Dernières publications

Au cours d’une séance de restitution de la mission effectuée au Gabon et au Cameroun, le Directeur exécutif du Forum des Défenseurs et des organisations des personnes Handicapées en Afrique Centrale «FOPHAC», Me Pindu Patrick, est monté au créneau pour dénoncer les conditions de vie des personnes vivant avec handicap en Afrique centrale.

Très engagé pour le respect des droits des personnes handicapées, Me Pindu exhorte ses pairs à adhérer massivement au FOPHAC pour une lutte d’ensemble face aux décideurs africains. De manière illustrative, Me Patrick Pindu fustige avec énergie, les violations des droits de PVH au Tchad et au Burundi où ses égaux sont marginalisés injustement, nonobstant les instruments juridiques internationales auxquels ces pays ont adhérés pour respecter les droits des personnes handicapées. D’où, il appelle les gouvernements tchadien et Burundais à bien faire dans les secteurs de l’éducation et la prise en charge des personnes handicapées. En substance, dans le rapport synthèse de la situation des droits des personnes handicapées au Burundi et au Tchad, il se dégage un taux élevé des PVH qui rencontrent des situations invivables (pas de matériels, manque de scolarisation, pas d’accès aux soins de santé adéquats, précarité dans les milieux défavorisés etc.).

En sa qualité de Directeur exécutif du Forum des Défenseurs et des organisations des personnes Handicapées en Afrique Centrale, FOPHAC, Me Pindu Patrick a annoncé une série d’activités de cette structure. Notamment, la tenue de la session d’information et sensibilisation des femmes vivant avec handicap sur les instruments juridiques régionaux et nationaux relatifs aux droits des femmes en RDC, le 17 septembre, à Matadi, en République démocratique du Congo ; la troisième conférence internationale des OPH de deux Congo ainsi que la première conférence internationale sur les droits des femmes vivant avec handicap en Afrique.

De la mission au Gabon
Me Patrick PINDU-di-LUSANGA a effectué une mission de service au Gabon, du 21 au 28 juillet 2019, accompagné du vice-président du réseau des organisations des femmes vivant avec Handicap d’Afrique Centrale, (ROFHAC), Mme Marie Claire Bia Ambunga.

L’ objectif de la mission était de faire le plaidoyer auprès des autorités Gabonaises et le secrétaire Général de la CEEAC pour la prise en compte des questions de handicap dans les programmes et politiques des Gouvernements dans les pays d’Afrique Centrale, et organiser quelques activités de sensibilisation sur les droits des personnes vivant avec handicap.
Au cours de cette mission, Me Pindu a été reçu par le Directeur Provincial des Affaires sociales de Ntoum, à Libreville, M. Gouimbi Kaoumba Abbé ; par le Vice-Gouverneur ou Préfet de la province de l’Estuaire à Ntoum, M. Gustave Charles POYO et, enfin, il a été reçu par le secrétaire de la CEEAC où il en a profité pour déposer un mémorandum, adressé à son Excellence Ahmad ALLAM-M, Secrétaire Général de la CEEAC.

En ce qui concerne les activités de sensibilisation, le FOPHAC a organisé à NTOUM, au Gabon, «la session d’évaluation de la mise en œuvre et de l’application du plan d’action continental de la décennie de l’Union Africaine pour les personnes handicapées dans les pays d’Afrique Centrale et des Grand lacs : cas de Gabon» le 23 juillet 2019, «la session d’information et de formation des OPH et des institutions publiques sur le protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuple relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique» le 24 juillet 2019 ; «la session sur les droits civils et politiques des femmes vivant avec handicap» ; et enfin «une réunion avec les jeunes en situation de handicap» le 25 juillet 2019.

‘’A travers cette mission de service, nous avons mené encore une fois de plus la lutte pour le respect des droits des personnes vivant avec handicap dans le pays d’Afrique Centrale et des Grand Lacs qui est indescriptible. C’est un combat qui exige une forte détermination et des stratégies efficaces. Les femmes vivant avec handicap Gabonaises nous ont fait savoir qu’elles sont sous-représentées au sein des institutions étatiques et ne sont pas impliquées dans plusieurs questions ; leurs enfants et elles sont objet de discrimination. Au Gabon, il y a une différence entre les allocations des personnes vivant avec handicap du milieu urbain et celles du milieu rural ; bien que la constitution du pays garantisse la liberté d’expression, les personnes vivant avec handicap n’ont pas la facilité de créer leurs organisations ; celles des provinces ignorent la journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre. Il y a également l’ignorance du protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique et le plan d’action continental de la décennie de l’Union Africaine pour les personnes handicapées des autorités provinciales, urbaines et locales’’, a révélé Me Pindu.

De la mission de service au Cameroun
La mission de service au Cameroun a été effectuée du 12 au 20 août 2019, avec comme objectif de faire le plaidoyer auprès des hautes personnalités du Cameroun, et organiser quelques activités de sensibilisation sur les droits des personnes vivant avec handicap.

Pendant ladite mission, il a été reçu les 13, 14 et 16 août 2019 par le Directeur Adjoint et le Directeur Régional du centre des Nations Unies pour les Droits de l’homme et la Démocratie en Afrique Centrale ; par le Directeur de l’Institut des relations Internationales du Cameroun ; par le chargé des questions sociales de la Banque des Etats d’Afrique Centrale ; le Directeur Régional-Afrique Central au PNUD ainsi que par le Représentant du Secrétaire Général des Nations Unies pour la sous-région d’Afrique Centrale.

En outre, il a été organisé le 15 août 2019 une activité de sensibilisation des femmes vivant avec handicap sur leurs droits civils, qui a eu comme retombée la mise en place du Réseau National des Femmes vivant avec handicap du Cameroun (RENAFHACAM) et élection des membres de son bureau composé de 8 femmes vivant avec handicap. Il y a eu également l’organisation de l’activité de sensibilisation des personnes vivant handicap sur la Convention relative aux droits des personnes handicapées et le protocole à la charte africaine aux droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique ; et enfin une visite rendue à 4 organisations des personnes handicapées du Cameroun. Cette mission a eu comme gain au profil du FOPHAC, l’adhésion d’une organisation des femmes handicapées, dénommée ‘’Solidarité des femmes vivant avec handicap et Amis Aveugles du Cameroun’’.

En bref, de ce deux missions, l’on peut retenir que les personnes vivant avec handicap du Gabon et du Cameroun continuent à faire face à plusieurs barrières sociales, qui entravent leur épanouissement, les instruments juridiques garantissant leurs droits ne sont pas respectés, une situation qui nécessite l’implication effective de leurs Gouvernements respectifs.

Jules Ntambwe

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout