Elu Député national au sortir du scrutin présidentiel couplé aux législatives nationales et provinciales du dimanche 30 décembre 2018 dans la circonscription électorale de Pangi, au Maniema, Docteur Bathé Ndjoloko Tambwe avait honoré de sa présence l’ouverture de la troisième législature, de la 3ème République, le lundi 28 janvier dernier, à l’hémicycle de Palais du Peuple.

Conscient de la lourde responsabilité qui l’attend, ce médecin aguerri, rempli de beaucoup de volonté, compte véritablement défendre non seulement l’ensemble de son électorat de Pangi, mais également aider la population congolaise dans son ensemble, en apportant sa modeste contribution et expérience, en vue de favoriser l’intérêt supérieur de la nation. Cela, à travers ses interventions nourries au Parlement lors des séances plénières à venir.
Pris par votre Quotidien, jeudi 31 janvier dernier, dans sa résidence, Docteur Bathé Ndjoloko Tambwe n’a pas manqué d’exprimer ouvertement son satisfecit et sa gratitude à l’égard de ceux qui lui ont voté massivement au mois de décembre 2018. Par ailleurs, il a émis son vœu de travailler principalement pour le bien être de la province du Maniema en général, et de Pangi en particulier, durant son passage dans l’Assemblée Nationale.
Faut-il accentuer qu’en marge de l’entrevue avec les fins limiers de La Prospérité, cet élu du peuple a porté un regard positif sur les enjeux de l’heure, ce faisant, rendant un hommage vibrant aux Chefs d’Etat entrant et sortant pour l’accomplissement de cette alternance au sommet de l’Etat.
Reconnaissant…
Connaissant d’où il vient, et où il voudrait aller, ce Député nouvellement élu, promet d’œuvrer à cor et à cri, pour le développement de son territoire. Et, pour y arriver, admet-il, toutes les promesses qu’il avait faites pendant la campagne électorale, pourraient certainement se réaliser. « Mon électorat ne devra rien n’attendre que ce qu’on attend d’un bon Député, cela signifie que celui qui plaide pour sa population », a-t-il fait savoir aux fins limiers de La prospérité, avec un air très convaincant. Cela, avant de renchérir en ces termes : ‘’Même lors de ma campagne, mon action électorale était autour de cela, est-ce que je suis prêt de me battre pour cette population ? Et pour moi c’était simple, la population du Maniema et de Pangi de façon particulière, sait que j’ai beaucoup travaillé pour cette province, particulièrement dans mon domaine de la santé.
A l’en croire, il connait en profondeur les problèmes spécifiques de son territoire, encore qu’il a parcouru tous les quatre coins de sa circonscription, nonobstant les difficultés auxquelles il a rencontrées. En cela, il estime être à la hauteur de résoudre le problème de ce coin du pays. Faudrait-il rappeler, Docteur Bathé Ndjoloko a longtemps lutté contre la propagation de la maladie à virus Ebola à l’Est du pays, il est considéré à haut estime par les ONG, les fondations, et surtout il est beaucoup soutenu par les mamans qui reconnaissent en lui, la volonté et l’amour qu’il porte profondément pour la survie de sa Pangi natale, depuis belle lurette.
Dans cette perspective, une des attentes qu’il compte porter devant l’auguste assemblée, c’est de faire entendre sa voix devant le perchoir, visant à aider la population de son territoire, d’avoir ne fût ce-que des routes, pouvant faciliter le désenclavement. Son cheval de bataille, de surcroit, le catalyseur même de sa législature, sera axé sur la construction des infrastructures. Expert en santé publique, cet élu du peuple, Médecin de son état, est visiblement, séduit à l’idée allant dans le sens de canaliser l’expérience acquise dans le secteur de la santé, au profit de la communauté.
Gouvernement
Dans un autre registre, il a salué l’alternance survenue au plus haut sommet de l’Etat. Il en appelle aux deux camps politiques à savoir, FCC et CACH à s’entendre pour la formation d’un Gouvernement, visant à favoriser le bien être social des congolais. « C’est la République qui a gagné », a-t-il lâché. ‘’Les consultations qui sont en cours, tout est sur la table, il y a une majorité parlementaire, les questions critiques de la République sont réglées par la Constitution », a conclu le Docteur Bathé Ndjoloko Tambwe.

La Pros.


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout