Il n’y a pas de Gouvernement sans statistiques, dit-on. C’est dans cette optique qu’il a été lancé ce lundi 4 février 2019, les travaux du deuxième Recensement Général des Entreprises en République Démocratique du Congo dont l’objectif principal est d’améliorer la connaissance de la situation des entreprises en apportant une information récente sur les unités de production œuvrant sur l’ensemble du territoire national. Pour le Directeur Général de l’Institut National de la Statistique, Roger Shulungu, le résultat attendu de ce référencement est de voir la RD. Congo disposer d’une cartographie actualisée et claire des entreprises et services offerts sur l’ensemble du territoire national. Cette opération permettra aussi de se faire une idée du potentiel économique du pays et de chaque province. Cette opération se fera sur l’ensemble du territoire national, en milieu urbain ainsi qu’en milieu rural. Partout où il se trouvera un établissement qui entre dans le champ d’observation.

Ombre de succès

Avant de donner solennellement le go desdits travaux, le Ministre d’Etat en charge du Plan, Modeste Bahati, a insisté sur le fait que rien ne peut remplacer l’information statistique qui a pour vocation principale d’assurer la formulation, l’orientation, le suivi et l’évaluation des politiques publiques ainsi que la prise des décisions idoines. ‘’Le gouvernement de la République s’est donc engagé, à travers le Ministère du Plan, à organiser le deuxième Recensement Général des Entreprises, après celui organisé en 1982, avec l’appui technique et financier de la Banque Mondiale à travers le Projet de Développement des Statistiques dont l’INS est chargé de sa mise en œuvre‘’. Tout en influant sur l’adhésion et le soutien de toutes les forces vives du pays pour une réussite totale de l’opération, il a tenu à rassurer tous les intervenants commis à la collecte des données ‘’pour qu’ils soient assurés du support en termes de sécurité et de toutes les facilités administratives que cela exige à travers le pays. J’enjoins l’INS d’assurer correctement cette opération de façon à offrir des statistiques fiables et qui soient à jour sur les entreprises afin de fournir les résultats attendus par le Gouvernement et les autres utilisateurs de statistique‘’.

La collecte se réalisera de porte à porte, d’un établissement à un autre, par interview directe auprès des responsables ou de leurs répondants ; au moyen des tablettes. Les données collectées sur terrain seront transférées au serveur central localisé à Kinshasa.

Ce sera avec 3016 agents recenseurs, 607 chefs d’équipe, 135 contrôleurs, 83 superviseurs. Tous porteront une tenue identifiable portant notamment, la mention RGE sur le T-shirt, le képi et le gilet. Ces agents seront munis des tablettes, GPS et des questionnaires papiers au cas où la tablette poserait des problèmes sur terrain.

Noir sur blanc

En clair, le Recensement Général des Entreprises est une opération statistique qui consiste à faire un dénombrement exhaustif des unités économiques opérant sur l’ensemble du territoire national.
Au fait, la RDC manque d’informations statistiques fiables, récentes et à couverture nationale sur les entreprises. Le RGE permet d’actualiser les informations chiffrées sur le tissu économique de la RDC. Le dernier recensement des entreprises remonte à 1982 et il n’a concerné que les entreprises de production des Biens employant au moins 5 personnes, rémunérées ou non notamment, les secteurs agricole, minier et manufacturier. Des entreprises de production des services n’avaient pas été touchées par l’opération.

Ainsi, est-il que l’Institut National de la Statistique sollicite l’implication de tous les acteurs à la réalisation et à la réussite de ce deuxième Recensement Général des Entreprises. ‘’Votre adhésion à cette activité et votre engagement à fournir des données essentielles et fiables dont l’INS, organe chargé de la mise en œuvre du projet a besoin, est un devoir de responsabilité pour la promotion des statistiques dans notre pays‘’, a lancé M. Roger Shulungu.

D’une manière spécifique, il s’agit pour l’Institut National de la Statistique de construire un fichier national des entreprises ; mettre en place une base de sondage pour la réalisation d’enquêtes économiques ; évaluer le niveau de formation des entreprises en RDC ; mettre en place un système d’information géographique sur les entreprises ; caractériser les entreprises par branches d’activité ; promouvoir la décentralisation en dressant le potentiel productif des différentes provinces ; catégoriser les entreprises suivant leur taille (Grandes, Moyennes, Petites) ; évaluer le niveau des investissements étrangers ; collecter des données détaillées pour les besoins des comptes nationaux et des statistiques conjoncturelles ; dresser la typologie des chefs d’entreprises ; évaluer la place de la femme dans l’entrepreneuriat en RDC ; évaluer le niveau de l’emploi crée par les entreprises congolaises.

‘’Ces objectifs paraissent ambitieux, mais pas impossibles. Avec un minimum de bonne volonté et l’implication de chacun et de tous, nous pouvons les atteindre‘’, estime le Directeur Général de l’INS. La réussite de cette opération, avance-t-il, dépend de nous tous, chacun à son niveau de responsabilité. ‘’L’expertise ou la compétence ne peuvent assurer à elles seules la réussite du Recensement Général des Entreprises. Il faudra associer l’exigence de responsabilité et d’éthique pour arriver à bonne fin de cette activité‘’.

Les informations à recueillir sont : les informations sur l’identification de l’entreprise (dénomination, numéros administratifs, forme juridique), sur la localisation de l’entreprise (adresse, coordonnées géographiques), pour le classement des entreprises (activités exercées, effectif du personnel, chiffre d’affaires), ainsi que les caractéristiques du dirigeant (sexe, nationalité, âge).

Exclus et concernés

Sont concernés par le RGE, toute entreprise, établissement, unité économique ayant un local fixe (un mur en matériau durable, un toit et une porte) et exerçant une activité économique sur le territoire national. Sont également pris en compte les établissements de fabrication et de vente de briques, les vulcanisateurs (quado), les unités de lavage de véhicules, la culture et la vente de fleurs, les ajusteurs, les menuisiers, les usines de fabrication d’eau minérale, etc.

Dans le même ordre d’idées, sont également recensés les Organisations Non Gouvernementales (ONG), les établissements d’enseignement privé, confessionnels (conventionnés), les établissements de soins de santé privés et les conventionnés, les officines pharmaceutiques, les cabinets dentaires, les courtiers d’assurances…
Sont exclus du RGE, les commerçants ou travailleurs ambulants, les personnes travaillant au domicile de leurs clients, le ministère de l’éducation et les établissements publics d’enseignements, les ministères de la Santé et les centres de santé publics, tous les autres ministères et leurs directions, les écoles consulaires, les taxis et taxi-motos, les pousse-pousseurs.

Toutefois, le décret n°10/05 du 11/02/2010 relatif au Système Statistique National stipule spécialement en son article 14, que « les personnes physiques ou morales ont l’obligation de répondre, aussi rigoureusement que possible et de façon véridique, dans les délais impartis, aux investigations statistiques menées par le Système Statistique National. Et l’INS est l’organe central du SSN.

Récapitulatif

Comme l’a expliqué M. Félix Mpaka de l’INS, la RDC a connu des guerres et des pillages qui ont détruit l’essentiel de son tissu économique. Les données statistiques détenues par des sources administratives ne sont ni exhaustives, ni récentes. Chaque jour il y a des entreprises qui naissent, d’autres qui disparaissent surtout dans le secteur informel. Les statistiques les plus récentes sur le secteur informel proviennent de l’enquête 1-2-3 réalisée en 2012.

A ce jour, le RGE permettrait de répondre aux nombreuses interrogations sur le secteur privé, moteur de développement économique, entre autres :
Combien d’entreprises y a-t-il en RDC ? Comment sont reparties ces entreprises à travers les différentes provinces du pays ? Quelles sont les caractéristiques sociodémographiques des chefs d’entreprises ? Comment sont reparties ces entreprises par branche d’activité ? Quelle est la place de la femme dans l’entrepreneuriat en RDC ? Quels sont les principaux obstacles à l’entrepreneuriat au Congo ?

La Pros.

Les plus lus