Dernières publications

*La première retraite politique du FCC organisée du 25 au 28 Novembre 2019 à Kisantu, à Mbuela Lodge, a matérialisé ses objectifs par le leadership du Coordonnateur National, le Professeur Néhémie Mwilanya.

Inspirée par l’autorité morale de cette coalition, le Président Honoraire Joseph Kabila, cette rencontre est unique en son genre dans l’histoire récente de notre champ politique. Sa haute portée historique et politique est traduite par le calibre élevé des sommités politiques qui y ont participé, la durée des travaux (4 jours), sa visée évaluative et la profondeur des matières examinées.
Depuis le début de la Troisième République, aucun parti politique, regroupement ou coalition, n’a organisé une si longue sécession de réflexion, d’auto-évaluation et de projection politique tant pour elle-même comme organisation que pour la République.
Au-delà des affabulations inhérentes à la pathologie politique négativiste-négationniste en RDC, et au-dessus du regard politicien, il est indispensable d’avoir un entendement développementaliste de cette haute rencontre politique du FCC. Force est de souligner, de prime abord, qu’Il est absolument abasourdissant que mêmes certains professeurs d’université, voire des intellectuels en Europe, aient attribué à cette retraite des visées déstabilisatrices, voire subversives, contre la coalition gouvernante. D’autres encore y ont vu simplement une congrégation des politiciens pour se positionner, peaufiner les stratagèmes, pour la conquête du pouvoir en 2023. Avec plus de lucidité on cerne dans cette retraite l’éclosion d’une substance et une dynamique plus élevées. Il s’agit de la première rencontre de très haut niveau politique, après Sun City et Pretoria, ayant la visée de produire un «nouvel esprit politique nationaliste et modernisatrice propice à la matérialisation du Congo Emergent». Les autres rencontres politiciennes, après 2003, furent focalisées sur le partage du pouvoir. C’est pourquoi il est rationnel de parler de la Réinvention du FCC à Kisantu. L’autorité morale, le Président Honoraire J. Kabila, le Coordonnateur Dr. Mwilanya, les leaders politiques de haut calibre, l’équipe technique et médiatique, le personnel de Mbuela Lodge, méritent toutes les félicitations pour cette prouesse.
1. LA REUSSITE D’UNE RETRAITE EN MODELE «TEAM BUILDING» A L’AMERICAINE
Il convient d’abord de souligner la complexité de la tache consistant à réunir une si impressionnante constellation d’une centaine de hautes personnalités politiques. Bien qu’il s’agisse d’une rencontre extra-institutionnelle, en termes de participation politique propre à la démocratie moderne, Il y avait de hauts cadres ministres, députés, sénateurs, ancien premier ministre, ancien vice-premier ministre, anciens présidents du bureau de l’Assemblée Nationale, président de l’Actuel Senat et des gestionnaires élevés des regroupements politiques. Et parmi eux il y avait d’éminents professeurs d’université et autres intellos luminescents. Cela présentait donc des défis majeurs au plan de la logistique (logement, restauration, sécurité, communication) et surtout de la capacité de gérer les débats avec autant de cerveaux et de perspectives politiques.
De ce point de vue, la coordination a brillamment relevé le défi. Les hauts cadres, les membres de l’équipe technique et médiatique, les chauffeurs et gardes du corps des personnalités opérant dans les institutions, ont été logés dans les conditions décentes. Les participants ont apprécié la restauration offerte par le personnel de Mbuela Lodge, mettant en exergue des captivantes compétences culinaires. Par ailleurs, Il était fascinant d’observer, au loin, des cadres menant des conversations sur l’art, le sport, la culture, l’histoire, en s’élevant au-dessus des clivages partisans. Liant l’utile à l’agréable, quelques participants ont aussi fait montre de leurs talents équestres sur des chevaux gambadant. D’autres ont étalé leur virtuosité sportive sur le terrain de tennis et dans la salle de gymnastique. Cette ambiance a créé de la convivialité, épurant les esprits des stress de Kinshasa, les rendant ainsi plus propices à la fécondité par rapport à l’exigence de la productivité intellectuelle de la retraite. On cerne dans cette activité de management du groupe le modèle américain de «team building». Cette approche permet au leadership de placer les participants dans un climat de détente pour produire un solide esprit de corps. Celui-ci est indispensable à la meilleure performance du groupe, face aux problèmes et défis d’une nouvelle époque. Même des acteurs politiques qui jadis avaient été en antagonisme politique dans leurs partis politiques initiaux, se sont retrouvés ensemble, autour d’une table, partageant des idées sur les solutions aux problèmes assaillant la RDC.

 

 

2. L’ESPRIT DE CORPS, LA CATHARSIS POLITIQUE ET LA TRANSFORMATION DU FCC
En ce qui concerne la substance, la visée première était l’autoévaluation du FCC, des élections de Décembre 2018 à tous les 11 moins de l’opérationnalité dans la coalition FCC-CACH. Le speech sincère et limpide du Professeur Mwilanya, Coordonnateur national du FCC, porteur des orientations sur toutes les phases de cette rencontre, a lancé les travaux. Toutes les sessions ont été débutées avec la prière dite par le Pasteur Mugalu. Plusieurs présentations magistrales ont été effectuées par le Camarade Kabuelulu sur les enjeux miniers de la RDC, le Camarade Kokonyangi (comme expert en géologie), le Professeur Lumanu sur la critique de la stratégie électorale du FCC, le Camarade Maker sur la problématique de la gratuité de l’enseignement, le Professeur Kikaya sur la critique de la stratégie de communication du FCC, le Camarade Ruberwa sur l’épineuse question de la décentralisation et l’instabilité des provinces qui revient au galop, le Camarade Muabilu sur la question de l’urbanisation et les tragédies des pluies torrentielles laissant derrière elles des morts. Le Camarade Etumba a aussi présenté la problématique sécuritaire de l’Est. Le mercredi 27 Novembre en particulier, les participants ont accepté de parler en famille, mais alors avec convivialité et transparence. Les questions visqueuses de la défaite à l’élection présidentielle en décembre 2018 ont été explorées. Les causes ont été épinglées et les éléments de stratégie ont été définis pour les prochaines échéances électorales de 2023.
A ce niveau ce qui mérite d’être retenu, et qui est du reste très remarquable, c’est que cette retraite a démontré qu’en général le FCC a su gérer tous ses hauts cadres dans leurs ambitions diversifiées et parfois antagonistes. Le FCC est intact. Mbuela aura été le lieu de l’évaluation positive, mais surtout de l’affirmation de la loyauté, l’allégeance, l’indemne esprit de corps et la solidité du FCC. Presqu’une année après les élections, l’alternance, la mise en place des institutions, et malgré les incantations maléfiques nationales et les imprécations internationales contre la coalition gouvernante, le FCC est toujours fonctionnel. En dépit des dérapages communicationnels du début, l’esprit de la Jamaa du FCC comme famille politique fédératrice, est toujours très effervescent dans cette mégacoalition. Et encore plus exceptionnel, au plan psycho-politique, on n’a pas repéré dans les interventions, les commentaires, les observations, les questions et les réponses des participants, une quelconque dissension idéologique, même implicite. Au contraire, on a décelé dans cette cohésion, comme une sorte de conscience d’unité cimentée par la réalisation collective de la prouesse historique de l’alternance. On peut donc affirmer que cet exercice a été une véritable session cathartique du FCC. Elle a permis aux hauts cadres de se vider de leurs «préoccupations fâcheuses et des frustrations irritantes». Les suspicions ont été énoncées et élaguées, les zones d’ombre clarifiées au maximum. Cela a rendu possible la production, en chacun d’eux, des bonnes dispositions psychiques et politiques pour la cohésion du groupe et l’action collective.
Le jeudi 28 Novembre 2019, l’arrivée de l’autorité morale du FCC, l’indéniable architecte historique du Congo contemporain J. Kabila, a galvanisé les participants. Celui-ci a motivé et orienté les participants sur la réflexion profonde relative au futur du FCC et de la RDC pour son émergence. Son orientation a donc été catalytique pour cette journée importante. Celle-ci a été consacrée aux travaux en atelier à travers les commissions. Ces dernières ont été chargées, entre autres missions, de concevoir et de recommander des options de réformes institutionnelles, de la réorganisation du FCC, des modalités de son autofinancement, de sa nouvelle alchimie communicationnelle, ainsi que de la conception des référents idéologiques et programmatiques du FCC. Cette dernière dimension a été d’une importance capitale. Elle a proposé les termes de l’identité idéologique du FCC, sa vision, ainsi que des référents programmatiques pour la modernisation et le développement de la RDC dans tous les secteurs de la vie nationale. Le communiqué provisoire a synthétisé l’optimisme dans le futur du FCC. Il y a été aussi souligné l’engagement à contribuer à la performance de toutes les institutions de la République au niveau central et provincial, la compassion pour les compatriotes décédés suite aux pluies diluviennes, et aussi le soutient aux FARDC pour leur victoire totale sur les terroristes à l’Est du pays.
CONCLUSION
LE FCC S’EST ELEVE DE L’ELECTORALISME AU DEVELOPPEMENTALISME POUR LE CONGO EMERGENT
Kisantu est entré dans l’histoire comme le lieu de la réinvention du FCC. Cette mégacoalition y est passée de la conscience et la mission électoraliste à la substance et l’ambition développementaliste. En d’autres termes, le FCC est la première coalition politique de la RDC à s’atteler à la complexe et noble tâche de s’exorciser de l’ancrage situationniste réduit à la victoire électorale, pour voir plus loin le sort de toute une nation dans le temps et dans l’espace. On y capte une dynamique d’auto-invention en un véritable mouvement sociétal visant un triple développement : le développement de l’Etre, le développement de la coalition elle-même comme organisation, le développement de la République, à tous égards.
Sur ce plan, le FCC a démontré qu’il est la seule force avant-gardiste de la transformation de la RDC. A Kisantu cette mégacoalition s’est doté à la fois d’un nouvel esprit et d’une nouvelle philosophie d’action en devenant un authentique mouvement de propulsion sociétale. Plus qu’un simple parti populiste ou une coalition électoraliste, le FCC s’est positionné comme la première grande organisation politique à faire preuve de la sagacité et de la faculté d’anticipation pour s’auto-évaluer et se réorienter substantiellement afin de contribuer à la meilleure performance étatique aujourd‘hui. Il fallait donc faire preuve de lucidité pour se retirer de Kinshasa et prendre le temps de se repenser et repenser la marche de la République – en se libérant de l’obnubilation du pouvoir que l’on observe dans la capitale. Les participants sont sortis de la fraicheur naturelle de Mbuela avec un meilleur entendement de leurs performances historiques à rentabiliser et d’une nouvelle conscience des enjeux miniers de la RDC. Aussi, ils ont redéfinis les termes du jeu politique en RDC, tout en précisant le chemin à parcourir, les objectifs à atteindre, les moyens et les méthodes pour y parvenir.
Comme souligné dans le Livre Blanc du FCC publié par la coordination nationale de cette mégacoalition, par la qualité et la cohérence de la pensée, la luminescence de la communication de ses membres, leur intégrité et performance dans les institutions, leur excellence comportementale dans la société, le FCC peut assurément s’élever comme la constellation des patriotes modernisateurs de la RDC. C’est à cette condition fondamentale que le FCC peut se maintenir comme force motrice du progrès collectif et organisation politique prépondérante de la RDC. Le FCC a donc le devoir de se maintenir comme la force politique d’impulsion d’une modernisation éclatante de la RDC aux normes mondiales, afin de «Bâtir un Pays Plus Beau Qu’avant».
Hubert Kabasu Babu Katulondi
(Libre-penseur et écrivain)