Depuis qu’il a été mis en terre, Papa Wemba n’a jamais été honoré dignement dans son propre pays, le Congo-Kinshasa. Aucun événement de grande envergure n’a été déjà organisé à Kinshasa en mémoire de cette grande icône de la musique congolaise.

Et pourtant, lors de ses obsèques en avril 2016, les autorités congolaises ont fait des promesses à la famille et à la nation toute entière, pour immortaliser son nom et pérenniser surtout ses œuvres de génération en génération. Jusqu’à preuve du contraire, c’est la Côte d’Ivoire qui continue à marquer les esprits des mélomanes du monde entier, gardant toujours une place de choix à Papa Wemba.
Devoir de mémoire oblige ! Chaque année, le pays d’Alassane Ouatara organise un évènement de taille en mémoire de cette légende de la rumba congolaise.
Il nous revient que ce mercredi 24 avril, jour de la mort ‘‘Kuru’’, un grand artiste styliste et sapeur Ivoirien en la personne du Cardinal Ekumany, a pris l’initiative de commémorer avec piété le 3ème anniversaire de la disparition du chanteur congolais.

Il est prévu une grande soirée à la «Place PAPA WEMBA » d’Anoumabo. Signalons qu’Anoumabo est un grand village en Côte d’Ivoire, où le chanteur congolais avait livré son dernier spectacle avant de rendre l’âme sur scène.
D’après Henry Noël Mbuta Vokia (ex-chargé de communication de Viva-la-Musica), cet évènement est organisé en collaboration avec le restaurant Village Molokaï de Marie-Laure YAONE, une des managers Papa Wemba, qui est désormais installée à Abidjan.

Le groupe Magic System, le public, les autorités ivoiriennes et d’autres artistes ivoiriens sont conviés à cette grande cérémoniale consacrée à l’hommage de Bakala dia kuba 100% Star.
Pendant ce temps, rien de spécial n’est prévu à Kinshasa pour commémorer les 3 ans de disparition de Jules SHUNGU WEMBADIO. Seulement, apprend-on, une messe de requiem sera dite en sa mémoire, ce mercredi 24 avril, à Saint Joseph à Matonge, dans la commune de Kalamu. Bien avant, à la matinée, la veuve Marie-Rose Luzolo dit Amazone, les membres de la famille et les collaborateurs du groupe Viva-la-Musica vont se rendre à la Nécropole Entre Terre et Ciel, pour s’incliner devant la tombe et déposer leurs gerbes de fleur. Et, à la soirée, un bain de consolation sera organisé, dans un cercle privé, dans la résidence de l’illustre disparu, au quartier Macampagne, à Kinshasa.
Voilà de quelle manière la République Démocratique du Congo qui est réputée terre de la musique africaine, ignore facilement ses dignes fils qui ont hissé très haut son drapeau sur la scène internationale de la chanson, à travers leur talent rocambolesque.

Jordache Diala

 

Les plus lus