M. Christophe Tshimbumbu, Président du Collectif des Défenseurs des Consommateurs du Congo plaide pour la remise sur le marché des petites coupures à faible valeur faciale du franc congolais.

En effet, ce scientifique âgé de 77 ans a formulé une observation selon laquelle, la RD. Congo serait le seul pays au monde où la quasi-totalité des transactions commerciales génère des recettes pouvant atteindre plusieurs dizaines ou centaines des milliards des francs congolais. Malheureusement, dit-il, ces recettes échappe au trésor public. Ce phénomène, explique-t-il, consiste en la rétention des reliquats à chaque opération de vente, faute de petite coupure.

C’est depuis 2002, fait-t-il observer, que ces petites coupures ont disparu du marché et cela provoque un manque à gagner pour les acheteurs. Pour avoir acheté par exemple un article qui devait coûter 65 FC, ces derniers doivent débourser 100 FC, sans retour, faute de valeur moindre. C’est dans cette optique que Tshimbumbu Christophe plaide pour la création d’une caisse nationale de subvention sociale, qui consistera, d’après lui, à récupérer auprès de tous les opérateurs économiques, les reliquats liés à l’absence des coupures des francs congolais à faible valeur faciale.
Le Président du collectif des défenseurs des consommateurs dit avoir plusieurs fois intéressé l’ancien pouvoir pour ne récolter qu’un silence radio. C’est pourquoi, il en appelle au Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, pour obtenir de ce dernier une ordonnance pouvant contraindre tous les opérateurs à se plier face à cette opération plus que salutaire pour les congolais. «Et la conséquence sera qu’à elle seule, cette caisse pourra régler plusieurs problèmes pour aider par exemple les démunis et permettre aussi de retrouver leur havre du bonheur», a susurré Christophe Tshimbumbu.

«Fort de mes 77 ans, je crois dur comme fer que cette opération aussi bénéfique pour notre pays et surtout pour les plus démunis est salvatrice et sera la seule chose que je pourrai léguer aux générations à venir. Et j’affirme sans crainte d’être contredit par qui que ce soit, que nous attendons non seulement l’aval du pouvoir actuel, mais aussi l’accompagnement rigoureux dans la réalisation de notre projet à caractère social indiscutable. Aussi, j’appelle le Président Félix Tshisekedi à faire appliquer systématiquement cette démarche car, ce projet entre aussi dans son programme, celui de mettre le social du peuple congolais en avant, ce qui justifie son slogan : «le peuple d’abord». Tel est l’appel de ce sexagénaire, qui propose en outre au Chef de l’Etat de sensibiliser les consommateurs et opérateurs car, reconnaît-il, qu’en sa qualité morale d’ONG, il est impuissant pour rendre coercitif la récupération de cette affaire. Aussi, propose-t-il également que ce système soit informatisé pour mieux en permettre la traçabilité.

Grâce Kabedi

 


Les plus lus