Conduite par le bloc CIVI POL-UNFPA-CARITAS Congo-DIGITECH-IDEMIA-TRANSTEC, la campagne de rattrapage d’enregistrement des naissances à l’état- civil, lors de l’inscription à l’école pré-primaire et primaire, a été lancée le lundi 29 avril dernier, à Kinshasa.

C’était dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Renforcement des Systèmes de Développement Humain (PRSDHU), qui est un projet du Gouvernement de la RD. Congo, financé par la Banque mondiale. Dans la mise en œuvre de ces missions, l’UNFPA, membre dudit consortium qui apporte aussi un appui technique conséquent au processus de réforme du système d’enregistrement des faits d’état-civil, conduit les opérations de collecte pour l'élaboration de la cartographie du système d'état-civil et la mise en place d'une base de données sur les enfants bénéficiaires d'actes de naissance.
Cet appui se matérialise par l'exécution de deux missions dont la première concerne l’enregistrement de 2.400.000 élèves (enfants) ainsi que leur fratrie, à l’état-civil. Lors de l’inscription à l’école pré-primaire (maternelle) et primaire, 600.000 élèves auront leurs actes de naissance. La seconde consiste à l’appui à la modernisation du système d’enregistrement des faits d’état -civil et de production des statistiques vitales en RDC. Ceci, à travers la collecte des données dans plus de 1.200 bureaux d'état- civil du pays. La mise en œuvre de ces deux missions est assurée par les services des Ministères de l’EPSP, de l’Intérieur et de la Justice, à différentes étapes de l’opération.

De mars à avril 2019, au total, 11 superviseurs (statisticiens et démographes), s’appuyant sur 100 enquêteurs recrutés localement, ont été déployés sur le terrain pour réaliser cette activité.
Plusieurs réunions ont permis d’informer et de former les experts et cadres de ces Ministères et du personnel de terrain qui seront chargés de faciliter l’introduction de la requête d’actes de naissance par les parents pour obtenir gratuitement ces documents et les droits civiques qui leur sont associés. Cette série de réunions s'est achevée par les ateliers des Directeurs et des Présidents des associations des parents d’élèves des 300 écoles ciblées par la phase pilote de la campagne de rattrapage des naissances.
‘’Ce projet de campagne de rattrapage n’a pas pour objectif que d’inscrire tous les enfants de la République à l’état- civil, mais de démontrer la pertinence de la méthode de rattrapage sur un échantillon très limité‘’, a insisté Olivier Barnouin, Chef de mission du Consortium Civipol. Ensuite, si cette démonstration est convaincante, ‘’nous ne doutons pas que le Gouvernement décidera l’extension de ce projet, selon des modalités qui seront envisagées en temps utile‘’.

Situation
Revenant sur le contexte ainsi la présentation de l’avancement de ces deux projets d’Appui à la gestion de l’état civil, Olivier Barnouin a laissé entendre que les autorités congolaises manquent de bases statistiques fiables pour planifier leur développement. Pour cela, ‘’la RDC a opté pour la constitution et l’entretien d’un fichier général de la population solide en vue notamment de la délivrance des titres d’identité‘’. Et l’atteinte de cet objectif, poursuit-il, passe par la mise en place d’un système d’état civil performant, adapté aux innovations contemporaines (numérisation, biométrie) et la création d’un système fiable d’identification des populations.

Partant de ce regard, il faudrait également améliorer le pourcentage d’enregistrement des citoyens à l’Etat- civil. Selon le Chef de mission du Consortium Civipol, en dépit d’une législation favorisant la déclaration des naissances, 25% seulement des enfants sont enregistrés. Heureusement, le taux de fréquentation de l’école primaire est élevé (80%) et permet d’envisager une approche efficace de rattrapage des naissances en milieu scolaire.
Dans ce contexte, le Gouvernement a défini deux projets d’appui à la gestion de l’état -civil, sous le contrôle de la Cellule d’Exécution des Financements en faveur des Etats fragiles (CFEF). La supervision de deux projets est assurée par un Comité de Pilotage et un Comité technique prévus par le Gouvernement sous l’autorité du Premier ministre.
Le 1er projet prépare la Réforme du système. Son budget est de 5M USD et sa durée de 30 mois ; il se terminera le 31 décembre 2020. Il consiste à appuyer le processus de réforme de l’état- civil en RDC et le système de production des statistiques vitales.
Le 2ème projet, par contre, consiste à organiser une campagne de rattrapage qui permettra d’enregistrer dans la base de données de l’état- civil 2,4 millions d’enfants dont 600.000 seront dotés d’un acte de naissance. Son budget est de 15M USD et sa durée est de 30 mois, il se terminera le 31 décembre 2020.

Les activités croissent
Quant à l’état d’avancement des activités du projet d’appui à la réforme du système de l’état- civil et de production des statistiques vitales, le Comité de Pilotage a validé, en décembre 2018, le diagnostic conduit au deuxième semestre 2018. Révélant notamment, que le système est incomplet et incapable de fournir des statistiques requises pour la conception, ledit comité a mis en avant les recommandations des réformes structurelles et de modernisation du système.
La cartographie détaillée de l’état- civil est en cours de mise en œuvre. Le Comité de Pilotage planifie une restitution des résultats finaux de la cartographie en juin 2019 à Kinshasa.
Parallèlement, une revue des bonnes pratiques d’autres pays a été effectuée, avec l’identification de celles pouvant être testées en RDC. En février 2019, le Comité de Pilotage a identifié et retenu les bonnes pratiques pour être testées en RDC au cours d’une expérimentation dans des centres d’excellence. Ce, en vue d’une modernisation du système d’enregistrement des faits d’état- civil et de production des statistiques vitales.

Le tableau de marche général respecté
Outre cela, il y a le projet d’organisation des campagnes de rattrapage des naissances dans les écoles maternelles et primaires. Et pour ce qui est de l’état d’avancement, la méthodologie de la campagne de rattrapage des naissances proposée par le Consortium CIVIPOL a été validée par le Comité technique en décembre 2018. Les outils informatiques de collecte et numérisation des données ont été déployés et mis en service. Les Secrétaires Généraux et responsables des Ministères de la Justice, Intérieur et Education (EPSP) ont été sensibilisés et soutenus.
En mars 2019, le Comité Technique a validé les procédures opérationnelles, les plans de formation, et les supports de communication de la campagne de rattrapage.

L’enjeu de cette première phase de la campagne dans la province de Kinshasa d’avril à juin est de tester la méthodologie de collecte, les modalités de la gestion des griefs ainsi que les financements basés sur les performances, pour préparer l’extension à l’ensemble des provinces de la RDC pendant l’année scolaire 2019-2020.
Pour la province de Kinshasa uniquement, UNFPA a recruté 81 staffs pour soutenir 700 staffs de l’EPSP. 94 staffs de l’état- civil (Intérieur) et 20 Présidents de Tribunaux pour Enfants, Magistrats et Greffiers des Parquets (Justice) sont formés par CIVIPOL. A ce jour, l’avancement du projet est conforme au tableau de marche générale. Les conditions sont réunies pour atteindre des objectifs quantitatifs précis : enregistrer 400.000 enfants à l’Etat-Civil, dont 100.000 recevront un acte de naissance.
Au cours de l’année scolaire 2019-2020, 2 millions d’enfants supplémentaires, identifiés dans les écoles maternelles et primaires de toutes les provinces seront inscrits à l’Etat -civil dont 500.000 au minimum recevront un acte de naissance.

La Pros.

 

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout