*‘’J’avais promis à ma base de lui proposer le choix de la raison et non celui de la passion. La raison étant la dignité du peuple congolais ainsi que sa sortie à grands pas de la pauvreté.

Ce choix s’appelle aujourd’hui, Emmanuel Ramazani Shadary au poste suprême de Président de la République‘’. C’est en ces termes que Jean-Lucien Bussa, Autorité morale du Courant des Démocrates Rénovateurs, CDER, a exprimé son attachement et son soutien inébranlable au postulant du FCC, 48 heures après la présentation de son programme électoral, au Pullman Hôtel, à la Gombe. Il a, en fait, été convaincu de ce plan qui, pour lui, paraît le plus structuré et le plus réaliste. Il prône ainsi cette voie, qu’il estime être la crème des crèmes, pour voir le peuple congolais, plus particulièrement, la population du Grand Equateur, sortir de la pauvreté et vivre avec plus de dignité dans ce pays lui légué par ses ancêtres. L’adresse a été faite ce mercredi 21 novembre 2018, à la hauteur de la Gombe.

Raisons

La Céni a procédé hier, au lancement officiel de la campagne électorale sur toute l’étendue du territoire national.

Ce n’est donc plus le temps de bivouaquer en vain. Pour le Coordonnateur de la Coalition des Démocrates (CODE), dont quelques membres étaient présents, le mot d’ordre a été donné sur base de la raison, en faveur d’Emmanuel Shadary. ‘’Après avoir suivi la présentation des programmes électoraux de différents candidats Président de le République, celui présenté par le candidat du Front Commun pour le Congo m’a paru le plus structuré, cohérent, ambitieux et réaliste‘’, a-t-il fait savoir.

Selon lui, en effet, ce programme reflète, dans ses quatre articulations, les aspirations profondes du peuple congolais, principalement en ce qui a trait au développement économique et à la restauration de sa dignité.

Il y a quelques semaines, lors de sa tournée dans le Congo profond pour consulter sa base notamment, dans le Grand Equateur, Jean-Lucien Bussa Tongba s’est saisi des besoins majeurs de cette population qui aspire, dans un futur proche, sortir la tête de l’eau et vaincre, par ricochet, ses multiples insuffisances dans plusieurs domaines de la vie sociale. C’est ainsi que ‘’j’ai reçu de cette base mandat de soutenir un candidat Président de la République ayant un projet sérieux susceptible de répondre à son attente principale, à savoir, le développement, l’alternance étant, désormais, acquise‘’.

Choix

Il revient à ce jour auprès de cette même base à Kinshasa comme dans le Congo profond, pour leur demander, cette fois-ci, de ‘’voter massivement et en toute responsabilité pour le candidat de l’unique plateforme électorale organisée et porteuse d’un projet sérieux pour les Congolaises et Congolais‘’.

Aujourd’hui, alors que la tenue des élections du 23 décembre 2018 est plus que certaine, à l’entendre, l’on se retrouve dans une configuration telle qu’il y a d’un côté, une frange de l’opposition qui a su assumer courageusement sa position et anticiper les événements. Et d’un autre côté, une opposition crispée dont les principaux leaders se sont fourvoyés dans des voies incertaines jusqu’à être rattrapés par la réalité.

Bussa Jean-Lucien, lui, réaffirme que son combat politique de plusieurs années et la constance de sa vision pour un Congo digne n’ont jamais fait l’objet d’un moindre doute, ni d’un quelconque titillement.

‘’Je suis resté cohérent et constant sur ma ligne politique‘’, précise-t-il. Et de marteler sur le fait que son adhésion au FCC relève d’une analyse rationnelle et lucide des rapports des forces.

Pour rappel, du côté du CDER, les impératifs de la lutte intelligible et actions de rue ont déterminé à envisager la voie de la négociation avec la détermination de ne pas transiger sur ce qu’ils considèrent, en un mot comme en mille, comme des fondamentaux, à savoir, l’intangibilité de la Constitution et la garantie d’une alternance paisible et civilisée sans exposer le vaillant peuple congolais à des risques d’affrontements meurtriers, du reste, infructueux.

D’où, la voie du dialogue auquel beaucoup n’ont pas cru. Puis, il s’en est suivi les dialogues de la Cité de l’UA et de la CENCO qui ont fait en sorte que le CDER propose aux Congolais un projet alternatif digne d’une grande Nation.

CDER

Le CDER est un Parti qui, dès sa naissance en 2013, s’est résolument inscrit dans la dynamique du changement.

Ainsi, le rôle d’avant-garde que ce parti a joué dans l’obtention d’un certain nombre d’acquis qui peuvent aujourd’hui être considérés, à juste titre, comme étant la matrice de l’alternance que le peuple congolais s’apprête à vivre pour la première fois dans l’histoire politique du pays.

Ils ont, faut-il le rappeler, pris une part active aux actions de rue notamment, pour faire échec à la révision constitutionnelle et partant, celle par voie référendaire, au recensement de la population en lieu et place de l’enrôlement des électeurs, à la nomination inconstitutionnelle des Commissaires spéciaux et, de façon générale, à toutes les manœuvres qui nous ont paru, à l’époque, comme étant porteuses d’agendas cachés en marge de la Constitution.

La Pros.

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout