L’Honorable Rapporteur de l’Assemblée Nationale n’a pas manqué de réagir, à chaud, après la mésaventure perpétrée par quelques militants dits de l’Union pour la démocratie et le progrès social, Udps (parti présidentiel) hier, lundi 10 juin 2019, au Palais du Peuple.

Célestin Musao Kalombo Mbuyu a condamné, avec la dernière énergie, ces actes inacceptables bafouant les lois du pays et, du reste, d’ordre à nuire aux acquis de l’alternance démocratique telle que vécue en janvier 2019. Porte-parole des élus nationaux, le Notable du Grand Katanga appelle, de ce fait, à la préservation des acquis démocratiques.

En effet, l’Honorable Célestin Musao Kalombo Mbuyu rappelle à raison que ni la représentation nationale, ni le Bureau que chapeaute l’Honorable Jeannine Mabunda, n’avaient nullement mis en cause les deux dernières ordonnances du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Par ailleurs, l’appel fort de la représentation nationale lors de la plénière du vendredi dernier, indique-t-il, était plutôt relative à la mise en place urgente de l’équipe gouvernementale, au regard de l’almanach de la session ordinaire de mars qui, tout compte fait, fixe la clôture de la session au samedi 15 juin courant, soit dans 5 jours. L’élu de la circonscription électorale de Kabongo note que la Présidente de l’Assemblée Nationale avait bel et bien recadré les Députés qui s’attaquaient au Chef de l’Etat. Car, renchérit-il, le Président de la République est irresponsable devant la Chambre basse du Parlement. Dans son message de paix, Célestin Musao Kalombo Mbuyu fait savoir que l’alternance démocratique (grande leçon donnée au monde par le peuple congolais et sa classe politique, à l’issue d’un processus apaisé et crédible) doit être préservée surtout lorsqu’il s’agit d’un parti au pouvoir.

Pour rappel, l’actuel Secrétaire général de l’Udps, Augustin Kabuya, avait appelé, le dimanche 9 juin dernier, les militants de ce parti présidentiel en RD. Congolais, à ne pas se lancer dans la rue. Malencontreusement, quelques-uns d’entre ces derniers ont carrément boycotté le mot d’ordre de leur hiérarchie.

Jacques Kitengie

 

Les plus lus