Dernières publications

Nombreux sont des travailleurs congolais qui sont devenus aveugles et, de ce fait, ne peuvent plus prester convenablement pour pouvoir subvenir à leurs besoins, ainsi qu'à ceux de leurs familles.

Cette situation de plus en plus fréquente est un véritable casse-tête pour les personnes concernées en plus du fait que le pays ne dispose d’aucun programme adapté ou adéquat pour la prise en charge des personnes vivant avec ce type de handicap. Interrogées sur le manque criant des programmes appropriés pour leur prise en charge, quelques personnes malvoyantes et aveugles qui ont souhaité garder l’anonymat, ont confié qu'elles sont prêtes à suivre des programmes qui leur permettront de reprendre le chemin du travail qui, bien entendu, est indispensable à l’homme, et qui lui assure la survie ainsi que le confort sur les plans matériel et intellectuel.

Aussi longtemps que cela demeure impossible en République Démocratique du Congo, ces personnes seront certainement toujours abandonnées à leurs tristes sorts, et pourtant l’Etat congolais devrait, en principe, assumer sa responsabilité de s’occuper de toute sa population, y compris les personnes vivant avec un handicap visuel. Ce qui, d'ailleurs, lui permettrait finalement d'éradiquer la racine de la discrimination sur le marché du travail.
Pour peu que l’on puisse faire des recherches sur Internet, l’on se rend compte qu’en Europe francophone par exemple, les malvoyants et aveugles bénéficient au sein de plusieurs associations, de toutes leurs capacités personnelles, et cela favorise leur réinsertion familiale, sociale et éventuellement professionnelle.
En effet, à travers son centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle moyen séjour, un centre français propose aux aveugles et malvoyants de véritables séjours de réinsertion avec l'idée d'un travail en hospitalisation complète et d'une prise en charge globale de la personne. En outre, ces séjours permettent d'acquérir ou de retrouver un maximum d'autonomie et de découvrir «une autre façon de voir les choses».

Côté Belge, il y a également de nombreuses structures qui agissent avec et pour les personnes aveugles et malvoyantes. Ces associations sans but lucratif favorisent leur inclusion dans la société en construisant avec elles des solutions d'autonomie et d'épanouissement, à savoir l'accompagnement global et personnalisé, les formations aux nouvelles technologies, l'accès aux activités culturelles et loisirs, proposer des aides à l’emploi et octroyer un Budget d’Assistance Personnelle, etc.
En somme, si ailleurs les personnes aveugles et malvoyantes se sentent en sécurité sociale et financière, et ce, en dépit de leur déficience visuelle, en RDC, cela est encore loin d’être acquis.

Boris Luviya


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout