Dernières publications

Suite à l’avènement du Président Félix Tshisekedi Tshilombo à la tête de la RD. Congo, la grogne sociale s’avère très inquiétante, surtout au sein des entreprises publiques.

Certes, après la suspension du Directeur Général de l’entreprise de l’Etat Transco, chemin faisant, plusieurs mouvements des revendications naissent comme des chenilles, d’autres d’ailleurs se font sans aucune raison valable. Visiblement, dans certaines entreprises de l’Etat, ces mouvements des revendications sont bel et bien fondés, alors qu’il n’en est pas le cas pour d’autres. La plupart d’organisations syndicales croient que l’avènement du nouveau Chef de l’Etat est une occasion propice pour régler des comptes à leurs employeurs. Des memos tombent tous les jours sur la table du père de la nation. Des accusations, voire des injures sont proférées à l’endroit des responsables des entreprises publiques. Certains regroupements recourent à des personnes extérieures pour créer l’instabilité dans les sociétés de l’Etat, c’est ce qui est arrivé, affirme-t-on, à l’Office Congolais de Contrôle. Tenez !

Pendant que tous les membres du Conseil d’Administration de l’OCC, le Directeur Général et son adjoint, le Président du Conseil d’Administration ainsi que les administrateurs assistaient à la cérémonie de remise officielle du certificat d’accréditation du Laboratoire Agro-alimentaire de l’OCC/Matadi, une revendication se faisait entendre aux environs de cette entreprise, cette situation inaccoutumé, soit-il, serait l’œuvre des agents d’une mutualité de l’Office Congolais de Contrôle. Selon un agent de l’OCC, les protestataires se sont fait passer pour des agents de l’Office Congolais de Contrôle, afin de troubler la quiétude des travailleurs. Sans attendre, la masse laborieuse de l’Office congolais de contrôle a fustigé cet incident qui est de nature à ternir l’image de l’entreprise et surtout de la Direction Générale, en ce moment où règne un calme social, rendu possible notamment, à travers le travail titanesque abattu par le DG Célestin Pierre Risasi wa M’simbwa.
Tenant mordicus aux renseignements enregistrés sur place, un agent de l’OCC, tout en gardant l’anonymat, n’a pas manqué de faire état de cette situation insolite, survenue au sein de l’OCC en ces termes : «Nous n’accusons aucun retard dans le paiement de nos salaires.

Aujourd’hui, même nos avantages sont payés régulièrement. Comment voulez-vous que nous déclenchions la grève, alors qu’on nous a tout donnés ? Ces agents dont il est question, ce sont des agents de la mutualité ‘’Corps des volontaires du Congo’’ (CVC) qui est une branche de la Confédération syndicale du Congo (CSC), l’un des syndicats évoluant au sein de l’Office Congolais de Contrôle», a-t-il expliqué. Vraisemblablement, ce coup a été freiné de justesse par des agents et cadres de l’OCC, qui se sont levés comme un seul homme, pour défendre leur patrimoine en bloquant les fameux protestataires qui voulaient accéder dans les installations de la Direction Générale de l’OCC. Les travailleurs, confiant en leur Direction Générale, ont intercepté illico presto certains de ses manifestants qu’ils ont remis à la police.

Christian Okende


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout