Effectivement, tout Ifasic était mobilisé comme un seul homme, pour accueillir l’arrivée du bouquin de l’auteure et journaliste Ange Kasongo Adihe, dont l’intitulé est : « Les femmes de Pakadjuma ».

A ce propos, ce chef-d’œuvre littéraire qui vient d’être porté sur les fonts baptismaux depuis mardi 21 mai 2019, a été très bien accueilli par les amoureux de la littérature, réunis dans l’enceinte de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication, où l’auteure a effectué ses études universitaires. Telle une aubaine, Ange Kasongo Adihe a, à travers cette œuvre, étalé au grand jour, un autre visage de la gente féminine de "Pakadjuma", réputées des professionnelles de sexe.

A dater d’aujourd’hui, certaines femmes de ce coin peuvent être fières d’acquiescer cette perception positive faite par la journaliste. Au cours de la cérémonie du vernissage, avant d’entrer dans le vif du sujet, le Chef de travaux, Adélard Obul Okwess, a réalisé une brève présentation de l’auteure et journaliste, tout en retraçant son parcours. Par la suite, l’écrivain et poète Tata Nlongi Bia, a présenté quant à lui le bouquin. A l’en croire, Ange Kasongo Adihe a ajouté un supplément d’âme en écrivant les « Femmes de Pakadjuma ». Autrement dit, la réalisation de ce projet est le fruit de sa propre perception faite de manière objective. Selon lui, l’écrivaine a combiné ses automatismes journalistiques et littéraires en révélant ce qui est caché, à travers une enquête bien élaborée. Celui qui a présenté « Les femmes de Pakadjuma » a, en outre, démontré des bonnes raisons pouvant permettre aux amoureux de l’écriture de pouvoir acheter et lire le livre.

L’évènement qui a consacré au vernissage du livre a connu la participation des diverses personnalités tant politiques que sociales. Tenez ! Chantal Kanyimbo a honoré de sa présence en baptisant ce nouveau né. La Ministre Marie- Ange Mushobekwa, la Députée nationale Christelle Vuanga, le Président du CSAC Tito Ndombi, le Recteur de l’Ifasic M. Professeur Munkeni Lapess et Cie, ont de manière in globo, félicité Ange Kasongo Adihe, pour ce nouveau-né.ange Kasongo

Aperçu
« Les femmes de Pakadjuma », un ouvrage de 106 pages, est le fruit d'une enquête réalisée de mars à mai 2018, a fait savoir l’auteure. Ce bouquin relate la vie de certaines femmes de ce bidonville qui, quoique la pauvreté qui y règne en maître dans ce coin de la ville, elles cherchent néanmoins à se démarquer des autres en faisant la différence de façon positive. Il sied de noter que c’est un récit journalistique de type enquête et investigation, dans lequel, l’auteure rend compte des résultats de ses échanges avec les femmes de cette contrée, un des quartiers de la commune Limete, à Kinshasa, le plus réputé dans la pratique de la prostitution et du banditisme.

Ange Kasongo est une diplômée en master de l’Ecole supérieure de journalisme et sciences politiques de Lille en France. Elle a une faim pour l’écriture et s’intéresse aux questions sociopolitiques de l’Afrique, en particulier la RDC, depuis une dizaine d’années. Elle est aussi auteure de la série « Lettres de Kinshasa », réalisée en trois épisodes et publiée sur le site Jeune Afrique en 2018. Selon l’auteure, la motivation de rédiger ce bouquin a été née d’une façon insolite. « En septembre 2017, j’ai posté une photo sur facebook avec deux mots “Nakeyi Pakadjuma”. La photo a suscité la curiosité et de nombreux internautes y ont réagi. Je suis kinoise et je connais la réputation de ce quartier. Face à ce double constat, j’ai décidé d’explorer ce bidonville et écrire pour trouver des réponses à toutes ces questions », dit-elle, au cours d’une interview réalisée avant la présentation.

«Les femmes de Pakadjuma », a-t-elle indiqué, parle de l’histoire de la jeune Ophélie qui retourne à Pakadjuma, sa terre natale, après 15 ans de vie à Lille en France. A son arrivée, elle constate que Pakadjuma est resté une enclave, où les autres Kinois ne s’aventurent pas, à cause de sa mauvaise réputation.
Ange Kasongo tente de ressortir, à travers ce récit, la perception des Kinois sur cette contrée et leurs propres jugements quant à leur réputation. D’emblée, il convient de noter que le livre « Les Femmes de Pakadjuma », a été édité par les éditions du pangolin Chapeautées par le Grand écrivain congolais Prince Yannick Djungu.

Merdi Bosengele

 

Les plus lus