*Les importations frauduleuses et la maffia auront été dans la ligne de mire de Jean-Lucien Bussa tout au long de son pèlerinage au Ministère du Commerce Extérieur. Et cela, à un peu plus d’une année seulement. Aujourd’hui, il quitte ses fonctions en raison de son incompatibilité avec son siège à l’Assemblée nationale, ayant été élu aux législatives nationales du 30 décembre 2018. Parmi les innombrables missions et tâches urgentes lui assignées, il se devait de faire du Commerce Extérieur l’un des leviers de croissance économique de la République Démocratique du Congo. Impératif qu’il a, selon lui, relevé avec une bonne dose de réussite chiffrée à 95%.

 A ce jour, le projet de création de l’Agence Nationale pour la Promotion des Exportations est presqu’une évidence, et l’ex-Ministre d’Etat l’a démontré à travers son bilan à la tête du Ministère dressé, le vendredi 8 mars 2019, lors de la cérémonie de remise-reprise. Que peut-on alors retenir de ce bilan ? Beaucoup de choses. Car, des mesures de régulation des importations, pour ne citer que celles-là, ont produit des résultats socio-économiques palpables notamment, la réduction de la dépendance du pays aux importations des produits, tels que les ciments gris, le sucre, les barres de fer, les bières et boissons gazeuses et l’huile de palme. Mais aussi le rajeunissement des effectifs au sein de l’Administration du Commerce Extérieur et l’amélioration de la motivation des agents.

Sans oublier le projet de réhabilitation et modernisation de la Foire Internationale de Kinshasa qui a été approuvé à tous les niveaux, et les rémunérations de son personnel ont été budgétisées. Pour sa part, le banc syndical de ce ministère salue les actions d’un homme qui aura été non seulement au service de la nation, mais aussi beaucoup proche des agents et fonctionnaires de l’Etat de ce portefeuille ministériel. D’où, le souhait de ces derniers de le revoir dans le prochain gouvernement, pour poursuivre son œuvre dont le bilan, à ce stade, reste plus que satisfaisant.

‘’…Ayant été élu Député National, j’ai pris l’option, conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution, de siéger à l’Assemblée Nationale. Ce qui met fin automatiquement à mes fonctions de Ministre d’Etat, Ministre du Commerce Extérieur‘’, a-t-il dit au sortir des locaux du Commerce extérieur, à l’immeuble de la Territoriale à l’occasion de la cérémonie de transfert de pouvoir.

Persuadé qu’il a été bien élu, lui et les membres de son parti, le CDER, Jean-Lucien Bussa a opté pour l’hémicycle où il entend poursuivre son combat pour une République de droiture et de légalité à tous les niveaux.

Le Ministère dont il vient de céder le fanion de commandement était parmi les rares à avoir entrepris les plus grandes décisions salutaires pour le pays, au regard des échanges avec l’extérieur qu’il a eu à gérer avec fougue.

Les défis étaient énormes, certes. Mais avec la bonne collaboration des membres de son Cabinet et même du Secrétariat Général, Jean-Lucien Bussa Tongba les a, tant soit peu, surmontés un par un.

Actuellement, les mesures de régulation des importations ont produit des résultats socio-économiques palpables notamment, la réduction de la dépendance du pays aux importations des produits, tels que les ciments gris, le sucre, les barres de fer, les bières et boissons gazeuses et l’huile de palme. Mais aussi le rajeunissement des effectifs au sein de l’Administration du Commerce Extérieur et l’amélioration de la motivation des agents. Sans oublier le projet de réhabilitation et modernisation de la Foire Internationale de Kinshasa qui a été approuvé à tous les niveaux, et les rémunérations de son personnel ont été budgétisées.

Face à cela, ‘’je reste convaincu que le Ministère d’Etat va recourir sans hésitation au service de tous ses collaborateurs dynamiques, qui font montre des compétences éprouvées ce, au mieux des intérêts du gouvernement de la République et du peuple congolais‘’.

Parti de ce vaste ministère la tête haute, Jean-Lucien Bussa aura placé l’Administration du Commerce Extérieur au niveau qui lui permet d’agir avec efficacité. Mais aussi vidé les nombreuses questions de gouvernance et d’efficacité des Organisations et Structures sous-tutelles, en particulier l’Office Congolais de Contrôle et de la Foire Internationale de Kinshasa.

La Pros.

 

DISCOURS DE REMISE ET REPRISE DE SON EXCELLENCE JEAN-LUCIEN BUSSA TONGBA
MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DU COMMERCE EXTERIEUR
Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre du Commerce intérimaire du Commerce Extérieur ;
Madame le Secrétaire Général au Commerce Extérieur ;
Madame et Messieurs les Administrateurs ;
Messieurs les Directeurs Généraux ;
Distingués invités ;

La remise et reprise de ce jour s’effectue dans un contexte politique postélectoral, marqué par l’alternance démocratique réalisée à l’issue de trois scrutins combinés, du 30 décembre 2018.

A cet égard, ayant été élu Député National, j’ai pris l’option, conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution, de siéger à l’Assemblée Nationale. Ce qui met fin automatiquement à mes fonctions de Ministre d’Etat, Ministre du Commerce Extérieur.
Monsieur le Ministre d’Etat ;
Madame le Secrétaire Général au Commerce Extérieur ;
Madame et Messieurs les Administrateurs ;
Messieurs les Directeurs Généraux ;
Distingués invités ;

Permettez-moi à cette occasion, de porter à votre connaissance les nouveaux défis qui ont été miens au Commerce Extérieur, à savoir :
1. Faire du Commerce Extérieur l’un des leviers de croissance économique de la République Démocratique du Congo ;
2. Donner au Ministère du Commerce Extérieur la place qu’il mérite dans l’architecture gouvernementale ;
3. Placer l’Administration du Commerce Extérieur au niveau qui lui permet d’agir avec efficacité ;
4. Vider les nombreuses questions de gouvernance et d’efficacité des Organisations et Structures sous-tutelles, en particulier l’Office Congolais de Contrôle et de la

Foire Internationale de Kinshasa ;
5. Permettre à la République Démocratique du Congo de disposer de l’Agence Nationale pour a promotion des exportations, à l’instar d’autres pays du monde ;
6. Accélérer la mise en œuvre des projets financés par les partenaires économiques et financiers de la République Démocratique du Congo ;
7. Réactiver la diplomatie commerciale de la République Démocratique du Congo ;

Monsieur le Ministre d’Etat ;
Madame le Secrétaire Général au Commerce Extérieur ;
Madame et Messieurs les Administrateurs ;
Messieurs les Directeurs Généraux ;
Distingués invités ;

Faisant face à ces différents défis, je peux déclarer, ce jour, en toute fierté, que :
1. Les mesures de régulation des importations ont produit des résultats socio-économiques palpables, entre autres :
(a) La protection de l’industrie nationale face aux menaces de fermeture de plusieurs de ses filières à cause des importations massives ainsi que de la fraude à l’importation de ses produits ;
(b) La réduction de la dépendance du pays aux importations des produits, tels que les ciments gris, le sucre, les barres de fer, les bières et boissons gazeuses et l’huile de palme ;
(c) La pleine croissance de l’offre nationale de ses produits ;
(d) La protection de l’emploi dans les différentes filières industrielles concernées ainsi que des sous-traitants.
2. Les effectifs au sein de l’Administration du Commerce Extérieur ont été rajeunis et la motivation des agents s’est améliorée, entre autre par la prise en charge des soins médicaux des agents ainsi que de leurs membres de familles et par l’amélioration substantielle de leur prime.
3. La Commission Nationale des mercuriales des prix a été réhabilitée de façon que chaque Congolais est informé sur les prix minima des produits exportés.
4. S’agissant de l’Office Congolais de Contrôle, on peut noter l’amélioration du management sous mon impulsion qui se traduit par des résultats palpables à savoir entre autres : l’apurement des arriérées de salaire évaluées à 8 mois à mon personnel non payés depuis des longues années.
Sous mon mandat, un programme de modernisation et d’équipement a été mis en œuvre et s’exécute de manière satisfaisante.
5. Le projet de réhabilitation et modernisation de la Foire Internationale de Kinshasa « FIKIN » a été approuvé à tous les niveaux, et les rémunérations de son personnel ont été budgétisées ;
6. Le projet de création de l’Agence Nationale pour la promotion des Exportations a été approuvé également à tous les niveaux ;
7. Le suivi du processus des négociations sur la zone de Libre-échange continentale africaine a été assuré à chaque étape jusqu’à la signature, par la République Démocratique du Congo, de l’Accord portant création de la Zone de Libre-échange continentale africaine (ZLECAf).
Monsieur le Ministre d’Etat ;
Madame le Secrétaire Général au Commerce Extérieur ;
Madame et Messieurs les Administrateurs ;
Messieurs les Directeurs Généraux ;
Distingués invités ;

A ce stade, je ne peux m’empêcher de témoigner ma gratitude à l’égard des membres de mon Cabinet, des membres des Conseils d’Administration et des Comités de

Gestion de l’Office Congolais de Contrôle « OCC » et de la Foire Internationale de Kinshasa « FIKIN » ainsi qu’aux Coordonnateurs du CIR, du PFCGL et du SEGUCE. Leur apport a été d’une grande utilité pour le Ministère du Commerce Extérieur ainsi que pour moi-même.
Je ne saurai terminer sans noter la franche collaboration du Secrétariat Général pendant l’exercice de mes fonctions au sein du Ministère du Commerce Extérieur. A travers Madame le Secrétaire Général, ici présente, que les agents et cadres dudit Ministère trouvent, en cette circonstance, l’expression de ma reconnaissance.
Je remercie également les services financiers de mon Ministère qui ont géré avec orthodoxe les moyens financiers mis à la disposition du Ministère du Commerce Extérieur. Ils m’ont permis de laisser à mon successeur des états financiers qui n’indiquent aucune dette vis-à-vis des tiers.
Je reste convaincu que le Ministère d’Etat va recourir sans hésitation au service de tous ses collaborateurs dynamiques, qui font montre des compétences éprouvées ce, au mieux des intérêts du gouvernement de la République et du peuple congolais.
Je vous souhaite bonne chance.
Je vous remercie.

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout