En marge de la journée mondiale de la presse traditionnellement célébrée le 3 mai de chaque année, cette année au Congo Kinshasa, le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, n’a dû hésiter de répondre positivement à l’appel conjoint de l’Union Nationale de la Presse Congolaise, UNPC, et de Journaliste en Danger, JED.

Ayant ainsi rehaussé de sa présence le rendez-vous pris dans un des beaux cadres de Béatrice hôtel, vendredi 3 mai dernier, le premier citoyen congolais est revenu sur ses promesses du jour-j de son investiture et de sa prestation de serment, le 24 janvier 2019, relatives aux droits et devoirs des chevaliers de la plume. « J’ai promis lors de mon accession au pouvoir d’être celui qui favorisera la liberté de la presse, mais également qui consacrera la presse comme un véritable quatrième pouvoir », a-t-il rafraîchi la mémoire des journalistes présents dans la salle ainsi que toute l’opinion nationale.

Tshisekedi communie avec la presse
Contrairement bien entendu aux années écoulées où les journalistes congolais célébraient cette grande journée en étant accompagnés par le porte-parole du gouvernement et ministre des médias, certains organismes internationaux dont ceux de la mission onusienne, cette fois-ci, le Chef de l’Etat a, lui-même, été présent pour entendre les professionnels des médias et, de ce fait, leur parler de vive voix. «Ma présence parmi vous signifie l’encouragement à contribuer dans vos efforts mais également l’engagement que j’ai fait d’être à vos côtés », a-t-il justifié sa communion aux journalistes de tous bords, exerçant en RD. Congo. Et de leur rappeler leurs responsabilités régaliennes : « vos devoirs, c’est de dire les choses avec force, avec conviction mais surtout avec objectivité». Le nouveau Chef de l’Etat congolais qui a totalisé 100 jours à la tête des institutions congolaises, le samedi 4 mai dernier, promet ainsi de faire de la presse un véritable quatrième pouvoir et de favoriser la liberté de la presse.

Droits et devoirs évoqués
«Oui, vous avez le droit d’être protégé, oui vous avez le droit de vous exprimer librement, oui vous avez le droit de susciter les débats, oui vous avez le droit de dénoncer…», conforte-t-il les professionnels des médias. Loin de s’arrêter uniquement aux droits des journalistes, le Chef de l’Etat congolais investi en janvier 2019 souligne que ceux-ci ont en même temps le devoir d’observer l’éthique et la déontologie professionnelle.
Il sied d’indiquer, par ailleurs, que l’occasion était propice pour les autorités des organes de régulation et d’autorégulation de la presse RD. Congolaise, en l’occurrence l’UNPC et JED, de remettre à Tshisekedi fils le mémorandum contenant les amples propositions pouvant lui permettre de lier ses paroles d’engagement vis-à-vis des médias aux actes.

Jacques Kitengie

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout