Un nouveau vent souffle dans l’univers de la musique en RDC où la rumba risque de céder sa place à la musique de la rue.

Depuis un certain temps, la tendance à Kinshasa est dominée par la musique urbaine qui contrôle et envahie pratiquement la scène congolaise, surtout dans la Ville Capitale où une jeunesse sacrifiée constitue la majorité de la population. Face à cette réalité, le journal ‘‘La Prospérité’’ découvre une nouvelle étoile de la chanson à Kinshasa. Il s’agit du chanteur-rappeur Dominique KABIKA ‘‘DMQ’’, un jeune pétri d’un talent exceptionnel. Pour les uns et les autres, il est l’incarnation d’un nouveau style fait de juxtaposition entre la rumba et la musique urbaine : « Afro-rap ». Beau et pragmatique, DMQ relate son parcours et annonce également la sortie prochaine de sa nouvelle mélopée d’amour intitulée « Reine de ma vie ».

La Prospérité : Que peut-on retenir de votre personne ?

Dominique Kabika (DMQ) : Dominique KABIKA est un artiste musicien congolais. Je suis chanteur, rappeur et auteur –compositeur évoluant dans la musique afro-rap, urbaine à Kinshasa, Capitale de la République Démocratique du Congo. Mes amis, mon staff m’appellent DQM comme nom de scène. Votre humble artiste que je suis est fils de Monsieur KABIKA WALASALA et de Madame Micline DASSIE. Issue d’une famille nombreuse, je suis détenteur d’un diplôme en mécanique générale. Mais, l’art est plus fort que moi. Voilà pourquoi, la musique restera ma plus belle passion. Waouh !! J’adore les sons !!!

La Pros. : Racontez-nous votre histoire avec la musique ?
DMQ : La musique est quelque chose que j’ai toujours aimé depuis mon tendre enfance. Mais, je vous avoue qu’un moment, j’étais dans l’embarras entre la musique et le football. Car, je jouais aussi tellement bien au ballon. Curieusement, c’est l’univers du rap qui m’a séduit et m’a emporté trop vite. Toutefois, il fallait terminer avec mes études, décrocher mon diplôme d’Etat avant de me lancer dans la musique qui était mon rêve. A vrai dire, ma carrière a bel et bien commencé en 2014, après mon bac.

La Pros. : Combien d’albums avez-vous déjà réalisés depuis le début de votre carrière ?
DMQ : Je me souviens encore de ma première séance au studio d’enregistrement. C’était génial d’enregistrer mon premier tube qui est sorti en 2014. « Bana lelo », c’est le titre de la chanson que j’avais réalisée en featuring avec Dkq Carnage, De Chris, qui sont aussi des artistes rappeurs en vogue sur la scène Kinoise. La même année, j’ai sorti la deuxième chanson qui a pour titre « Lipa Mateka » en featuring avec DKQ Carnage. Tandis que « Bilengi » a été ma troisième chanson lancée en 2015 et en 2018, c’est le titre «Posa tongo etana te » chanté en featuring avec le chanteur Pater J. Il faut savoir que la politique actuelle de l’industrie musicale nous a imposé un système, à savoir : lancer d’abord le single sur le marché avant de constituer un album qui viendra par la suite.
La Pros. : Concrètement, quel genre de musique faites-vous ?

DMQ : En RDC, vous savez que la Rumba ou le Ndombolo est notre identité musicale. Mais, personnellement, je me suis dit qu’il faudra, parfois, se démarquer en proposant un autre genre de musique pour trouver une place dans la scène congolaise. Raison pour laquelle, j’ai opté de faire le style ‘‘Afro- Rap’’ qui est mon originalité. C’est vraiment du rap congolais.

La Pros. : En quoi votre musique peut-elle être utile à la société ?
DMQ : Evidemment, j’aime être un artiste utile dans la communauté. A travers ma voix, j’ai le devoir de changer les choses, d’éduquer la masse. Le divertissement, la détente ! Oui c’est bien mais j’ai aussi une part de responsabilité dans la société. Voilà pourquoi, dans chaque morceau de ma musique, il y a toujours un message essentiel. Evidemment, je chante l’amour, les réalités sociales et autres faits d’actualités. Bref, tout ce qui se passe autour de moi et dans le monde. J’aime chanter l’humanité !

La Pros. : Qu’est-ce que les mélomanes peuvent attendre de vous dans l’avenir ?
DMQ: Permettez-moi de dire merci à ma famille, à mes amis ainsi qu’au public qui m’ont accueilli et soutenu dans la sphère musicale. Je suis un jeune artiste qui vient de commencer une carrière professionnelle. Sur le plan discographique, je suis en train de préparer un nouvel album qui pourra certainement vous plaire. Présentement, j’invite mes fanatiques à consommer ma nouvelle chanson « La Reine de ma vie » qui est déjà disponible sur toutes les plateformes de téléchargement digital (You tube, I-tunes...) et bientôt sur vos écrans. Ecoutez le son et partage-le dans les réseaux sociaux. J’ai beaucoup d’autres projets artistiques qui vous seront communiqués au moment opportun. Avec l’ingénieur DDT et son équipe du studio « Kinshasound », nous travaillons toujours. Il y aura beaucoup de surprises. Merci…Je vous aime, je vous adore !

La Pros. : Pourquoi le titre « la Reine de ma vie » ?

DMQ : C’est une chanson dédicace à découvrir. Je sais que vous allez l’aimer. Il s’agit d’une histoire romantique d’un jeune homme et sa copine. Le garçon demande à sa copine de le comprendre. Et surtout de ne pas avoir des arrières pensées sur sa personne. Que la fille arrête de prêter à chaque fois son oreille pour écouter les vautours qui rodent tout autour pour nuire à leur amour. Qu’elle mette dans sa tête que le jeune homme compte sur elle. Car, c’est sur elle que j’ai placé toute ma confiance. Vraiment une belle mélopée d’amour avec un bon rythme musical. J’ai l’impression que la chanson va servir de leçon à d’autres filles dans notre société. «La Reine de ma vie» est une histoire, à la fois fascinante et horrible…

Propos recueillis par Jordache DIALA

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout