*Le 25 décembre 2018, le successeur de Kabila sera connu. Le 12 janvier 2019, la remise-reprise se fera au Palais de la Nation, conformément au calendrier électoral.

Grâce au financement sur fonds propre du gouvernement congolais, Nangaa, affichant un visage décontracté, dit avoir réuni l’essentiel de ce qu’il faut pour l’aboutissement du processus électoral, tel que prévu, le 23 décembre 2018. Il lance ainsi un vibrant appel à tous les acteurs en vue de promouvoir un climat apaisé et de contribuer à l’avènement de cette première et historique alternance démocratique et pacifique à la tête de la RD. Congo.

Plus question de passer du temps à tourner autour du pot. A 14 jours de la fin de la campagne électorale, la CENI confirme la tenue des élections à la date du 23 décembre 2018. Le calendrier électoral n’a pas changé. Toutes les dispositions ont été prises pour répondre au rendez-vous, le jour j.
Corneille Nangaa Yobeluo, le Président de la Centrale électorale, l’a si bien dit et répété hier, dans la soirée, aux patrons des médias congolais, réunis au Pullman Hôtel.
L’occasion était donc indiquée, pour lui, de fixer les esprits sur la logistique ainsi que sur l’après-élections du 23 décembre 2018. Selon lui, en effet, aucun report n’est envisagé, ni envisageable. A la CENI, le niveau de déploiement des matériels est tel que d’ici la fin de la semaine du 17 décembre 2018, peu avant la clôture de la campagne électorale, le 21 décembre à minuit, tous les matériels seront totalement acheminés vers les 75.881 bureaux de vote disséminés à travers toute l’étendue de la RD. Congo.
Cette fois-ci, pour éviter les erreurs des élections 2006 et 2011 et rectifier le tir, il a été prévu 179 centres locaux de compilation de résultat. Ce qui, après l’affichage des résultats partiels devant les bureaux de vote, permettra la traçabilité et garantira la transparence jusqu’à l’acheminement vers la Centrale électorale, à son siège à Kinshasa, de tous les plis, avant qu’elle ne publie, enfin, les résultats provisoires. C’est alors que le contentieux électoral interviendra. Car, la Constitutionnelle, une fois saisie, rendra à tour, les jugements permettant de publier les résultats définitifs.
Si tout va bien, précise-t-il, les congolais seront en droit de connaître leur tout nouveau Président de la République, au plus tard, le 25 décembre 2018.
Puis, la CENI s’attèlera, dans une deuxième étape, au traitement des résultats des législatives nationales et, juste après, des provinciales. Donc, le travail se fera, à l’en croire, progressivement. Mais, dans un premier temps, la priorité des priorités sera accordée à la Présidentielle 2018. D’où, son appel à l’apaisement. Nangaa invite, par conséquent, toutes les parties prenantes aux élections à s’abstenir de tenir des discours incendiaires ou acérés, pour favoriser la tenue de ces élections organisées en trois scrutins combinés qui, pour une fois dans les annales de l’histoire de la RD. Congo, depuis 1960 à ce jour, ouvriront la voie à la toute première alternance pacifique et démocratique au sommet de l’Etat.
Autrement dit, le 12 janvier 2019, le tout nouveau Président de la République issu des élections du 23 décembre 2018, prendra possession de ses bureaux au Palais de la Nation, à la Gombe et succèdera officiellement à Joseph Kabila, après plus de 17 ans de règne au trône, depuis la disparition tragique de Mzee Kabila, en janvier 2001.

LPM


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout