Du 10 juin 1950 au 10 juin 2019, la Caisse générale d’épargne du Congo (CADECO) a totalisé 69 ans au service de la nation congolaise.

Première institution bancaire de l’Etat congolais, la CADECO a rendu de loyaux services aux Congolais depuis l’époque de la République du Zaïre. Rattachée au ministère du Portefeuille, la CADECO connaît actuellement une crise terrible, sans tenir compte des arriérés des salaires de son personnel. D’ailleurs, depuis plusieurs années, elle ne bénéficie plus de l’appui du gouvernement. Chose étonnante, rien ne marche à la CADECO, nonobstant ses missions lui reconnues par la loi.

De ces missions, l’on retiendra : collecter l’épargne des personnes physiques ou morales et encourager l’épargne libre au sein de la population ; assurer la promotion de l’épargne sur toute l’étendue du territoire national par l’éducation, la formation, la conscientisation de toutes les couches sociales en vue d’une mobilisation accrue des ressources financières nationales ; drainer les fonds collectés dans les financements de développement social par l’éducation et économique par l’octroi des prêts et crédit aux différents secteurs de la vie économique notamment, par le financement de l’habitat, le crédit aux petites et moyennes entreprises, les prêts personnels aux particuliers, etc.

Distinction
Actuellement, on ne sait pas situer le rôle et le travail de cette première institution bancaire qui avait fait du bon travail à l’époque du président Mobutu. Est-ce un problème de régime ou l’on peut dire que les dirigeants de la RDC lui ont tourné le dos ?
Eu égard à ces missions, il y a lieu que le gouvernement relève la CADECO disséminée dans toute l’étendue de la République démocratique du Congo. Surtout avec l’avènement de l’actuel comité de gestion sous les auspices de Yav Muchail Désiré, DG ai, Tara ZONGIA, DGA ai, et le DRH Swaleh Abdoul Saleh.
L’abnégation de l’actuelle équipe peut, sans nul doute, apporter un nouveau vent si, et seulement si, le gouvernement lui vient en aide.

Du moins, la volonté est manifeste depuis que le nouveau comité est en place. Car, il y a lieu de signaler que l’ancien comité a été à la base de la faillite de cette institution bancaire. Ayant placé l’homme au centre de son combat, le président de la République, Félix Antoine Tshilombo, devra, en urgence, relancer la CADECO. Il faudra allouer un fonds important à la CADECO pour qu’elle fonctionne normalement et qu’on paie aussi les arriérés des salaires des agents. D’ailleurs, les réalisations de la CADECO, par le passé, sont indiscutables et louables.
Renflouer la caisse de l’Etat avec la CADECO

En effet, la CADECO a d’autres activités qui lui permettent de refouler ses comptes d’exploitation. A savoir :
– Les loyers : la CADECO possède à travers le pays des bâtiments & villas qu’elle met en location ;
– Elle a signé des protocoles d’accord pour récolter les recettes des régies financières (DGI, DGDA – ex OFIDA, DGRAD.. pour les reverser à la Banque Centrale.
Elle peut également, pour le compte du Trésor public, percevoir des frais académique des Instituts supérieurs et universitaires.
Par les recettes des régies et la perception des frais académiques, la CADECO gagne au travers la vente des bordereaux. Car, les recettes des opérations bancaires lui sont reconnues.

Jules Ntambwe

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout