Dernières publications

*Aujourd’hui, dans la journée, Félix Tshisekedi reçoit de Sylvestre Ilunga, le Premier Ministre, avec la mouture fignolée de la composition du nouveau gouvernement.

Une fois avalisée, il va de soi que dans les heures qui viennent, très probablement dans la soirée de ce jeudi 22 août 2019, l’équipe gouvernementale constituée, comme tout le monde le sait, de soixante-cinq membres dont quatre-deux du Front Commun pour le Congo et vingt-trois du Cap pour le Changement.

Vers le début de la fin
De retour à Kinshasa, après avoir lancé le forum axé sur l’électrification de la RD. Congo à Matadi et assisté à la conclusion d’un accord de paix entre Kagame et Museveni respectivement, Président rwandais et Ougandais, Félix Tshisekedi demande, plutôt, de l’indulgence pour le temps que la publication de ce gouvernement aura nécessité pour parvenir à des conclusions prometteuses.

Au fil du rasoir…
Il explique, toutefois, que ce que d’aucuns ont qualifié de tâtonnements n’aura été, en réalité, que cette douleur d’enfantement dont les soins exigeaient, à la fois, des discussions autour de la taille du gouvernement, de la nomenclature des ministères, à la clé de répartition ainsi qu’à l’attribution des postes.
Et puis, comme il fallait s’y attendre, le Président de la République ajoute encore que les deux plateformes qui, au départ, étaient diamétralement opposées, puisque se considérant comme des protagonistes, devaient dégager des points de jonction pour mettre toutes les synergies en ensemble en vue de garantir la mobilisation de toutes les énergies face aux multiples défis qui attendent le travail en coalition dont les acteurs étaient appelés à marcher sur le fil du rasoir.

Il fallait, en outre, précise-t-il, qu’au-delà du rapprochement idéologique rafistolé autour de la fibre de la social-démocratie, que la coalition FCC-CACH discute d’un Accord de gouvernement ainsi que d’un programme commun à mettre en œuvre, une fois que ce gouvernement était composé et investi à l’Assemblée Nationale, avant de se mettre, enfin, au travail. Tout ceci n’aura pas été, conclut-il, que du temps perdu ou des simples tergiversations.
Mais, par contre, les deux parties coalisées l’ont mis à profit, non seulement, pour se connaître mais aussi et surtout, pour asseoir les idées sur comment les choses devront être conduites, pour une meilleure gouvernance dans l’intérêt bien compris de tous les congolais.

A ce stade donc, plus rien ne peut justifier un énième retard pour la publication du gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le Premier Ministre nommé, depuis le 20 mai 2019,
Car, en définitive, toutes les divergences, à l’en croire, ont été aplanies, confiait hier, depuis son séjour à Luanda, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, lui-même, investi, le 24 janvier 2019.

LPM