Du 12 au 13 mars 2019 s’est tenu l’atelier d’évaluation du processus budget participatif dans les 24 communes de la Ville de Kinshasa.

Il était question d’évaluer la réalisation du budget participatif, exercice 2018, dans toutes les communes. Ceci a donc permis aux parties prenantes de répondre à un questionnaire mais aussi à identifier les succès, faiblesses, opportunités et menaces afin de dégager les actions à mener. Ces assises étaient organisées par le Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques (COREF), sur financement du Projet de renforcement de la redevabilité et de la gestion des finances publiques (PROFIT-Congo), au Caritas Congo dans la commune de Barumbu. Après des travaux en commissions, plusieurs recommandations ont été formulées notamment.
Cet atelier constitue la septième étape du processus budget participatif, qui consiste à faire un état des lieux de la mise en œuvre du processus.
Regroupant les Bourgmestres, les représentants du Ministère provincial du budget de Kinshasa, les mandataires des communes, les Membres du Comité communal budget participatif et la société civile, l’atelier s’est articulé autour deux étapes principales : Premièrement, il s’agissait de faire ressortir les points forts et les points faibles ressentis lors de la mise en œuvre du processus et deuxièmement, de formuler des recommandations assorties d’une feuille de route afin de recadrer les actions à mener en vue d’obtenir des résultats escomptés. Il sied de noter que le suivi - évaluation permet surtout de prendre, à temps, les mesures correctives nécessaires dans la mise en œuvre du processus budget participatif.
La première journée a été consacrée aux premiers travaux en groupes pour identifier les forces, faiblesses, opportunités et menaces. Les groupes ont été formés selon les districts, soit 4 groupes.

La seconde journée, a ensuite été consacrée à la formulation des recommandations et à l’élaboration d’un plan d’action.
‘’C’est ici l’occasion de remercier tous les partenaires au développement qui sont venus aux côtés du peuple congolais pour l’appuyer dans ses efforts de renforcement de la démocratie participative et de lutte contre la pauvreté à travers le soutien à la mise en œuvre de l’approche Budget participatif‘’, a laissé entendre M. Georges Tshionza, Représentant du Coordonnateur national du Coref. Il est d’avis que sans la participation, sans la redevabilité et encore moins la transparence, il y aurait peu de réponses aux demandes citoyennes et, par conséquent, peu de service de base de qualité…
Il s’agit, pour ces partenaires, de la Banque mondiale et du Royaume de Belgique à travers le Projet de renforcement de la redevabilité et de la gestion des finances publiques (PROFIT-Congo).

Recommandations
A la suite de ces deux longues journées de réflexion, d’échange et de partage, plusieurs recommandations ont émaillé des discussions, notamment : le renforcement des capacités des membres des comités Budget Participatif, l’informatisation des centres d’ordonnancement des communes ainsi que la formation de leurs agents, l’organisation des élections crédibles et transparentes au niveau local, mais aussi des tribunes d’expression populaire.
Il a été proposé également de rendre effective la décentralisation, sensibiliser et conscientiser davantage la population et les autorités pour l’appropriation du budget participatif, de renforcer les capacités du personnel affecté aux services générateurs des recettes, de mener un plaidoyer auprès des autorités hiérarchiques pour la rétrocession et les recettes d’intérêts communs et d’afficher régulièrement les canevas budgétaires dans les communes.
Sans oublier qu’il faudra renforcer la volonté politique de l’autorité municipale pour accroître les recettes destinées aux projets prioritaires du BP et susciter davantage l’esprit de volontariat dans le chef des acteurs locaux.

Contexte
De mars à octobre 2016, un état des lieux a été dressé sur les différentes expériences de participation citoyenne aux finances publiques au niveau provincial et onze anciennes provinces de la République avaient fait l’objet de cette étude. A l’issu de cette étude, le COREF, avec l’appui du PROFIT-CONGO, avait organisé à Kinshasa, du 18 au 19 novembre 2015, le Forum national sur les mécanismes de participation citoyenne aux finances publiques locales en RDC, afin d’harmoniser les approches. L’accompagnement au processus dans la ville de Kinshasa avait commencé par un ciblage de 16 communes en 2016.
A partir du quatrième trimestre de l’année 2017, les 8 autres communes de Kinshasa ont été intégrées dans le processus d’accompagnement par le COREF/ PROFIT-CONGO.

La Pros.

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout