Candidat Président de la République aux élections du 30 décembre 2018 en RDC, Monseigneur Ngube-Ngube Pierre Honoré a tenu une conférence de presse, ce mercredi 15 mai 2019, dans la Commune de Lingwala devant les professionnels de médias.

C’était l’occasion pour lui de livrer à l’opinion nationale et internationale sa position d’appartenance politique. En effet, il œuvre désormais au sein de l’opposition dite «Républicaine Légitime» en République Démocratique Du Congo. En tant que chef de file de cette composante, il a indiqué qu’il s’agit d’une opposition dont les actions sont Républicaines, c’est-à-dire, en faveur de la population.

Au fait, cette vision se définie, explique-t-il, en rapport avec chaque institution du pays et elle n’est en aucun cas orientée contre un ou plusieurs individus. «Le Président de la République, les Assemblées nationale et provinciales, le Gouvernement de la République et les Gouvernements Provinciaux sont dans les viseurs de l’Opposition républicaine en rapport avec le thème central du discours d’investiture du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi», a indiqué le candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018.

Toutefois, selon Pierre Honoré Kazadi Ngube-Ngube, les mots du Chef de l’Etat s’engageant «à ériger un Etat moderne, pacifique, démocratique et soucieux de chaque citoyen», constituent une orientation positive pour l’Opposition républicaine légitime. Laquelle opposition que ‘’nous avons le privilège de diriger, va le juger et concentrer son action et ses stratégies destinées à pousser la RDC de l’avant, aux plans de démocratie, des Droits de l’homme et de Bonne Gouvernance‘’, a-t-il souligné.

Il est important de noter que Monseigneur Ngube-Ngube provient du parti Front des Centristes Républicains, «FCR» qui vient de se constituer en «Opposition Républicaine Légitime». L’idéal ici, selon son conducteur, est de sortir la RDC du bourbier où les acteurs politiques l’ont enfoncé depuis plus de la moitié d’un siècle. Seulement, conclut-il, si la RD. Congo et sa population souffrent encore, c’est à cause des intérêts partisans des acteurs politiques, mais aussi de l’inconscience et de l’incompétence des uns et des autres.

Gemima N’Djoku

 

Les plus lus