des sentiments qu’elle ne pouvait pas contrôler.

En effet, dans son pays, la grande majorité de la population, très attachée aux coutumes islamisées, considère l’homosexualité comme une déviance, un péché diabolique, contraire aux lois de l’Islam. La population manifeste ouvertement une haine viscérale à l’égard des homosexuels, traités comme des êtres sataniques, des souillures contre l’Islam. Elle a affirmé que lorsque ses parents ont découvert son penchant intime pour les femmes, ils ont déclaré qu’elle est bannie de la famille et de la communauté musulmane, et qu’ils attenteront à sa sécurité et sa vie si elle revenait au pays

Mais sa demande d’asile a été rejetée, au motif qu’elle ne répond pas aux conditions de  la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, ni à celles du code français des étrangers (CESEDA). Elle a alors sollicité mon aide pour former un recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA).

Avec des informations juridiques que je lui ai données, elle a fait un recours et a obtenu le droit d’asile.

Dans les éléments que je lui ai donnés pour former son recours, j‘ai démontré, sans revenir sur son récit, que dans son pays  l’homophobie n’y est pas une déviance. Qu’au contraire, c’est l’homosexualité qui y est considérée comme une déviance. J’ai démontré que les convictions, prohibitions, principes religieux et traditionnels y justifient un fort degré d’homophobie, une culpabilisation permanente des homosexuels, qui les exposent à des persécutions, sans qu’ils puissent y bénéficier d’une protection efficace des autorités publiques. Qu’au contraire, les lois de son pays se rangent plutôt du côté de la population et des mœurs islamisées, en ce qu’elles incriminent à leur tour l’homosexualité, par des dispositions pénales sur les actes contre-nature.

L’homosexualité y étant doublement incriminée, à la fois par des réponses sociétales que des réponses pénales, j’ai alors invoqué une directive européenne et décision de principe par laquelle de la Cour Européenne de Justice a, en 2013, retenu le principe selon lequel les homosexuels originaires de pays étrangers constituent un groupe social persécuté, dès lors qu’il existe dans leur pays d’origine une répression effective de leur orientation sexuelle. Ces arguments ont convaincu la Cour nationale du droit d’asile, qui a annulé la décision de l’OFPRA et lui a accordé un titre de résident de 10 ans.

Mais piégée par son mirage, elle a été amenée à consommer son homosexualité imaginaire.

Quelques temps après, j’ai croisé cette dame. Elle était en état de grossesse avancée. Interloqué, je l’ai félicitée tout en lui remarquant avec un brin d’humour : je croyais que vous étiez lesbienne, madame ! Sur un ton taquin, elle répondit : Oui, mais il y a la PMA (Procréation médicalement assistée), il y a aussi la bisexualité. A moitié convaincu, j’ai rétorqué : Quoi que !? C’est alors qu’elle décida de m’avouer qu’elle n’a jamais été lesbienne, que c’était juste pour éviter une OQTF (Obligation de quitter le territoire français) qu’elle a demandé l’asile. N’ayant pas pu obtenir la régularisation de sa situation administrative par d’autres voies. Mais qu’elle regrette, parce que les circonstances l’ont amenée à se comporter comme une lesbienne, pendant des mois, à son corps défendant. Elle avoua que pour attester le caractère probant des différentes relations intimes qu’elle a prétendues avoir eues dans sa préadolescence, et la crédibilité de ses déclarations sur la manière dont elle vit son homosexualité en France, elle s’est approchée d’une association qui apporte un soutien matériel et psychologique aux personnes persécutées ou discriminées en raison de leur orientation sexuelle.

Mais sans le vouloir, ni le prévoir, elle a été entraînée dans un engrenage. Une lesbienne membre de cette association s'était beaucoup investie dans sa recherche de logement et de  formations  pour faciliter son insertion  professionnelle. Elle se sentait redevable envers elle et, de ce fait, acceptait ses invitations à participer à des soirées et des manifestations LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, et Transgenres). Elle lui faisait ensuite des compliments  sur sa beauté, son joli teint et sa belle silhouette, et a fini par la draguer. Elle s'est sentie obligée d'accepter ses avances, et a décidé de jouer  le jeu, pour obtenir des preuves de son homosexualité  imaginaire et appuyer sa demande d'asile. Se disant que toute façon elle a un copain, et qu'elle  aura juste à simuler un flirt avec cette femme, au plus tard jusqu'à la fin de sa procédure.  Mais l'autre, se croyant aimée dans une vraie relation homosexuelle, lui a servi un baiser langoureux lors d'une soirée privée. Elle a concédé que ce baiser furtif  a été réitéré à deux reprises, avant  qu'elle n'ait décidé de s’éloigner de son amoureuse, parce que moralement  persécutée  par un sentiment  de culpabilité. Malgré le remords, malgré le fait que son coming-out n'ait été qu'une supercherie, elle était devenue, de fait et malgré elle, une lesbienne. 

Elle s’est menti pendant des mois, et a bluffé tout le monde sur son orientation sexuelle, noyée dans un mirage à l’instar de Tartarin de Tarascon. Je lui ai demandé quelle a été la réaction des membres de l’association quand ils ont appris sa grossesse. Elle répliqua qu’elle a anticipé le choc en leur affirmant qu’elle est devenue bisexuelle. Mais que c’est plutôt à l’égard de sa famille musulmane, et surtout de son père, notable respecté par sa pieuté, qu’elle a des regrets. Bien que, en grande partie, c’est pour leur venir en aide qu’elle ait inventé ce psychodrame qui lui a permis d’obtenir un titre de séjour et un emploi. 

Son parcours migratoire soulève une intrigue difficile à dénouer, qui continue de titiller mes neurones, malgré mes 20 ans d’expertise des questions migratoires : La quête d'un titre de séjour et les difficultés existentielles  peuvent-elles justifier les périlleux micmacs auxquels se livrent certains africains ?

Aliou TALL,

Président du RADUCC

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Des dialogues, en passant par les pourpalers en RD. Congo, qu’en tire le peuple ? De 1960 jusqu’à ce jour, differentes conciliabules qui ont émaillé une bonne partie de la deuxième ainsi que de la troisième République n’ont été bénéfiques que pour une seule catégorie. A savoir : ‘’Des politiciens’’.

Ilunga Ilunkamba totalisait trois mois et six jours, le 26 août 2019, sans être investi en qualité de chef du gouvernement, alors que l'ordonnance de sa nomination était publiée le 20 mai 2019. A raison! Ne pouvant pas par un coup de bâton magique se mettre officiellement au travail, sans une équipe gouvernementale investie par l'Assemblée nationale.

Pourquoi doit-on continuer à revendiquer dès lors que l’année 2020 a été déclarée par le Président de la République, ‘’Année de l’action’’ ? A défaut de ces prétendues ‘’actions’’ positives et productives prônées par le père de la Nation, dans l’optique de faire avancer le pays dans la bonne direction, ce sont, par contre, des revendications, pire, des désolations qui sont exprimées ouvertement et fréquemment par des magistrats, professeurs, médecins, étudiants, bref, par la majorité de la population du pays qui vit une misère indescriptible.