La villégiature aura été longue et pénible. Sur le chemin du convoi, les dissensions au sein des familles politiques sont monnaie courante. D’où, il est donc temps que l’on s’y habitue. Surtout, lorsque l’on sait qu’en politique, ‘’les alliances se font et se défont’’.

Oui, en effet, aujourd’hui, mieux qu’hier, cette règle d’Or n’est pas prête de disparaître de sitôt. Non ! Elle ne disparaîtra jamais. Du Front Commun pour le Congo de Kabila, en passant par le Cap pour le changement de Tshisekedi Félix, et même en chutant sur les regroupements politiques qui les composent, grand est regret de voir comment la boulimie, la gourmandise à outrance, règnent en ‘’maître’’ entre les grands et les petits. L’on vous épargne des cris amertumes des ‘’Alliés’’. Dans cette lutte de positionnement, la solidarité cède son siège à l’iniquité. Par conséquent, ‘’des étincelles’’ continuent à monter d’un cran à la veille de la publication de l’équipe gouvernementale de Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Attention à la détonation ! A l’Udps, parti cher à Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, Jacquemain Shabani, Président de la commission électorale permanente de son état, en désaccord avec le double ‘’K’’ (ndlr), Kabund et Kabuya, il rejette en bloc les listes reprenant les personnalités proposées par l’Udps au CACH, pour être ministrables. A l’en croire, cette démarche aurait été faite sans leur consultation, alors que les lois qui régissent le parti veulent que la Commission soit associée. Sur ce, le Président de la République serait de ce fait appelé à ne pas considérer lesdites listes. Comme si cela ne suffisait-il pas, au Palu et Alliés, l’un des regroupements politiques du FCC, les violons sont loin de s’accorder sur le partage des postes. Le Palu, loin de considérer ses alliés, qui lui ont pourtant permis d’atteindre le seuil requis aux dernières législatives nationales, s’illustre dans ce que le Député national Henri Thomas Lokondo qualifie de « boulimie » de pouvoir. Ce patrimoine de Gizenga, apprend-on, n’a pas pris en compte ses alliés dans les discussions pour la constitution de la prochaine équipe Ilunga Ilunkamba.
Que dire du feuilleton AFDC-A ? Les 2 ailes ont déposé leurs listes au Premier ministre. L’une par le biais du FCC, l’autre par le biais de son autorité morale, Bahati Lukwebo. Ce dernier passant outre le protocole, a finalement remis les listes de ses ministrables au Président de la République et au Premier ministre entrant. Tandis que ce dernier se révèle véritablement, comme le disciple fidèle du fermier de Kingakati, qui est en disgrâce avec Bahati Lukwebo depuis le mois de juillet dernier. A voir comment les choses se présentent, le prochain exécutif engendrerait plusieurs frustrations dans le chef de ceux qui n’auront pas trouvé leur part du gâteau. Dans l’entretemps, le peuple, le même qui attend de voir les figures des futurs animateurs du prochain gouvernement sous l’ère Félix Tshisekedi, conscient de l’exclusion de la société civile et des confessions religieuses au futur gouvernement au détriment de la coalition au pouvoir, FCC-CACH, se réserverait le droit de se révolter si et seulement si, des personnalités citées dans les dossiers malpropres revenaient aux affaires. Tout peut arriver. La morosité persiste à la veille de la publication de l’équipe Ilunkamba. Les mécontents sont déjà aux aguets. Et des étincelles en l’air ! Face à des fortes frustrations des exclus, et du mécontentement du peuple, que va-t-il se passer après ? A chacun de répondre.

La Pros.


Les plus lus