*Loin de rivaliser d’ardeur avec le Front Commun pour le Congo, la base de l’Udps souhaite voir Félix Tshisekedi s’exprimer dans un espace assez large, explique Peter Kazadi, son Directeur de cabinet.

Après l’expérience réussie sur la place Sainte Thérèse à N’djili et le meeting commun du 29 septembre 2018 sur la Place de la Démocratie située sur le terrain logeant le Boulevard Triomphal, l’Udps met le cap, du moins, cette fois-ci, sur le stade Tata Raphaël à Kinshasa. Peter Kazadi, s’exprimant à ce sujet, parle d’une question de nécessité politique sur laquelle les instances compétentes de l’Udps devront statuer, pour lever les dernières options. Certes, le lieu est déjà pointé. Mais, la date n’est pas encore fixée. Car, les tractations sont en cours, a-t-il indiqué.

Ce qui est sûr est que très prochainement, Félix Tshisekedi, 55 ans, sera devant les cadres et militants du parti. A l’instar du FCC qui, le samedi 27 octobre dernier, a rempli le stade Tata Raphaël, l’Udps, le parti historique et mieux connu pour sa capacité de mobilisation, voudrait couper l’herbe sous les pieds de ses détracteurs en mettant les points sur les ‘’i’’ en rapport avec ses dernières positions qui, dans une certaine mesure, contrarient celles des autres partis et plateformes de l’Opposition politique en RD. Congo.

Déjà, Félix Tshisekedi, dans un bref message intercepté sur la toile, a rappelé, en effet, que l’essentiel n’était pas que les opposants s’arc-boutent jusqu’au point de se tirer des flèches à fleuret moucheté sur les réseaux sociaux.

Mais, plutôt, d’axer le débat ou d’engager les échanges sur les problèmes prioritaires et des questions procédant de la meilleure stratégie susceptible d’être adoptée pour mener à bien l’étendard de la lutte afin de récupérer, au lendemain des élections du 23 décembre prochain, les clés du Palais de la Nation que détient le Président Joseph Kabila, depuis plus de dix-sept ans. Concrètement, pour Félix Tshisekedi, insistait-il, la désignation d’un candidat commun de l’Opposition, l’épineuse question de l’usage controversé de la machine à voter, l’affaire du fichier électoral au virus constitué d’environ dix millions d’électeurs sans empreintes digitales, nécessitaient plus de réflexion que de se laisser emporter dans des invectives et autres attaques personnelles qui, au propre comme au figuré, désintègrent l’Opposition et font le lit des acteurs d’en face.

D’où, les divergences des vues ne devraient pas constituer une pierre d’achoppement devant servir de point de départ pour amorcer ou emboucher l’émiettement de l’Opposition. Halte donc, à la cacophonie. Au diable, la confusion et la zizanie !

A tout prendre, cette démarche vise à clarifier les positions de l’Udps. Et si les instances décident, la date fixée sera annoncée au public. D’ailleurs, elle ne saurait plus tarder. Voilà pourquoi, certains cadres, brisant l’omerta, disent que ce sera, certainement, avant le 22 novembre 2018. Donc, avant le lancement officiel de la campagne électorale. Le FCC l’a fait. Pourquoi l’Udps le ferait-il pas ?

LPM

Statistiques

4761030
Aujourd’hui
Hier
Cette semaine
La semaine passée
Ce mois
Le mois dernier
Au total
4214
3954
70204
4527212
16311
640929
4761030

Your IP: 3.233.239.102
2020-04-04 20:56

Les plus lus

Nos Partenaires

  • africatime.jpg
  • africa_n1.jpg
  • allafrica.jpg
  • logo-monusco.jpg
  • okapi.jpg