En sa qualité d’agence chef de file des Nations Unies pour la sécurité alimentaire, la FAO, en collaboration avec le FIDA et le PAM, se sont concertés pour accomplir leur but primordial en RDC, à savoir : l’éradication de la faim.

Ce, à travers un projet intitulé : «intégration des initiatives de réduction des pertes alimentaires pour les petits exploitants dans les zones à déficit vivier». Ce programme consiste à améliorer la sécurité alimentaire et les opportunités de revenus des petits producteurs, par la réduction des pertes alimentaires dans la chaîne de valeur des céréales. A cette occasion, Aristide Obame, représentant de la FAO, a remis une note d’orientation politique de réduction des pertes après récolte a été remise au ministère de l’agriculture. Laquelle note a été validée, le lundi 22 juillet, au cours d’un atelier tenu au siège officiel de la FAO ville de Kinshasa.

Plusieurs personnalités ont en effet pris part à cette activité organisée dans le sens de valider cet almanach qui reprend les orientations devant concourir à la réduction des pertes concernant la récolte des aliments. Il s’agit, entre autres, du Conseiller du Chef de l’Etat en Charge de l’Agriculture, les membres de la FEC, les délégués des Ministères et autres institutions publiques ainsi que les responsables des corporations de la société civile évoluant dans le secteur agricole.
Déjà, avant de remettre symboliquement un exemplaire de ladite note d’orientation politique que les parties prenantes ont validé au cours cet atelier, le représentant de la FAO, Aristide Obame a balancé un documentaire dans lequel on pouvait voir les réalisations de cette organisation onusienne dans le secteur d’Idiofa au Bandundu, lequel endroit a été choisi par cette structure des Nations Unies en guise d’expérimentation de nouvelles techniques de récolte et de conservation des produits alimentaires. D’autant que ces paysans, travaillant de manière véritablement artisanale, n’arrivaient à avoir une récolte consistante. D’où, la FAO, se penchant vers ces nouvelles techniques, a-t-elle offert à ces citadins des bidons, des bâches, de nouveaux sacs et des silos métalliques, pour faciliter la récolte et réduire les pertes des céréales dont le riz et le maïs. Aristide Obame a, par ailleurs, rendu un hommage déférent au Gouvernement congolais et particulièrement au Ministère de l’Agriculture, non seulement pour son engagement à faire de l’agriculture une source capitale de contribution au PIB national, mais aussi pour son engagement tout au long de la mise en œuvre dudit projet qui s’est clôturé hier avec la remise de ladite note d’orientation politique.

Quant au Secrétaire Général de l’Agriculture, Evariste Bushabu Bopengi, les textes validés sont d’autant plus importants qu’ils s’étendent sur toute la chaine de valeur agricole (production, stockage, transformation, commercialisation) et visent à réduire les pertes à chaque maillon de cette chaine. Aussi, a-t-il salué cette initiative pilotée par la FAO, tout en remerciant chaleureusement cette tripartite FAO-FIDA-PAM qui, du reste, est salutaire pour la RD. Congo. Il a, en outre, promis l’implication indéfectible du Ministère de l’Agriculture pour que cette thématique ‘’Réduction des pertes post récolte’’ soit intégrée dans tous les projets, programmes et plans nationaux, qu’ils soient appuyés par les partenaires externes ou financés sur fonds propres du Gouvernement.

Grâce Kabedi

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout