Dernières publications

Dans nos mémoires de rétention et dans nos mémoires de souvenir planent et planeront toujours l’image de ce grand homme de culture qui nous a marqués par ses riches œuvres musicales que nous allons continuer à savourer circonstanciellement à l’intérieur comme à l’extérieur de cet Etat de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social, démocratique et laïc qu’est la République démocratique du Congo.

Un pays où est né l’auteur compositeur et guitariste de renommée internationale, LUTUMBA SIMARO MASIYA. Ce grand homme modèle qui a écrit en lettres d’or l’histoire de la musique congolaise moderne dont les œuvres restent d’une façon ou d’une autre testamentaires.
Le sage, l’éducateur et l’interpellateur de nos consciences à travers ses œuvres, l’auteur compositeur de la chanson « TESTAMENT » nous a officiellement légué son testament, en demandant qu’à sa mort, ses funérailles soient organisées au rythme de sa musique. C’est qui a été une chose faite. Au niveau de la famille restreinte et élargie, qu’il existe un quelconque testament ou pas, la famille n’a qu’à se remettre à la volonté du défunt. Ce qui est plus important pour ce grand homme public qui ne s’appartenait plus, c’est tout faire pour n’est pas l’oublier comme ces grandes figures de médias de la RTNC qui sont entrées dans les oubliettes, pourtant avec l’évocation de leurs souvenirs professionnels le jour anniversaire de la création de leur établissement public, elles pouvaient servir des modèles à ceux qui sont dans ce domaine comme SIMARO MASIYA l’est incontestablement dans le domaine de la musique congolaise moderne. Avec lui, la défense de la vérité est un élément capital dans la gestion de la vie de tous les êtres humains. D’où le triomphe de la vérité en tout et pour tout.

Pour mémoire, la supplantation du mensonge par la vérité nous enseigne MBUTA LUTUMBA doit nous servir de matière à réflexion. Pour étayer cette thèse l’interpellateur et éveilleur des consciences nous dit que l’homme blanc a une intelligence pour fabriquer les fusils pour tuer les êtres humains. Mais il est incapable d’avoir une intelligence pour détruire la vérité. Au nom de cette vérité, la RTNC a donc intérêt à diffuser la dernière émission faite avec LUTUMBA. Un programme où malgré son état de santé, il a accepté de parler de son œuvre inédite « Ma Prière ». Et expliquer hors micro, devant deux témoins le sens de l’expression « devenir passeport ». Aussi, avait-il demandé la coproduction et la coréalisation d’ « En Savoir Plus » sur ses œuvres à sélectionner pour l’analyse sémiologique, avant de passer aux autres œuvres matérielle et d’esprit comme nous l’avions envisagé. Ce travail est celui qu’il voulait qu’on fasse de son vivant pour qu’il fasse la quintessence de ses œuvres sélectionnées et qu’il explique aussi certaines expressions et proverbes contenus dans ses chansons.

Il faudra maintenant que nous y réfléchissions mûrement pour honorer sa volonté sous forme d’œuvre posthume et que nous n’oublions pas de sitôt celui qui nous a éduqué et nous a conseillé de sa façon. C’est encore un « testament » qu’il faudra exploiter rationnellement, si nous voulons honorer ce grand homme de culture qui restera longtemps graver dans nos mémoires. Ne pas le faire serait souillé sa mémoire quand nous pensons à ce qu’il fait pour nous et pour ce pays.. Déjà, avec l’équipe de weekend en bonne compagnie de chaque samedi, sur la RTNC, une tranche d’« En Savoir Plus » sur LUTUMBA SIMARO MASIYA, pourra faire partie de cette grande émission à la RADIO NATIONALE. Le sage est mort. Mais il est toujours parmi. Faisons tout pour en savoir plus sur ses œuvres qui nous sont utiles pour la gestion de notre vie sur cette terre de nos ancêtres. Avec « MBONGO, MANDOLA, ou EAU BENITE » l’émission Weekend en Bonne compagnie pourra vous en faire savoir plus sur l’inoubliable LUTUMBA SIMARO MASIYA.

Aimé Isidore KAKUSA GULUNDUGA-MULONDO
Petit Palmier au Gros Cœur

Les plus lus