Accueilli comme un Roi, Mfumu Luntadila, candidat numéro 8 à la présidentielle du 23 décembre prochain et héritier de la lignée royale de Nlaza Mpanzu, a foulé de nouveau le sol de la République Démocratique du Congo, le samedi 8 décembre dernier, par l'aéroport international de N’djili.

A cet effet, toute une panoplie de représentants des cellules des congolais, sensibles à l'idéologie panafricaine, touchés par sa présence, ont accueilli chaleureusement leur leader qui, à les en croire, reflète l’espoir d'un Congo nouveau. Déjà, avant de pouvoir lancer sa campagne électorale, le Candidat numéro 8 compte réaliser une descente à N’kamba Nouvelle Jérusalem, pour avoir la bénédiction de son père spirituel.
En effet, celui qui a longtemps évolué loin des caméras, a été visiblement soutenu par ceux qu'il n’a jamais cessé d’aider, au travers ses fondations caritatives. Décidemment, Charles Luntadila reste serein, car il n’est nullement engagé à ces joutes électorales pour un concours de popularité, moins encore, pour une opération de séduction. Il prévoit de capitaliser la relation de confiance établie avec le public, sans distinction de provinces et de langues, pour espérer briguer la magistrature suprême. A entendre ses militants, son bilan et ses œuvres caritatives disent beaucoup sur sa propre personne. Qu’à cela ne tienne, il appert que lors de l’arrivée de Charles Luntadila Diavena, sa base de la capitale s’était mobilisée comme un seul l’homme pour lui réserver un accueil chaleureux.
Des représentants de centaines de milliers de congolais de tout Kinshasa et dont certains ont même fait le déplacement depuis le Kongo Central, sa province natale, ou encore le Katanga, où il a créé beaucoup d’emplois, ont rehaussé de leur présence à cette occasion.
Interview
Dès son arrivée, le Candidat numéro 8 a été reçu à l’antenne de la Télévision Nationale Congolaise, où il a répondu aux questions des journalistes, passionnés d’écouter le Candidat Charles Luntadila. Pour ce dernier, sa campagne électorale est placée sous le signe du renouveau et du bon-vivre en RDC et en Afrique. « La politique n'est pas une affaire de culte de la personnalité. Prendre sur ses épaules le poids d'un peuple, c'est avant tout élever son niveau conscience, son niveau de vie, son bien-être et sa place au sein de l'humanité», a-t-il lâché. Il a brossé en quelques mots des thèmes bien maîtrisés concernant la souveraineté monétaire, linguistique, la transition économique.
Représentation
Les ONG, étudiants en difficulté, veuves, orphelins, malades, corps de métiers, entrepreneurs soutenus depuis des années par la fondation FOPED, qu'il administre, ont été représentés et promettent un événement comme la RDC n'en a pas encore vu lors de son meeting. Les corps de métiers, qu'il accompagne au travers de ses fonds d'investissements, étaient tous représentés pour accueillir avec honneur celui qui a tant fait pour ses compatriotes et continue de faire, en marge de sa campagne.
Son souhait pour eux ? Faire mieux, faire plus, pour que tout congolais se sente à l'aise chez lui et puisse prospérer sans difficultés majeures. Restaurer une civilisation africaine modèle pour l'humanité, ici au Congo.

Merdi Bosengele

 


Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout