Alors que le monde littéraire pensait qu’avec ses nouvelles fonctions de Sénateur, l’écrivain Didier Mumengi n’allait plus produire durant ces cinq années de sa mandature, hélas ! Ce dernier comme de coutume, a surpris le commun des mortels. Cette fois-ci, de la plus belle des manières et en un temps record.

Tenez ! Il aurait fallu attendre 6 mois seulement pour que cet ancien Ministre de l’information puisse enfanter un nouvel ouvrage dont l’intitulé est : « Manifeste pour un Sénat Nouveau». Ce livre a été porté sur les fonts baptismaux mercredi 6 novembre 2019, dans la salle des spectacles du Palais du peuple, en présence des élus nationaux, provinciaux et du monde littéraire. C’est le 1er vice-président du Sénat, Samy Badibanga, qui a présidé cette cérémonie, à l’absence du Président Alexis Thambwe Mwamba, empêché à la dernière minute.

Oui, dans ce chef-d’œuvre, l’auteur interpelle les politiques, exhorte les Institution à travailler pour le bien-être de la société, en appelant à combattre la pauvreté. Mumengi propose des recommandations concrètes dont la mise en application pourra, sans nul doute, faire avancer la RDC. L’auteur s’interroge à quoi sert un pouvoir légicentrisme sans finalité économique et sociale, dans la misère et le sous-développement ? Il répond à cette question au travers de deux concepts inédits, à savoir ; d’une part « l’Etat social Actif » et de l’autre, «l’Etat Apporteur d’Affaire ». Dans son entendement, l’auteur pense que la perspective réflexive que développe cet ouvrage dessine des voies d’analyse originales et galvanisantes, sous l’empire de la notion de «légistique du développement ». Mettre les Institutions au service de la paix, de la charité, du développement et de l'émergence, voilà ce qui se présente comme le crédo du Sénateur Mumengi. Ce dernier aura ainsi compris que l'élite doit laisser absolument des traces, pour accéder à l’immortalité. En publiant ses multiples ouvrages, ce Sénateur et auteur se place au-dessus de la mêlée. Il porte sa pierre à l’édifice pour la construction d'un Congo meilleur et plus beau qu'avant.

Un appel pathétique lancé
Léon Matangila, l'éditeur Harmattan, la maison d’édition ayant édité l’ouvrage du Sénateur Mumengi, a invité les amoureux de la littérature d’écrire et de suivre le bon exemple de Didier Mumengi. La présentation critique de cet ouvrage a été faite par le Professeur Banyaku, sous l’œil vigilant de Richard Ali, modérateur à l’occasion du vernissage de ce livre qui s’inscrit en marge de la journée de l'écrivain africain. D’après ce professeur d’Université, l'auteur lance un appel pathétique pour crédibiliser les actions de l'Etat. Il appelle les sénateurs à s'inscrire au droit chemin de citoyen, de jouer son rôle institutionnel dans les idées des productions des lois avantageuses et efficientes vis-à-vis de la société.
L’auteur propose et suggère la création des chaînes des valeurs, la transformation sociale lors de l'initiation des projets des lois.

En gros, le ‘’Manifeste pour un Sénat Nouveau’’ passe au peigne fin 12 projets de société. Au chapitre des suggestions, Didier Mumengi propose la suppression des frais des missions hospitalières à l'étranger des Sénateurs. Selon lui, ce budget serait utile à la construction ou à la Réhabilitation du pavillon du parlement au sein de l'hôpital général de Kinshasa.

Merdi Bosengele

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout