Dernières publications

Mercredi 2 octobre 2019, les apprenants du Groupe scolaire Mont-Amba ont manifesté devant cet établissement scolaire pour demander aux enseignants de reprendre avec les activités scolaires.

Dans leur démarche, ces écoliers ont souhaité rencontrer le Recteur pour déposer un mémorandum. Hélas, ils n’ont pas réussi à le faire.

Il y a de cela une semaine depuis que les professeurs de cet établissement scolaire ont enclenché une grève sans service minimum. Car, suite à l’absence des frais de fonctionnement de l’Etat et la prime de risque qu’ils percevaient auprès des parents, ces enseignants ont interrompu momentanément les enseignements, jusqu’à ce que l’Etat respecte ses engagements. Selon ces enseignants, cette responsabilité revient automatiquement à l’Etat qui a jeté les bases de la gratuité de l’enseignement de base. Les parents sont dans une situation difficile, ne sachant plus à quel saint se vouer. Encore que, le G.S Mont-Amba est sous tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) et non celle de l’Enseignement Primaire, Secondaire et technique (EPST).

De son coté, le Ministre de l’ESU, Thomas Luhaka Losendjola affirme que cette gratuité de l’enseignement ne concerne pas les écoles d’application qui sont attachées à quelques universités telles que EDAP à l’Université Pédagogique Nationale, et le Groupe scolaire Mont-Amba à l’Université de Kinshasa et autres. Le Ministre de l’ESU affirme qu’il est au courant de la situation et il est en pleins pourparlers avec son homologue de l’EPST, pour chercher à décanter la situation. « J’ai été saisi par le mémorandum de ces écoles d’application. Nous sommes en discussion avec mon collègue de l’enseignement primaire, secondaire et technique. Certainement, nous allons nous référer au Premier ministre et le Président de la République pour résoudre ce problème », avait lâché Thomas Luhaka à un média de la place.

Richard Mfumu