En annonçant, le samedi 2 mars dernier, qu’il rendrait justice, si pas accorder une mesure de grâce aux prisonniers et exilés politiques, Félix Antoine Tshisekedi a jusque demain pour tenir parole.

Franck Diongo, Diomi Ndongala, Moïse Katumbi, Mbussa Nyamwisi pourraient être parmi les bénéficiaires de cette mesure de ce nouveau premier citoyen congolais dont la victoire est, jusqu’ici, contestée par son ancien colistier de Genève, Martin Fayulu Madidi, actuellement, en séjour à Bruxelles. Oui. Jour-J moins 24 heures, pour cette promesse faite, lors de la cérémonie de présentation du programme d’urgence, à la place ‘’Echangeur’’, en guise de ses 100 premiers, à la tête de l’Etat congolais. A tout dire, cette semaine est, sans nul doute, décisive. Car, de près ou de loin, elle sera riche en évènements politiques. Primo, outre cet aspect de la décrispation politique, dont l’opinion, aussi bien à l’interne qu’à l’externe, attend la concrétisation, déjà aujourd’hui ou demain, il y a, faut-il le signaler, la désignation, du reste, très attendu du Formateur du Gouvernement qui sera en clair, le prochain Premier Ministre congolais.

Force est de préciser, à cet effet, que dans l’esprit de la requête conjointe, adressée par les coalitions CACH et FCC, au Chef de l’Etat FATSHI, l’urgence de nommer le remplaçant de Bruno Tshibala se pose et s’impose. Dans la même optique, il faut noter que c’est ce lundi que les députés provinciaux de la ville de Kinshasa procéderont au choix de leur bureau définitif. Au total, trois élus provinciaux sont en lice. Il est à noter que deux, essentiellement, vont, sans faux-fuyants, se précipiter le poste du Président de cette Assemblée. Il s’agit, pour ne pas les citer, de Peter Kazadi, Cadre de l’Udps/Tshisekedi et ancien Directeur de cabinet de Tshisekedi fils, ainsi que le Pasteur Godefroy Mpoyi qui, lui, figure sur la liste des élus du parti AAB/FCC. Ce, en raison du nombre des députés de leurs camps respectifs. Secundo, depuis Bruxelles, l’on saura les dernières options du combat des leaders de l’opposition. Vont-ils continuer leur alliance pour la vérité des urnes ou, au contraire, rectifier décidément, les tirs ?

Toutefois, il sied de rappeler que depuis le week-end dernier, Fayulu, qui vient de tourner le dos à son siège à l’Assemblée nationale, parce que se voulant le présidentiable élu, avec au moins 60% des voix, séjourne dans la capitale Belge où de nombreux combattants lui ont réservé, dès son atterrissage, un accueil chaleureux lors de son arrivée. Des éclairés s’interrogent, cependant, sur le modus operandi du mariage entre ces opposants qui, pourtant, cultivent chacun les ambitieux de briguer la magistrature suprême en 2023. Pourvu que Dieu leur prête vie.

Il importe, tertio, de souligner que c’est ce 15 mars que les nouveaux Sénateurs seront élus, de par les 26 provinces du territoire national. La missive du Procureur général exhortant la CENI à recaler ces élections, y compris celles des Gouverneurs, s’est soldée, tout compte fait, en eau de boudin. Nangaa Yobeluo fonce, pour ce qui le concerne. En tout état de cause, le go traditionnel afférent à la session ordinaire de mars, qui devait être donné ce 15 mars, au Parlement est, également, renvoyé aux calendes congolaises ; le temps que toutes les matières inscrites à l’almanach de leur session extraordinaire en cours soient épuisées. Qu’à cela ne tienne, cette semaine s’annonce et sera décisive.

La Pros.

 


Les plus lus