Dans une déclaration rendue public le lundi 25 février dans la foulée de sa visite en RD. Congo, John Peter Pham, envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des Grands Lacs, a indiqué que son pays est prêt à travailler avec le Congo-Kinshasa et à soutenir le Président Félix Tshisekedi afin de satisfaire le désir de changement exprimé par le peuple congolais.

Dr Peter Pham a précisé que les sanctions des USA contre le cinq officiels congolais vont dans le sens de soutenir l’engagement du nouveau Chef de l’Etat à lutter contre la corruption. En même temps, le représentant de Donald Trump dans la région des Grands Lacs a sous-tendu que les personnalités sanctionnées étaient responsables de la corruption, liée aux élections, qui remonte en 2016, bien avant la tenue des scrutins qui ont eu lieu le 30 décembre 2018. Veuillez lire, in extenso, ladite déclaration du diplomate américain Dr John Peter Pham.
Déclaration de l'Envoyé Spécial des Etats-Unis pour la Région des Grands Lacs, le Dr J. Peter Pham, à l'occasion de sa visite à Kinshasa, en RDC, du 21 au 25 février
Au cours de ma visite à Kinshasa, j'ai rencontré le Président Félix Tshisekedi et d'autres responsables gouvernementaux, des représentants de la société civile et des Leaders religieux congolais, ainsi que des représentants de tout le spectre politique du pays, y compris l'ancien candidat à la présidentielle, Martin Fayulu. Lors de ces réunions, j'ai souligné que les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple de la République démocratique du Congo, à la suite du transfert historique et pacifique du pouvoir en RDC. J'ai félicité le Président Tshisekedi pour son investiture, il y a exactement un mois et j'ai insisté que les États-Unis s'engagent à le soutenir, ainsi que ses efforts à satisfaire le désir clair de changement exprimé par le peuple congolais. Nous sommes encouragés par le nombre de mesures importantes que le Président Tshisekedi a déjà prises, au cours de son premier mois de mandat pour lutter contre la corruption, accroître la transparence, promouvoir le principe d’obligation de rendre compte et améliorer le respect des droits de l'Homme. Alors que le gouvernement est en train de se former, nous sommes impatients de coopérer avec une nouvelle équipe engagée à faire progresser ces valeurs communes. Les restrictions de visas imposées par les États-Unis, annoncées lors de ma visite, vont dans le sens de l'engagement du Président Tshisekedi à éradiquer la corruption, à faire progresser les droits de l'homme et à renforcer la démocratie en RDC. Les personnes identifiées publiquement étaient responsables de la corruption personnelle liée aux élections, laquelle remonte à 2016, bien avant le début de la période de campagne électorale ou le jour du scrutin. Comme je l'ai mentionné au Président Tshisekedi, le gouvernement des États-Unis est prêt à le recevoir lorsqu'il est disponible à se rendre à Washington et nous sommes prêts de travailler avec lui et son gouvernement pour créer un avenir plus pacifique et plus prospère pour le peuple congolais.
J'ai eu également l'occasion de remercier l'Ambassadeur Mike Hammer et l'équipe de l'Ambassade des États-Unis à Kinshasa pour le travail incroyable qu'ils ont accompli ces derniers mois dans des conditions difficiles pour promouvoir les intérêts américains et renforcer les liens politiques, sécuritaires et économiques entre nos deux pays.

 


Statistiques

4761077
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
4261
3954
70251
4527212
16358
640929
4761077

Your IP: 3.233.239.102
2020-04-04 21:04

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg