Dernières publications

*Le réaménagement du Plan de travail Pluriannuel (PTBA) du PAPAKIN a fait l’objet d’une réunion extraordinaire du Comité de Pilotage ce vendredi 22 novembre 2019, au Secrétariat Général à l’Agriculture, à la Gombe.

L’objectif visé consistait, en effet, à examiner des voies et moyens susceptibles d’être explorés en vue de la recherche du financement additionnel pour les activités dont les budgets sont en dépassement par rapport aux lignes budgétaires initialement prévues. Concrètement, il s’agissait donc de lever, de manière claire, l’option sur la résorption du déficit de près de 5,2 millions de dollars américains.
Dans son mot, le Secrétaire Général au Développement Rural, en sa qualité de Vice-Président du Comité de Pilotage, Georges KOSHI, a remercié tous les membres présents et a souligné l’importance du réaménagement du PTBA avant de donner la parole au Coordonnateur National du PAPAKIN, Popaul KIZUNGU CHIHISA.

Selon le Coordonnateur National du PAPAKIN, la variation conséquente de plus de 300% en moyenne du budget annuel ; le lancement des marchés relatifs aux infrastructures post récoltes au Kwilu et au Kongo-central ; le marché moderne de Matadi Kibala, ; le projet des routes avec l’office des routes et la poursuite des installations palmeraies villageoises dans le Kwilu sont autant de causes du gap de 5,2 millions de dollars américains constaté dans le PTBA 2018-2020.

Et, c’est dans cette optique-là que le PAPAKIN a, d’ailleurs, formulé quelques propositions idoines afin d’y remédier notamment, en renonçant à la mise en œuvre de certaines activités planifiées, malgré leur importance et en demandant un financement additionnel en vue de couvrir ce gap.
Et, dans le même ordre d’idées, une autre approche est de rappeler au FIDA de tout mettre en œuvre pour ouvrir un compte séquestre de règlement des engagements relevant le seuil de remboursement.

De toutes ces proportions, une seule a été retenue unanimement, c’est celle de formuler, finalement, une demande additionnelle de fonds pour couvrir ce gap de 5,2 millions de dollars américains.
Ainsi, une action sera-t-elle menée dans ce sens le plus tôt, pour que toutes les activités lancées par PAPAKIN ne subissent aucun retard dans leur exécution, a tenu à préciser le secrétaire, Général au Développement Rural et Vice-Président du Comité de Pilotage Georges KOSHI, qui du reste n’a pas caché son optimisme.

Il faut noter que les différents échanges ont tourné notamment autour du retard constaté dans le paiement des prestataires qui accusent plusieurs mois d’arriérés des salaires et autres avantages ; de la révision de l’enveloppe relative à l’appui institutionnel prévue pour le comité de pilotage ; les causes du gap budgétaire et des alternatives au cas où la FIDA n’accorderait pas de budget additionnel.
Vu l’importance du point inscrit à l’ordre du jour, tous les membres du Comité de Pilotage ont pris part à cette rencontre spéciale, à savoir : les trois ministres provinciaux en charge de l’Agriculture de la Province de Kinshasa, du Kongo Central et du Kwilu, les Secrétaires Généraux au développement Rural, au Plan et tous les différents experts des ministères concernés et du PAPAKIN.

La Pros.