Cadre fédérateur de tous les journalistes et organisations professionnelles des médias en République Démocratique du Congo, l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC), a profité de la fête du 3 mai pour sortir de son silence, depuis le discours d’investiture du Chef de l’Etat qui s’est engagé devant la nation de faire des médias un véritable quatrième pouvoir pendant son règne à la tête du pays.

L’interconnexion étant un moyen par lequel deux réseaux de télécommunications sont directement connectés l’un à l’autre pour mettre en œuvre l’interfonctionnement de service, la dernière technologie chinoise vient de réussir à mettre en place quelques méthodes de contrôle adoptées par l’autorité de l’Etat chinois pour contrôler et limiter certaines cybercriminalités.

Que des tournants au sein de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC). Après l’exclusion de Jean Boucard Kasonga Tshilunde par la commission de discipline suivie de son maintien par la commission des cartes, avant un appel à l’ordre du Ministre a.i. de la Communication et médias, un membre du même entité de discipline et d’éthique s’est penché dans le sens d’un revirement, deux mois après le prononcé du premier verdict sur la radiation.

En marge de la 22ème journée nationale de la Presse, l’Association Congolaise des Femmes Journalistes de la Presse écrite (ACOFEPE), a organisé une conférence-débat, le vendredi 19 juillet dernier, à l’espace Professeur Malembe de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication (IFASIC).

‘’En effet, nous, travailleurs impayés de la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC), licenciés abusivement par M. Kabila Ilunga Ernest au mois de septembre 2018, profitons de cette journée du 3 mai pour dénoncer publiquement sa campagne de mensonges et de diabolisation entreprise depuis plusieurs mois et qu'il ne cesse de poursuivre avec le seul but de ternir notre image et de décourager notre lutte visant à recouvrer nos droits violés par lui‘’.

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout