*La suspension de Wivine Yenga Wassako, Secrétaire Général a.i à l’Enseignement Supérieur et Universitaire a alimenté, abondamment en tout cas, les conversations.

La question qui taraude les esprits, c’est celle de savoir comment en est-on arrivé à cette sanction ? Des documents émanant des services de communication du Ministère de l’ESU retrace la chronologie des faits ayant conduit à la mise à l’écart de l’incriminée. Du côté Ministère, on s’en défend : ‘‘…cette suspension a suivi toute la procédure normale et respecté la constitution et les lois de la République’’. Mais, qu’en est-il au juste ? A en croire les services de communication du ministère de l’Esu, après la remise- reprise entre le Ministre sortant, Steve Mbikayi, qui a opté pour son mandat au Parlement et Marcel Ilunga Leu, l’intérimaire, ce dernier s’est mis rapidement au travail, en traitant immédiatement des dossiers en souffrance. Sur la table, Marcekl Ilunga Leu trouve le dossier UNIKIN dont son prédécesseur avait déjà nommé, par arrêté ministériel, un Secrétaire Général académique, en remplacement de l’ancien qui, lui aussi, a été élu Député national. Le nouveau promu à la colline dite inspirée attendait, naturellement, sa notification par le Secrétaire Général a.i du Ministère et ce, conformément à la décision de la présidence de la République suspendant tout mouvement du personnel dans l’administration et autres services de l’Etat.
Pendant ce temps, le Conseil d’Administration des Universités et le Comité de Gestion de l’UNIKIN qui ne fonctionnait qu’avec son Recteur et son Administrateur du Budget insistent pour que le Secrétaire Général académique nommé soit notifié pour assurer un fonctionnement harmonieux de cet établissement et préparer les élections de la coordination estudiantine pour lesquelles le Recteur était sous menaces permanentes des étudiants.
Ci-dessous, l’intégralité de la clarification des faits sur cette suspension selon la cellule de communication du Ministère de l’ESU !
DOSSIER DE LA SUSPENSION DE MADAME LE SECRETAIRE GENERAL A L’ESU
Voici le déroulement des faits :
• En date du 8 mars 2019, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire a.i procède à la remise et reprise avec son collègue, Monsieur Steve Mbikayi qui a opté pour son mandat électif à l’Assemblée nationale et ce, en exécution de la lettre n°CAB/PM/CJDH/PPM/2019/0275 du 5 mars 2019 de son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement (Annexe1) ;

• Bien avant, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire sortant avait signé l’Arrêté Ministériel n°014/2019 du 22 janvier 2019 portant nomination d’un Secrétaire Académique à l’Université de Kinshasa en remplacement de celui en fonction, élu Député National qui a également rejoint l’hémicycle du Palais du Peuple.

• Eu égard au communiqué officiel de la Présidence de la République du 25 janvier 2019 suspendant tout mouvement du personnel au sein des administrations, Madame le Secrétaire Général à l’Enseignement Supérieur Universitaire n’a pu notifier l’intéressé ledit arrêté.

• De prime à bord, il convient de souligner que le communiqué officiel du 25 janvier 2019 était d’une importance très capitale, surtout dans son volet mouvement du personnel, pour prévenir les abus qui auraient pu être commis dans ce secteur et non pour bloquer le fonctionnement harmonieux des administrations et différents services de l’Etat.

• Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire a.i, par sa lettre n°0171/MINESU/CAB.MIN/MIL/WPIU/2019 du 20 mars 2019, a sollicité l’autorisation de notification dudit arrêté auprès du Directeur de Cabinet de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, justement pour se conformer à l’esprit et à la lettre dudit communiqué, lettre restée sans suite jusqu’à ce jour.
• Entre-temps, relayant les termes du communiqué officiel de la Présidence de la République, Monsieur le Premier Ministre, par sa lettre n°CAB/PM/CJDHC/PPM/2019/0389 du 22 mars 2019, instruis tous les Ministres entre autres de ne plus prendre les actes de disposition sans autorisation préalable de sa part pour en juger l’urgence et la nécessité ;

• Pendant ce temps, le Conseil d’Administration des Universités et le Comité de Gestion de l’UNIKIN qui ne fonctionne qu’avec son Recteur et son Administrateur des budgets, étant donné que son Secrétaire Général Administratif est en soins médicaux depuis quelques temps, insistent pour que le secrétaire académique nommé soit notifié pour assurer un fonctionnement harmonieux de l’UNIKIN et préparer les élections de la coordination estudiantine pour lesquelles le Recteur est sous menaces permanentes des étudiants.

 

• Pour ce faire et dans l’intérêt bien compris de la communauté estudiantine, en réponse à la lettre du Ministre ai de l’ESU n°0184/MINESU/CAB.MIN/MIL/SG/2019 du 27 mars 2019, Monsieur le Premier Ministre, par sa lettre n°CAB/PM/CJDHC/PPM/2019/0417 du 28 mars 2019, autorise le Ministre de l’ESU d’instruire son Secrétaire Général de notifier ledit Arrêté pour permettre un fonctionnement harmonieux de l’Unikin ;

• De même, en réponse à la demande du Ministre ai de l’Esu introduite par sa lettre n°0183/MINESU/CAB.MIN/MIL/SG/2019 du 27 mars 2019, Monsieur le Premier Ministre, par sa lettre n°CAB/PM/CJDHC/PPM/2019/0418 du 28 mars 2019, autorise que soit notifié au Directeur Général de l’ISTA/Lubumbashi, l’Arrêté portant levée de sa suspension pour laquelle un rapport de non-lieu a été dressé, également pour permettre un bon fonctionnement de cet institut supérieur ;

• Instruit formellement à cet effet par son Ministre à travers ses lettres n°185 et 186/MINESU/CAB.MIN/MIL/JMB/2019 du 28 mars 2019, Madame le Secrétaire Général à l’Enseignement Supérieur et Universitaire oppose un refus catégorique par sa lettre n°MINESU/SG/160/01/0541/2019 du 30 mars 2019 sous prétexte de s’en tenir à l’esprit et à la lettre du communiqué officiel du 25 janvier 2019 ;

• Après la réaction de son chef hiérarchique par sa lettre n°199/MINESU/CAB.MIN/MIL/JMB/2019 du 03 avril 2019, Madame le Secrétaire Général, par sa lettre n°MINESU/SG/160/01/0598/2019 du 05 avril 2019 dévoile ses instigateurs sans les cités en sollicitant l’intervention de son Ministre face aux instructions de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre et les instructions maintes fois lui rappelées par la Président de la République dit-elle ;
• Après investigation et au fils du temps, il s’agit bien de Monsieur Jean TEZO-KIA-NSI, Conseiller principal du Chef de l’Etat en charge de l’éducation et certains de ses Assistants ainsi que de Monsieur Jean Claude MBOMBO, A/P de l’ANR qui opère par les intimidations aux membres du Comité de Gestion de l’Unikin et autres sans que sa hiérarchie et l’ANR ne soit informée ;

• Le refus de Madame le Secrétaire Général d’obtempérer aux ordres de son Chef hiérarchique est une insubordination parce que si violation il y aurait du communiqué officiel du 25 janvier 2019, ça serait dans le chef de celui qui a autorisé la prise de ces Arrêtés et non dans le chef de la personne qui n’a fait que notifier ;

• Aussi, cette attitude ambiguë de nature à opposer les institutions de la République est d’autant répréhensible pour Madame le Secrétaire Général que pour les instigateurs qui opèrent sans le moindre respect de l’ordonnancement administratif en la matière.

• Pour toutes ces raisons ci-dessus et face au blocage délibérément entretenu par Madame le Secrétaire Général, blocage de nature à ne pas favoriser le fonctionnement régulier du Ministre, le Premier Ministre, par sa lettre n°CAB/PM/CJDHC/PPM/2019/0577 du 19 avril 2019, en réponse à celle n°212/MINESU/CAB.MIN/MIL/PMK/JMB/2019 du 08 avril 2019, du Ministre de l’ESU, a autorisé la prise de l’Arrêté de suspension de Madame le Secrétaire Général à l’ESU tout en demande que soit respecté le cadre juridique qui organise le régime disciplinaire applicable aux fonctionnaire de l’Etat ;

 

• Cependant, par sa lettre n°0797/04/2019 du 27 avril 2019, reçue le 03 mai 2019, de Monsieur le Directeur de Cabinet de Son Excellence Monsieur le Président de la République, le Chef de l’Etat, informé par la lettre n°MINESU/SG/160/01/878/2019 du 24 avril 2019 de Madame le Secrétaire Général ai à l’Enseignement Supérieur et Universitaire demande au Ministre de l’ESU ai de rapporter ledit Arrêté car n’ayant pas requis son autorisation conformément à l’esprit et à la lettre su communiqué officiel du 25 janvier 2019.

• Au regard des informations données ci-dessus à cet effet, la décision de l’Autorité suprême a été ainsi prise dans ce sens parce que tous les éléments constitutifs du dossier, ayant abouti à la suspension de Madame le Secrétaire Général ai, n’ont pas été mis à sa disposition.

Fait à Kinshasa, le 08 mai 2019

La cellule de Communication du Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire